« L'attente sous le drapeau | Accueil | La concurrence des médias »

4 février 2006

Le lent réveil de l'Europe

Voici plus de 4 ans que l'Europe glose à foison sur l'image des Etats-Unis dans le monde et vante son approche différente, axée sur la « puissance douce » et la recherche du dialogue. Depuis quelques jours, les réactions exprimées dans le monde arabo-musulman montrent une réalité dégrisante : la prise pour cible des Européens dans les territoires palestiniens, malgré les sommes énormes investies dans ceux-ci et aujourd'hui réclamées, ainsi que les différents appels à la violence proférés en maints endroits, déchirent toute illusion de respect et d'amitié. Pire : alors qu'une partie de la presse tente de minimiser le conflit en invoquant une gestion désastreuse du gouvernement danois, les rues de Londres ont subi hier des manifestations véhiculant des messages aussi barbares que bellicistes, dont pourtant une partie des auteurs bénéficient certainement des aides généreuses du gouvernement britannique. Voir un panneau appelant à la décapitation de ceux qui insulteraient l'islam, dans une ville réputée depuis des siècles pour son soutien à l'ouverture d'esprit et à la tolérance, est pour le moins alarmant.

De manière assez ironique, alors que l'image des Etats-Unis dans le monde arabo-musulman s'est améliorée depuis quelques mois, notamment grâce à la démocratisation de l'Irak ou de l'Afghanistan ainsi qu'à l'aide humanitaire d'urgence apportée en Indonésie et au Pakistan, celle de l'Europe semble bien se détériorer avec la publication des caricatures de Mahomet au nom de la liberté d'expression ; une enquête d'opinion approfondie est bien entendu nécessaire pour démontrer la chose. Il existe cependant une différence essentielle : si les Américains sont largement détestés, et même méprisés pour leur hermétisme culturel, ils inspirent également la crainte et la circonspection par leur puissance militaire, par leur poids économique ainsi que par leur détermination stratégique ; les Européens, pour leur part, sont également détestés lorsque leur vernis multiculturel ne parvient plus à cacher leurs vraies valeurs, mais leur timidité militaire, leur vulnérabilité économique et leur suivisme stratégique suscitent en outre une arrogance menaçante à leur endroit.

L'apaisement par le verbe et l'offrande, la capitulation maquillée en tolérance n'ont donc pas soustrait l'Europe à la collision des mondes. La réécriture compulsive de l'histoire au gré des valeurs en vogue s'est heurtée au poids du passé, à la rémanence des plaies séculaires : face à des communautés et à des mouvances dont le référentiel date largement de l'époque des Croisades faute d'avoir été pleinement touchées par les Lumières, les Européens ne se rendent pas compte à quel point ils sont encore perçus sous les traits de leurs lointains et frustes ancêtres. La haine brûlante qui s'exprime ces jours montre non seulement que le passé n'a pas fini de nous hanter, mais aussi que notre identité et non notre attitude détermine avant tout cet antagonisme. En d'autres termes, quoi que nous fassions, nous serons toujours les ennemis des islamistes, et ceux-ci exploiteront chaque opportunité et chaque prétexte - au besoin en les exagérant ou en les manipulant, comme dans le cas des caricatures danoises - pour mobiliser leurs troupes, scander leurs appels aux armes et tenter d'accroître leur pouvoir.

Mais les Européens se réveillent lentement. L'interrogation sur la présence d'un ennemi intérieur fait désormais régulièrement son apparition, au fur et à mesure que les vigies du penser correct perdent pied face à l'intrusion choquante de la réalité. Il faut maintenant s'assurer que ce réveil ne nous projette pas dans un autre cauchemar, que nous ne passions pas d'un extrême à l'autre en projetant sans même le savoir des mécanismes belligérants et manichéens. Ce risque est d'autant plus grand que la faiblesse actuelle - et pourtant apparente - de l'Europe ne peut que susciter les convoitises, les ambitions, les irrédentismes. Que nous le voulions ou non, ce continent doit à nouveau accepter de vivre dans un monde régi par des rapports de force, et donc définir un projet stratégique intégrant les menaces aujourd'hui proférées à son encontre.

Publié par Ludovic Monnerat le 4 février 2006 à 10:38

Commentaires

La censure sur les blogs existent. Je viens de poster un billet où j'ai écrit en titre: Mahomet est photogénique et comme texte: Et alors!!?? Après une heure de temps, le blog a disparu de ma page!! Vive la liberté d'expression

Publié par dahuvariable le 4 février 2006 à 12:10

Tu as posé la question à Blogspot ? Il pourrait aussi s'agir d'une malencontreuse coïncidence... peu probable, certes, mais pas impossible. Les algorithmes informatiques ont des raisons que la raison ignore ! :)

Publié par Ludovic Monnerat le 4 février 2006 à 12:32

"Il faut maintenant s'assurer que ce réveil ne nous projette pas dans un autre cauchemar, que nous ne passions pas d'un extrême à l'autre en projetant sans même le savoir des mécanismes belligérants et manichéens. "

C'est pourtant très exactement ce qui risque de se produire...les lois de la physique nous l'enseignent, toute action entraîne une réaction. Cette dernière peut parfois échapper à tout contrôle rationnel. En vertu de quoi je ne peux que m'associer à vos voeux.

Publié par Winkelried le 4 février 2006 à 14:24

Si dans votre article l'Europe et l'Amérique signifient des lieux géographique, j'embarque. dans le cas ou Europe voudrait dire gauchisants alter-mondialistes attardés et son contraire en Amérique, je débarque. Le mal, car c'est un mal, est généralisé, ce cancer de la pensée " Passe partout " ( c'est une émission de télé québécoise, les petits amis et tout le monde est beau et gentil, qui a participé à produire ces mutants et qui doit bien avoir des équivalence dans les autres pays occidentaux... ). Ce mal dis-je, gangrène le Canada, l'Amérique latine et même les USA. Une grande partie de la population est sensible à ces idées car elle a été instruite que si nous jetons nos armes nous vivrons en paix et... que l'Amour peut faire des miracles, que nous sommes tous solidaires bla bla bla. On dit que nos populations sont plus instruites, mais de quoi ? d'un respect outrancier de l'autre qui vous regarde avec un sourire, un poignard caché dans le dos parce que lui, il n'est pas de la génération Passe Partout. Il n'y a aucune place en Occident qui ne soit indemne de ce cancer qui va demandé une radio thérapie musclée et l'on regrettera Bush qui fera figure de bon père de famille.

http://forum.aufeminin.com/forum/f526/__f52_f526-Passe-partout-quebec.html

http://www.telesouvenirs.com/series/partout.asp

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 4 février 2006 à 16:00

@ dahuvariable

Vu les choses qu'on retouve sur blogspot (il n'y a rien qui n'y existerait pas!), je doute beaucoup d'une censure du côté de blogspot... Votre billet, vous ne l'avez pas enregistré sous "draft"? C'est ce qui m'arrive des fois...

Publié par Sisyphe le 4 février 2006 à 16:07

Sur l'Islam, il ne faudrait pas oublier ce qui est écrit dans le Coran :
Extraits du Coran publié aux éditions GF-Flamarion traduit de l'arabe par Kasimirski :
!Tuez les idolâtres partout où vous les trouverez, faites-les prisonniers, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Sourate IX, verset 5.
Faîtes la guerre à ceux qui ne croient point en Dieu ! qui ne professent pas la vraie religion. Faîtes leur la guerre jusqu'à ce qu'ils payent le tribut de leurs propres mains et qu'ils soient soumis. Sourate IX, verset 29.
O croyants ! combattez les infidèles qui vous avoisinent! Sourate IX, verset 124.
il est donc "normal" que les Musulmans agissent ainsi contre les non musulmans,
par ailleurs, il y a qqch d'assez curieux : les caricatures ont été publiées en septembre mais les réactions n'ont lieu qu'en ce moment !!!
... j'ai comme l'impression qu'il s'agit d'un prélude avant un attentat majeur !

Publié par JPC le 4 février 2006 à 18:07

Je ne comprends pas "passer d'un extrême à l'autre en projetant sans même le savoir des mécanismes belligérants et manichéens".

Cela signifie-t-il qu'après avoir projeté une image passive on projèterait une image belliqueuse et que cela aurait pour conséquence une augmnetation de la menace à laquelle nous ne serions pas préparés? Il y aurait un déphasage entre "projection" c'est-à -dire "communication" et aptitude au combat ? Est-ce cela? Si c'est le cas faut-il se taire en attendant de se mieux préparer ? Mais à quel rythme ? Merci à Ludovic pour un éclaircissement :-)

Publié par Louis le 4 février 2006 à 18:25

@ Louis


"passer d'un extrême à l'autre en projetant sans même le savoir des mécanismes belligérants et manichéens", je crois que ça veut dire qu'il faut éviter de devenir les pendants des islamistes, car il est bien connu qu'en situation de guerre, les comportements et idées extrémistes sont renforcés...


Par exemple, il serait bon d'éviter de dire que les musulmans sont tous violents et haïssent l'Occident parce qu'il est écrit dans le Coran...(voir extraits de JPC).


Il est peut-être utile de rappeler que la propagande nazie utilisait les mêmes procédés: tous les juifs sont des salauds parce que dans le Talmud, il est écrit "The Jews are called human beings, but the non-Jews are not humans. They are beasts." (Talmud: Baba mezia, 114b) ou autres joyeusetés du même genre.

Publié par Damien le 4 février 2006 à 19:19

@ JPC, voici l'adresse de ajm qui s'est retiré dans son donjon ( mais il en sort quelque fois ;-)

Il nous a instruit dès le début de ce Blog sur l'importance du Livre chez les Musulmans et la récitation de la parole pour la masse analphabète avec les conséquences que l'on connaît. Ils y a beaucoup de posts en archives ( celles du début ) qui soulèvent votre préoccupations au sujet de la sourate 9 pour ne citer que cette perle !

J'en profite pour émettre une opinion concernant l'impact d'un Livre révélé s'adressant aux Juifs qui eurent une alphabétisation rapide de leur Peuple, même chose pour les Chrétiens avec un bémol pour les Catholiques romains qui stagnèrent après les guerres de religions par rapport aux Protestants qui prônaient la lecture du Livre. Pour le monde musulman l'alphabétisation du peuple fut un échec que l'on compensa par la récitation du livre avec les conséquences que l'on connaît actuellement.

Voici des liens qui peuvent vous intéresser :

Discours du Président algérien Bouteflika

http://www.el-mouradia.dz/francais/discours/2003/12/D1071203.htm

http://www.ajm.ch/#Le_Coran_du_Peuple

http://www.ajm.ch/blogs/2005/12/comment_reformer_lislam_de_lin.html

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 4 février 2006 à 19:25

Mon avis est qu'il faut se mettre dans la peau de celui qu'on observe et qui se proclame prêt à nous tuer.

Les rédacteurs (très tardifs -9ème siècle)du coran avaient bien l'intention de justifier les guerres de conquête mondiale (de la moitié sud de la France jusqu'à l'Inde).

Je doute que les rédacteurs du Talmud aient jamais eu cette intention...

L'analyse consiste à comprendre jusqu'où l'agresseur est prêt à aller, pour quels motifs, avec quels buts de guerre, au sens où lui l'entend (harb, qital, syiar, etc.).

Ceux qui se réclament de l'islam et combattent l'arme ou l'explosif à la main sont nombreux et divers. Leur analyse est complexe et longue. Comment neutraliser leur motivation? Comment les imuniser contre cette volonté d'en découdre qui leur est spécifique? Là se situe, à mon sens, notre équation à résoudre. Des penseurs comme Abdenour Bidar proposent d'abroger les injonctions belliqueuses des textes. Bonne chance.

Ceux qui leur sont alliés de droit ou de fait sont nettement plus homogènes et simples à comprendre: ils excusent leurs alliés et se culpabilisent mais demeurent passifs ou ignorants, en attendant que ça se tasse...

Publié par louis le 4 février 2006 à 19:43

Khomeiny avait declanche le premier jihad europeen avec l'inquisistion anti-Rushdie (fatwa).
Le Torquemada islamique avait provoque la premiere insurrection des islamistes au Royaume Uni, ce fut l'occasion pour l'"islam du UK" (freres musulmans) de se mettre a la tete des musulmans de la-bas.

La premiere offensive eu comme objectif d'instaurer la charia aux musulmans, cette nouvelle offensive a come but d'imposer la charia aux infideles et en faire des dhimmis.

Naturellement les "manifestations culturelles" anti-chretiens ou antisemites ou anti-bouddhistes comme la destruction de lieux de culte des autres religions, ou les incitations a la haine religieuse (propagande neo-nazi, protocols etc) de la part de la "religion de paix et de tolerance" ne font pas partie de "attaques a la religion".

Il suffit de voir comment c'est les memes qui il y a deux ans manifestaient "pour la paix" (avec des affiches de saddam et benladen)qui manifestent maintenant (en brulant les drapeaux danois). Une remarque, les idiots utiles (alter idiots) ont l'air d'avoir compris le binz et ne manifestent pas comme pour le voil.


Les USA et le UK, ayant des soldats en Dar al islam ont condamne les caricatures.

Etrangement ... l'amalgame se fait librement d'un seul cote, contre l'Occident. Des journeaux libres publient des caricatures et les produits de pays entiers sont boycottes ... et les pays boycottes s'excusent aupres des pays intolerants.

Publié par nick le 4 février 2006 à 21:02

A Louis : Ce que j'entends par là , c'est que l'inaction, l'aveuglement et l'insouciance ne doivent pas être remplacés par l'action à outrance, l'obsession et la paranoïa. Les réactions populaires qui montent progressivement risquent fort de nous amener à une situation où c'est notre propre violence qui devra être gérée. La poursuite de l'escalade ne peut mener qu'à une guerre civile axée sur l'antagonisme des identités et des valeurs ; je pense que des violences comparables à un conflit de basse intensité sont à peu près inévitables, de façon décentralisée et parallèle, mais il s'agit d'éviter une montée aux extrêmes. Raison pour laquelle toute action susceptible de jeter dans le camp des extrémistes ceux qui hésitent ne doit être qu'un ultime recours.

Publié par Ludovic Monnerat le 4 février 2006 à 21:36

@ nick, "...Les USA et le UK, ayant des soldats en Dar al islam ont condamne les caricatures..."

Les caricatures et les écrits qui " attaquent " les religions passent très mal au Canada et aux USA donc rien à voir avec des soldats en Dar al Islam. Les caricatures n'ont pas été condamnées et les journaux en parlent sans présenter les images incriminées ( relent de puritanisme ).

http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/pages/evenements/20026.html

http://www.filmdeculte.com/dossier/scorsese/tentation.php

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 4 février 2006 à 22:19

Ce que je trouve de choquant, c'est que CNN floute les caricatures en question. Serait-ce de la peur? Chaque concéssion faite à l'islam amènera de nouvelles éxigences de la part de l'islam. Vouloir l'apaisement, c'est perdre du terrain et repousser à plus tard une nouvelle crise plus grande et plus grave.
Chaque personnalité politique française qui se dira compréhensive envers la communauté musulmane ne se verra pas attribuer mon bulletin de vote aux prochaines élections. C'est le seul pouvoir dont dispose le simple citoyen...

Publié par FrenchBoy le 4 février 2006 à 23:01

Publié par Colonel X. le 4 février 2006 à 23:41

Ludovic Monnerat a écrit :

« les Européens, pour leur part, sont également détestés lorsque leur vernis multiculturel ne parvient plus à cacher leurs vraies valeurs, mais leur timidité militaire, leur vulnérabilité économique et leur suivisme stratégique suscitent en outre une arrogance menaçante à leur endroit. »

Je réponds :

C'est aussi la proximité géographique de l'Europe au monde musulman qui suscite toute cette haine. Les musulmans ont essayés de conquérir l'Europe à plusieurs reprises dans l'histoire (aujourd'hui, ils l'ont conquise par la natalité), tandis que les Etats-Unis sont un pays « lointain » qu'ils peuvent uniquement essayer d'attaquer quand une « occasion » se présente (comme c'était le cas de New York en septembre 2001). L'Europe, quant à elle, doit leurs être soumise et assujettie le plus vite possible dans le cadre du « jihad » auquel tout musulman en est appelé.

Le libéralisme européen risque de souffrir le même sort qu'a souffert le libéralisme russe au 19e siècle. Tandis que les politiciens et les aristocrates russes parlaient « d'ouverture a l'ouest » et de « nouvelles idées » (lire : le libéralisme), les Bolcheviks se préparaient tranquillement et sans obstacles à une révolution sanglante. « Les possédés » de Dostoïevski raconte très bien les événements politiques et moraux menant à la prise du pouvoir en Russie par des bandes de criminels idéologues ressemblant étrangement aux fanatiques musulmans qui réclament des « excuses » tout en menaçant de mort et en mettant à feu les ambassades de « l'ennemi » !

Tout comme les russes périrent par la menace bolchevique à cause de leur catatonie vis-à -vis des criminels « révolutionnaires », les européens devraient se préparer aujourd'hui pour le début de la fin. Qui aurait cru en 1900 que la Russie serait soviétique en 1917 ? Peut-être seulement Dostoïevski. Peut-on croire alors que l'Europe sera musulmane dans 17 ans ? Peut-être pas dans 17 ans! mais au rythme courant des violences et de la natalité des musulmans, on pourrais le craindre dans 50 ans.

Je recommande à tous la lecture de « The Cube and the Cathedral » de l'auteur américain George Weigel. Il y réfléchit aux mêmes problèmes (d'un point de vue chrétien).

Publié par l'Eurocanaméricain le 5 février 2006 à 0:56

Les horreurs Islamiques ne sont pas nouvelles, elles datent d'au moins la guerre civile au Liban. A la fin des années 70, le Nouvel Observateur avait fait un grand dossier sur les Fous de Dieu, avec des images ignobles, comme celle d'un enfant portant un grand couteau de cuisine trempé dans le sang d'un humain.

L'Occident, Europe et Amérique, n'a pas voulu voir cela en face. Nous n'avons pas voulu analyser les conséquences de la mondialisation qui raccourcit les distances, et de l'immigration qui grossit la communauté Musulmanne de laquelle jaillit l'Islamisme.

Le danger n'a cessé de se rapprocher. En 1986, Paris a connu plusieurs attentats. En 1995 les pressions du GIA Islamique Algérien se sont exercées contre la France, et déjà certains intellectuels faisaient entendre la nécessité de "reconnaître" la légitimité Islamique.

Ce danger n'a cessé de grandir et il va s'amplifier. L'opinion est très mal préparée à ces désagréments qu'il faudra juguler par des opérations de guerre.

L'heure n'est plus celle de l'examen des erreurs de l'Europe et des USA dans la période de Reagan à Clinton.

C'est l'heure des décisionnaires politiques et militaires pour neutraliser la menace Islamique.

Le Président Chirac a été clair dans son discours sur la doctrine nucléaire. Ce n'est guère réjouissant, car du côté de l'ennemi, les Etats terroristes peuvent compter sur le sacrifice de millions de jeunes conscrits

Publié par Fred le 5 février 2006 à 2:25

Pour Ludovic
Merci de votre réponse. Oui c'est bien ce que j'avais cru comprendre: éviter le balancier.

Le problème c'est que l'arsenal juridique européen, autant que le politique, fonctionnent à plein régime en faveur de la propagation d'un islam dur, pas d'un islam doux. On a raison de s'inquiéter du balancier mais sans doute tort de s'y concentrer avant d'avoir promu énergiquement un islam réellement en paix avec lui-même et les autres accessoirement. L'exemple qui a le mieux réussi dans l'histoire proche,et avec mille nuances qui sont hors sujet ici, c'est la Turquie kémaliste en usant de la mannière forte. Or, cette époque a semble-t-il vécu. Elle doit être remplacée sans doute par des psyops d'un nouveau type: désenvenimer l'islam intégralement de l'intérieur, c'est-à -dire accélérer l'ère post islamique de 57 pays de l'OCI et de tous les autres qui servent le nouvel hégire. Sacré boulot non? Je n'ai pas écho que beaucoup d'armées s'en préoccupent activement ni ouvertement...

Publié par Louis le 5 février 2006 à 3:03

@ Louis

Effectivement, mais comme vous le soulignez très justement, c'est un sacré boulot, voire un boulot impossible. Par ailleurs, réformer l'Islam, puisque c'est de ça en fait qu'il s'agit risque de vous attirer bien des fatwa, tant cette tâche ne peut être entreprise sans porter atteinte au texte sacré et à l'exemple du Prophète dont, parfois, la violence extrême et la barbarie ne relèvent pas que d'une question d'interprétation... mais prennent bel et bien racines dans le fond des écritures et les actions de Mahomet.

Pour la Turquie, l'exemple Kémaliste est intéressant, mais il invite aussi à la prudence dans la mesure où il n'est pas une solution finale...la situation qu'il a laissé et laisse encore est tout à fait réversible et est d'ailleurs en train de basculer. L'islam prétendument laïc de la Turquie s'affiche de plus en plus comme une imposture dont le vernis craque de toute part à la moindre tension avec le monde occidental. Pour le coup, le masque est en train de tomber.

La mission d'adoucir l'Islam étant consubstantiellement impossible, il y a peu de chance qu'une armée se penche sur le problème.

Publié par Winkelried le 5 février 2006 à 11:38

Pour illustrer encore la difficulté de la chose, un extrait de Malraux trouver au hasard de la navigation...

"La nature d'une civilisation, c'est ce qui s'agrège autour d'une religion. Notre civilisation est incapable de construire un temple ou un tombeau! Elle sera contrainte de trouver sa valeur fondamentale, ou elle se décomposera."

"C'est le grand phénomène de notre époque que la violence de la poussée islamique. Sous-estimée par la plupart de nos contemporains, cette montée de l'islam est analogiquement comparable aux débuts du communisme du temps de Lénine. Les conséquences de ce phénomène sont encore imprévisibles. A l'origine de la révolution marxiste, on croyait pouvoir endiguer le courant par des solutions partielles. Ni le christianisme, ni les organisations patronales ou ouvrières n'ont trouvé la réponse. De même aujourd'hui, le monde occidental ne semble guère préparé à affronter le problème de l'islam. En théorie, la solution paraît d'ailleurs extrêmement difficile. Peut-être serait-elle possible en pratique si, pour nous borner à l'aspect français de la question, celle-ci était pensée et appliquée par un véritable homme d'Etat."

3 juin 1956

Publié par Winkelried le 5 février 2006 à 11:42

Au sujet du Talmud, il est bien triste de trouver un commentaire aussi affligeant sur ce blog.

Voici une réponse circonstanciée à cette lecture délibérément mal gtraduite du Talmud :

This represents a lack of knowledge of Hebrew at a most fundamental level. Here, the anti-Semites claim that Adam means human but it really means man. "Yetsoor" is the Hebrew word for human. Jews are referred to by the singular form of man, Adam, whilst non-Jews are referred to by the plural form of man, or anasheem. Both forms of the word mean human, but one is single, the other is plural. The reason that Jews are referred to in the singular is that if one Jew does something bad, or is alleged to have, all Jews are blamed for it. So, for the wrongdoing or alleged wrongdoing of one, all suffer. In the case of non-Jews, only individuals suffer, not all of the non-Jews. So that is why Jews are referred to as a single person and non-Jews are referred to in the plural.


J'espère qu'à l'avenir vous éviterz de poster de genre de cmmentaire qui ne déplairait pas à un antisémite. Le judaïsme ne fait aucun prosélytisme et resexte authemtiquement les autres dans toute leur altérité. On est loin des sourates ou des hadiths cités plus haut.

J'en ajouterai un autre, très connu :

"Le Jour du Jugement dernier ne viendra pas avant que les musulmans ne combattent les juifs, quand les juifs se cacheront derrière les rochers et les arbres. Les rochers et les arbres diront, O Musulmans, O Abdallah, il y a un juif derrière moi, vient le tuer. Seul l'arbre du Gharkad ne le dira pas, parce que c'est un arbre des juifs."

Au temps pour la relativité des menaces.

Publié par michel le 5 février 2006 à 12:21

Pour la Turquie, je suis d'accord et c'est exactement ce que je voulais exprimer en disant que cette époque a vécu.

Je suis tout à fait convaincu que la mannière forte globale est dépassée. En revanche, la mannière forte hyper-ciblée pourrait avoir des résultats différents si elle était combinée avec une stratégie psyops à très grande échelle. Raison pour laquelle je pense que cela tombe dans la responsabilité militaire.

Je m'explique: aujourd'hui les psyops accompagnent les actions de terrains. (Il peut arriver que l'inverse se produise mais très rarement). En d'autres termes: le principal c'est l'action armée, l'accessoire c'est les psyops. Face à la réalité décapante du jihad pour la pensée militaire classique, c'est les psyops qui doivent être le principal et l'action armée l'accessoire.

La notion même de conflit de basse intensité mais de très longue durée, révèle la nécessité d'un tel renversement à mon sens.

Employer le maximum de troupes à modifer les perceptions et les appuyer par des actions ciblées.

Prenons Quaradawi par exemple qui a un grade équivalent à général ou commandant de coprs dans le mouvement al harrakah: il donne des ordres, galvanise ses troupes, fustige l'ennemi, le retourne à son profit (Maire de Londres)le reçoit même en audience (ministre français des affaires étrangères) et... dort tranquille.

C'est le rôle de l'armée de détruire son crédit moral et d'appuyer physiquement ceux qui s'en chargent: psyops accompagnées en quelques sortes.

Les civils, eux, n'ont pas les moyens de s'investir autant.

Publié par Louis le 5 février 2006 à 12:28

Louis, je me permets de vous contredire un brin sur le plan militaire.

La guerre dite "contre le terrorisme", aux Etats-Unis, est conduite dans sa composante militaire par l'United States Special Operations Command ; ce dernier rassemble les forces spéciales, les forces d'opérations spéciales (je n'entre pas dans les détails), mais aussi les troupes d'affaires civiles et d'opérations psychologiques (en tout, 53'000 militaires environ). Ceci a été décidé par le Pentagone dans les mois qui ont suivi le 11 septembre, non sans susciter maintes résistances internes (le fait de nommer un ancien général des opérations spéciales - qui plus est en retraite - à la tête de l'US Army y a également contribué).

Le raisonnement derrière cette décision est clair : puisqu'il s'agit de mener un conflit de basse intensité et de longue durée dans lequel la conquête des coeurs et des esprits est déterminante, les composantes spécialisées dans ce type d'action doivent être responsables de sa conduite. Et n'en doutez pas : la réforme de l'islam fait partie des objectifs stratégiques à long terme qui ont été fixés par le Pentagone, et l'USSOCOM contribue à cet effort d'ensemble.

C'est la raison pour laquelle, en Irak, le succès de l'opération "Iraqi Freedom" se mesure davantage en termes de connexions Internet, de téléphones portables, de médias libres ou de participation aux votes qu'en termes d'attaques par jour, de morts et de blessés, de territoire sous contrôle - même si ces éléments sont également importants. En fait, les règles des conflits de basse intensité ne sont simplement pas les mêmes que celles des conflits de haute intensité, et les armées - comme d'ailleurs les médias - peinent encore à le comprendre, voire à le réapprendre.

Publié par Ludovic Monnerat le 5 février 2006 à 13:13

Très juste, les armées n' y ont encore rien compris, car excusez-moi cher webmaster mais les militaires en général détestent le flou et l' incertitude, c' est bien connu, mais ce sont là malheureusement les caractéristiques de la guerre moderne. D' ailleurs tout le monde sait bien que la guerre est quelque chose de trop compliqué et de trop important pour être confié à des militaires - les psy ops aux USA ont été récemment largement privatisées pas vrai ? - mais je m' égare.
Beaucoup d' entre vous voudraient adoucir l' Islam, ok, mais vous semblez oublier la composante culturelle, qui est à distinguer du coran seul. Et n' ayons pas peur d' être politiquement incorrect et sortons quelques points :
-la culture arabe n' est pas fondée sur la raison, ce qui donne lieu aux pires imbécilités (voyez ce qui se passe quand un bateau coule et qu' aucune info n' est transmise aux familles de victimes...)
-la culture arabe est obsédée par la violence et la domination, voyez leur conception de la femme, leurs lois, leurs manières de négocier...
-la culture arabe est une culture du mensonge et de la tromperie, baladez-vous dans un souk à Jerusalem est et vous comprendrez, ou alors faites un saut sur un site de propagande islamiste en Français, c' est à hurler de rire (10'000 morts Américans par jour en Irak, ou alors des hélicos US balançant les corps de leurs mercenaires dans le Tigre pour ne pas faire monter les stats de leurs morts dans la presse...)

J' avais envoyé un excellent article au Webmaster, "Why Arabs lose wars" pour qu' il le publie sur Check Point, je n' ai même pas eu de réponse alors que c' est un excellent article. lien : http://www.unc.edu/depts/diplomat/AD_Issues/amdipl_17/articles/deatkine_arabs1.html

Bref, ce n' est pas adoucir le coran qu' il faudra, c' est laisser disparaitre cette culture. [les trois lignes suivantes ont été censurées par le webmaster]

Comment procèdera-t'on ? Nous avons peut-être déjà commencé à vrai dire. Leur amener la démocratie, libérer leurs femmes et leur montrer à quel point nous vivons mieux... Après, et seulement après, à mon humble avis, le coran sera nécessairement vu comme ce qu' il est, un livre d' un autre âge que plus personne ne lira, faisant de l' adjectif "musulman" une insulte.

Publié par Arnaud le 5 février 2006 à 14:29

En voilà une réponse qui me plait bien! :-))

Bien sûr qu'une prise de conscience s'est opérée aux sein de différentes armées, sur les ravages de l'islam militaire. Je n'ai pas de doute là -dessus.

Bien sûr que le couplage entre forces spéciales et psyops est très déterminé, sur le sol irakien ou même afghan.

Mais mon propos est "un brin" au-delà de l'approche territoriale, justement.

L'objectif des US, parmi d'autres, est de faire goûter au modèle démocratique, dans un territoire donné. Il n'est pas de scier la branche aux doctrinaires, de jeter un discrédit déterritorialisé, pourtant plus que légitime en essence, sur les intellectuels, les "savants" ni même les politiques modérés qui continuent d'appuyer leur légitimité populaire sur la défense de l'islam intégral, car ils n'ont pas d'autre choix mental, pas d'autre horizon philosophique.

Qui enferme le roi de Jordanie dans l'obligation d'arrêter les rédacteurs de journaux qui ont critiqué les délires sur les caricatures? Les oulémas. Telle est la cible psy.

Le pari de l'instauration démocratique est excellent, sans aucun doute, mais la concurrence de la restauration du califat est un pari au moins aussi gagnant pour les oulémas. C'est l'absurdité maladive de ce second pari que je vise dans mon propos.

C'est ce pari-là qui devrait être traité dans une logique militaire que je dis "inversée".

Autrement dit, ce sont les psyops qui devraient être capables de traiter directement les oulémas, non pas territorialement mais en défense des populations qu'ils ont en charge de protéger.

Prenons le Danemark:

- logique classique: riposter à des attentats trop forts, en légitimant la riposte sur des bases psychologiquement acceptables. Possibilité d'action aujourd'hui: nulle, zéro.

- logique inversée: remonter le fil de commandement des émeutes anti-danoises depuis l'imam Abu Laban jusqu'à Quardawi, en passant par les bureaux relais de la ligue arabe et de l'Azhar et traiter les responsables psychologiquement ou plus si affinités. Ce serait possible à mettre en place dès demain matin...

Tant qu'on ne voudra pas voir ce qui crève les yeux et qu'on se cantonera à ramener le djihad actuel à nos modèles territoriaux, pour ne pas toucher à ce qu'on croit être la liberté d'expression, il progressera, enfin... à mon humble avis et à l'illustre avis des éminences de l'islam militaire.

Ces derniers pensent:

1. Iqamat-e-Din (instaurer la religion de soumission)
2. Islah (instaurer l'ordre politique de soumission)
3. Tazkiah (purifier le monde de la transgression non islamique)
4. Izhar-e-Din (étendre la religion de soumission)
5. Tajdid (renouveler la force de la soumission)

Ce dernier point est sans doute le plus chlorhydrique. mais j'arrête là . Sorry pour ce trop long post.

Publié par louis le 5 février 2006 à 14:39

Arnaud, je me suis permis de censurer 3 lignes dans votre long commentaire non seulement parce qu'elles versaient vraiment dans l'incitation à la haine, mais également parce qu'elles ne relevaient pas d'une approche rationnelle. J'aurais peut-être dû censurer d'autres éléments, mais je tenais à discuter ce point avec vous.

Comment pouvez-vous ainsi dénigrer en un bloc toute une culture ? Ne voyez-vous pas l'aveuglement consistant à définir toute une frange de la population terrestre comme marquée irrémédiablement par la violence, l'irrationnel, la domination et le mensonge ? Que ces traits existent dans le monde arabe, l'actualité nous le montre régulièrement ; mais en faire une généralité irrémédiable, et sans possibilité d'évolution, revient à pratiquer une escalade menant tout droit à la guerre.

L'été dernier, j'ai suivi un cours de 3 semaines à l'école de l'OTAN durant laquelle j'ai eu des discussions passionnantes avec un officier supérieur algérien. Cet homme ouvert et cultivé illustre parfaitement cette partie des sociétés arabes et musulmanes qui aspirent à davantage d'intégration avec le monde moderne, pour tout dire occidental, et qui ont les connaissances linguistiques et l'ouverture culturelle pour vivre cette intégration. Face à de telles personnes, votre discours est un déni d'évolution, une condamnation sociétale, une fin de non-recevoir définitive. Aussi simple que dangereux.

Maintenant, il est bien connu que j'ai du retard dans le courrier électronique, eu égard au nombre de courriels que je reçois et au temps toujours plus restreint que j'ai pour mon site CheckPoint. Je vous présente mes excuses sincères pour cela ; cela ne s'applique pas à vous seul.

Publié par Ludovic Monnerat le 5 février 2006 à 16:26

@Michel
Merci d'avoir corrigé la mauvaise traduction de Damien que j'aimerais lire plus avant pour comprendre pourquoi quand la violence et le racisme du coran sont mises en avant, il sent le besoin de détourner le projecteur sur les juifs. "Il est peut-être utile de rappeler que la propagande nazie utilisait les mêmes procédés".

@Arnaud
Entièrement d'accord avec toi. Si le pétrole ne nous détruit pas pour cause de pollution, l'argent du pétrole en permettant la propagation du wahhabisme et le maintien en place de pouvoirs dictatoriaux et corrompus pourrait y parvenir. Un grand merci à l'UK pour sa politique envers les pays arabes (Lawrence a beaucoup oeuvré...) et les juifs (Chamberlain était pourtant si beau dans mon livre d'histoire!). Diviser pour règner...aujourd'hui on récolte.

Concernant l'orchestration de la désinformation dans les médias, je voudrais souligner le limogeage du président et directeur de France-Soir par l'actionnaire majoritaire (70%)franco-égyptien Ramy Lakah (francisé Raymond) qui a expliqué qu'il le faisait "en signe fort de respect des croyances et des convictions intimes de chaque individu". Il me semble d'abord que le signe fort s'adresse à tous les journalistes "voilà ce qu'il en coûte de critiquer l'islam", ensuite "chaque individu" ne représente que les musulmans et donc on doit en déduire que ce qui s'applique aux musulmans doit s'appliquer à tout un chacun sur cette planète.
On se trouve ici au point 3 évoqué précédemment par Louis
3. Tazkiah (purifier le monde de la transgression non islamique)

La société Montaigne Press dirigé par Ramy Lakah a de fait pris le contrôle récent de Presse Alliance, la société qui édite France-Soir. Pour 4,5 millions d'euros, il a racheté un journal qui oscille péniblement autour des 70 000 exemplaires et qui l'an dernier a perdu 7 millions d'euros.

Je serais vraiment curieuse de connaître les capitaux derrière les médias, sans compter qu'il y a encore les hommes de paille.

Publié par elf le 5 février 2006 à 17:11

@Ludovic
Oups! je ne voulais pas contrer ton autorité de webmaster.
Néanmoins je suis d'accord avec Arnaud. Si l'implantation des pays arabes avec à leur têtes des chefs de tribus n'avait pas été décidé par les anglais en grande partie et par les américains pour pouvoir exploiter le pétrole sans être l'objets de perpétuelles razzias par les tribus des alentours, ces tribus auraient peu à peu disparu à la lisière du développement de pays modernes. Leur culture et leur mentalité moyennageuse n'aurait pas connu l'essor que leur a permis l'argent du pétrole. Ils se sont retrouvés à la tête d'une fortune et d'un pouvoir immense sans avoir à fournir l'effort d'évolution qui se fait naturellement pour y arriver normalement. C'est comme si un bébé se retrouvait avec la force physique d'un adolescent sans passer par toutes les étapes où nous apprenons à nous maîtriser, à nous socialiser, à vivre avec les autres. Imagine ce que les pulsions colériques et destructives d'un bébé pourrait donner si on les incarnait dans le corps d'un ado arrivé à maturité physique: tout tout de suite et comme je veux.

Publié par elf le 5 février 2006 à 17:29

Elf, mon autorité technique - le pouvoir de corriger et d'effacer, y compris les fautes d'orthographe - doit à mon sens veiller au respect de certaines règles et de certains garde-fous sans lesquels le dialogue et le débat deviennent impossibles.

Maintenant, nous ne parlons de la même chose ; oui, l'influence anglaise - et française - puis américaine sur le monde arabe entraîne un coût que nous devons aujourd'hui payer, et le caractère arriéré de cette partie du monde - comme l'a montré le PNUD sur la base de faits chiffrés - découle en partie de cela. Mais au regard de l'histoire, l'influence occidentale reste récente et mineure ; c'est bien l'Empire ottoman, ainsi que les Mamelouks, qui pendant des siècles ont contrôlé ces régions et limité l'influence du monde extérieur, et notamment de l'Occident en pleine renaissance (la recherche d'une autre route vers les Indes étant une conséquence du blocage musulman). Le devenir de la culture arabe ne peut donc être majoritairement imputé à l'action des Occidentaux.

Publié par Ludovic Monnerat le 5 février 2006 à 17:42

@ Ludovic

Petite rectification: c'est le hasard du timing qui me fait dire, juste derrière le post de Arnaud "En voilà une réponse qui me plait bien! :-))". Cette formule s'adressait en fait à Ludovic.

Vous avez 1000% raison de mettre en garde contre une dérive visant les personnes arabes en tant que telles.

Il faut être capable de démontrer que ce sont les idées, les représentations de l'histoire ou du monde phénoménal qui sont critiquables (et encore, seulement lorsqu'elles doivent l'être pour des raison d'ordre public ou de survie).

Mais il est aussi vrai que lislam nous ajoute une difficulté supplémentaire en créant partout une centralité arabe (langue du coran, sourate 3:10: "vous êtes la meilleure des nations (arabe), etc.)

Je milite pour ma part en faveur d'une revalorisation et d'une promotion des représentations préislamiques (gréco-indo-persanes)de l'arabie, afin d'offrir une capacité de projection post-islamique pour les peuples arabes, qui ne soit pas un désert.

Car l'islam a la fâcheuse habitude de faire croire qu'avant lui, il n'y avait rien. Il appelle cela la Jahiliya, comme à Bamiyan... La Kaaba elle-même était multi-divine avant l'islam. Que vive un jour le retour du pluralisme des dieux, des idées et des intelligences à la Mecque! Là on pourra dire que les choses ont changé, si c'est l'oeuvre des arabes.

Publié par louis le 5 février 2006 à 18:26

Image du respect des musulmans pour les autres religions ... que les adeptes de la "religion de paix et de tolerance" ni les "alter-idiots utiles" n'ont pas conteste en brulant des ambassades

http://www.pmw.org.il/images/donkey.jpg

Publié par Nick le 5 février 2006 à 20:07

@ louis, "...Je milite pour ma part en faveur d'une revalorisation et d'une promotion des représentations préislamiques..."

Voilà un très beau projet et qui pourrait s'étendre à tout ce qu'on a caché, comme ces civilisations marchandes remarquables de l'Est de l'Afrique, d'autres Amérindiennes et pourquoi pas la Bretonne dans la foulée.

Le seul message recevable des Islamistes est peut être ce voile que nous avons tendance à appliquer sur l'autre qui nous gène dans nos visées de " grandeur " ou d'efficacité et cela s'applique à toutes les Civilisations anciennes et à venir.

Je me méfie de la Vertu car je pense que trop faire le bien c'est faire le mal.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 5 février 2006 à 21:27

@ LM, "...La guerre dite "contre le terrorisme..."

Depuis le début de votre Blog, vous avez quelques fois répondu par des billets expliquant clairement par une définition proche d'un dictionnaire de termes spécifiques à la vocation de votre Blog. Je me demande si grâce à votre moteur de recherche interne on pourrait accéder à ces définitions rapidement plutôt que d'avoir une longue liste de post ou le mot apparaît.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 5 février 2006 à 21:48

Yves-Marie, en me lançant dans ce projet, je n'avais pas l'ambition d'établir une liste de définitions ou développer une sorte de corpus qui en tiendrait lieu. Un blog est trop volatil, fragmenté pour cela ; je le vois plutôt comme traçant au gré des détours de l'actualité un fil rouge sémantique. Néanmoins, votre réflexion m'interpelle ; pourriez-vous en dire plus, comment vous voyez concrètement la chose ?

Publié par Ludovic Monnerat le 5 février 2006 à 22:53

@Y.-M. la vertu bannie? trop faire le bien c'est faire le mal??? Les mots n'auraient-ils plus de sens? Il y a des spécialistes de la déconstruction. Doit-on nécessairement ruiner des concepts aussi profonds?

Dans leur délire narcissique fort bien décrypté par Daniel Sibony (psychanalyse d'un conflit), le bien de l'islam c'est de lui appartenir absolument, de se voir cloné sous peine de complications assurées. Le bien du médecin c'est de soulager les souffrances, autant que possible et en l'état des moyens du bord. Je vote pour le second!

Publié par louis le 5 février 2006 à 23:04

La France et l'Europe crèveront et j'allais écrire : doivent crever, de l'intérieur.
La France, l'Europe, renaîtront, mais à la seule condition qu'elle se lèvent contre l'Islam, ainsi depuis des siècles assimilé à une sorte de marteau mystique de la Chrétienté... pardon, de ce qu'il en reste à présent.
Position millénariste que j'assume : je ne vois rien d'autre pour nous sortir de notre ornière bien-pensante, de ce bain de boue forcé de la perpétuelle auto-flagellation, du sempiternel dénigrement de notre propre histoire. Nous crevons à petit feu : eux, ces barbus fanatisés, vivent, même si leur rêve est de crever et, en mourant, de nous emporter au néant...
En revanche, je trouve qu'il est particulièrement imbécile de défendre la sacro-sainte liberté d'expression de nos si pathétiques médias, qui ne mériteraient qu'une seule et unique chose : recueillir la colère qu'ils ont évidemment semée. Dommage que ce soient les non-journalistes responsables de cette toute récente flambée (même si, je le sais merci, l'Islam n'attend que cela, une raison de se foutre, à juste raison, de la trouille européenne...), ce sont donc des innocents qui prendront les coups, pas les premiers concernés, imbéciles incultes avant que d'être des iconoclastes...

Publié par Stalker le 5 février 2006 à 23:57

Après Munich et les nazis, voici fleurir les comparaisons avec Lénine et la Russie présoviétique. Quelle période de l'histoire échappera à la volonté de récupération des catastrophistes en chef ?

Il faudrait se donner la peine de lire les écrits de Lénine avant de parler de la révolution qu'il a dirigée en partie. De larges pans de son oeuvre décrivent la prise de pouvoir bolchévique, et pour en avoir lu une partie, je ne trouve aucun parallèle avec la situation actuelle.

La condition sine qua non de la réussite de la révolution bolchévique, ce fut l'existence d'une "situation pré-révolutionnaire", pour reprendre la terminologie de Lénine. Aucune révolution ne peut se dérouler sans le consentement (=l'immobilité) de la majorité de la population. La situation pré-révolutionnaire se caractérise par une attention accrue de la population aux thèses de l'avant-garde révolutionnaire, thèses qui déligitiment le pouvoir en place. Le rôle de l'avant-garde est crucial, dans le sens qu'elle seule pourra, par sa pénétration pré-révolutionnaire des rouages de l'état, prendre le contrôle des outils coercitifs au moment opportun.

Ce qui est clair dans la situation actuelle, c'est que :

1° la situation est peut-être pré-révolutionnaire en Europe, mais certainement pas en faveur des musulmans.

2° même si c'était le cas, les musulmans n'ont presque pas pénétré l'appareil d'état, ce qui leur ôte toute possibilité de le subvertir. N'oublions pas que les quelques mesures en faveur des musulmans ont TOUTES été passées par des politiciens blancs, européens et majoritairement ATHEES.

Je reviens sur le point 1, qui est important. Aujourd'hui, l'état d'esprit de la population ouest-européenne est principalement anti-libéral et anti-musulman. Tout groupe qui déciderait de prendre le pouvoir pourrait s'appuyer sur ces deux positions idéologiques pour s'assurer le soutien (= l'immobilité) de la majeure partie de la population. Les Européens demandent, chaque jour un peu plus, à se faire diriger par des politiciens "durs", car ils ont l'impression de ne pas être écoutés et d'être en danger. Symptômatique de cet état de fait est le succès du martial Nicolas Sarkozy.

Ainsi, s'il y a quelque chose à craindre, ce n'est pas du côté des musulmans qu'il faut regarder, mais du côté de ceux qui apportent une réponse étatiste à ce problème : en gros les proto-fascistes de gauche et de droite, dont le succès électoral et la contamination du point de vue des idées vont aller croissant.

La solution libérale, la seule qui vaille, est totalement passée à la trappe : consistant en une rupture paradigmatique par rapport au modèle qui prévaut en Europe depuis la fin de la 2è guerre mondiale (l'étatisme), cette solution n'est tout simplement pas considérée, comme si elle n'existait pas. Elle est pourtant simple : ne plus aller déclarer la guerre au monde entier et casser le système d'assistanat généralisé qui 1° crée un ressentiment profond chez les autochtones et 2° pousse les allochtones à ne pas s'intégrer.

Ce que vous êtes tous en train de faire, toute cette excitation sur la fin du monde, ne va mener qu'à une seule chose : radicaliser l'étatisme des politiques menées par les politiciens. Comme les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets (le "problème" musulman que vous dénoncez ayant été TOTALEMENT CAUSE PAR L'ETAT), la situation empirera jusqu'à ce qu'arrive finalement la situation révolutionnaire, que les musulmans soient tous expulsés/discriminés, et que chacun de nous vive dans un état dictatorial.

Publié par Gadrel le 6 février 2006 à 2:17

@ louis, de la Vertu, ce que je voulais dire : l'interdiction de fumer généralisée, est-ce faire le Bien de la personne ? Le contrôle abusif des armes de poing sans distinction, est-ce faire le Bien ? Appeler un borgne et imposer la terminologie non voyant, est-ce le Bien ? Restreindre les libertés de façon généralisé au nom de la Vertu, est-ce le Bien ? et votre exemple du médecin, tient-il toujours face à un malade... qui n'a pas le droit de choisir de mourir, est-ce le Bien ? J'en déduis que trop faire le Bien... c'est finalement faire le mal comme ces Femmes et ces Hommes que l'on veut vertueux pour gagner le paradis et ça semble être une constante dans toutes les religions même s'il y en a une qui se distingue brutalement en ce moment. Ceci dit je conçois que TENDRE vers le bien est un beau projet.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 6 février 2006 à 3:30

@ LM, de la recherche : pour ne pas alourdire le Blog je voyais cette fonction au niveau de votre moteur de recherche interne, pouvoir rechercher large ou de façon plus pointue mais je ne suis pas suffisamment connaisseur pour savoir si votre logiciel le permet. L'autre façon de faire serais d'accéder par ordre alphabétique à vos définitions et d'autres que vous trouveriez pertinentes mais j'ai l'intuition que ça doit être lourd à réaliser.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 6 février 2006 à 3:52

Gadrel:

Il n'y a peut-être pas encore de « situation pré-révolutionnaire » avec les musulmans en Europe occidentale, et les musulmans sont en effet une minorité aujourd'hui.

Mais dans 50 ans - c.-à -d., quand la majorité « laïque » d'européens occidentaux aura depuis longtemps cessé de se reproduire - qui sera alors en majorité en Europe ? Les musulmans, bien sûr ! : les enfants et les petits-enfants des sauvages qui brûlent nos ambassades et nos drapeaux, et qui lancent des cailloux sur nos forces de police!

Heureusement (ou malheureusement), le pouvoir d'ici 50 ans sera toujours détenu par « des politiciens blancs, européens et majoritairement athées » - d'où justement la situation pré-révolutionnaire idéale !

Ceci nous donne une comparaison parfaite avec la situation de la Russie pré-sovietique ! Et pas besoin de lire les Å“uvres désuètes de Lénine pour voir la vérité!

Publié par l'Eurocanaméricain le 6 février 2006 à 4:28

Faire des prévisions à 50 ans, dans quelque matière que ce soit, est un exercice totalement vain. L'évolution du monde n'a rien de linéaire, or votre théorie l'est totalement.

Dans 50 ans, la Russie ou les USA auront peut-être conquis l'Europe, les musulmans se seront peut-être fait expulser par les partis nationaux étatistes qui auront majoritairement pris le pouvoir, les Arabes présents en Europe ne seront peut-être qu'une minorité à être encore musulmans, etc.

Publié par Gadrel le 6 février 2006 à 11:58

Voir aussi,dans Le Monde d'avant-hier, l'intéressante mise au point du spécialiste de l'islam JF Clément.

Voir:

Les dessous d'une satanisation réussie

http://jcdurbant.blog.lemonde.fr/jcdurbant/2006/02/caricatures_du_.html

Publié par jc durbant le 6 février 2006 à 13:45

@ LM : Vous n' avez de comptes à rendre à personne, on sait que vous êtes très pris. J' ai jamais demandé d' excuses ;-)

Maintenant je ne voudrais pas qu' on me comprenne mal : je n' ai jamais prêché la haine de qui que ce soit, ce n' est pas détruire des gens qu' il faut, c' est cette culture (est-ce interdit de dire ça ? OK merci de m' avoir averti ça fera des ennuis en moins).

Je suis content de voir ici des gens d' accord avec moi. Mais je n' ai rien fait d' autre que de constater. La mère de l' excellent, l' auguste, le magnifique Ariel Sharon elle-même le lui répétait sans cesse : "Les Arabes ne comprennent que la violence". Voilà des gens bien mieux placés que nous pour connaitre les réalités du problème.

Eh oui je généralise, car on a le droit de parler en termes généraux d' une majorité. Vous avez rencontré des Arabes très bien, cultivés rationnels et pacifiques, grand bien vous en fasse, comme ça on est deux d' ailleurs, mais 1) ces gens ont-ils développé cette personnalité uniquement en restant chez eux ou en côtoyant l' occident ? 2) ces gens sont une minorité et il est dangereux de considérer une minorité en premier lieu quand on parle de toute une culture.

Bon les autres vous l' avez lu mon super article ? ;-)

Publié par Arnaud le 6 février 2006 à 15:10

Gadrel:

Il ne s'agit pas de prévisions politiques mais démographiques, tel que pratiqué très couramment par des agences nationales et internationales, les institutions financières, etc. 50 ans c'est à peine la durée d'une hypothèque!

Les gouvernements vont changer plus d'une fois, mais les populations arabo-musulmanes qui sont nées aujourd'hui en Europe y resteront! à moins, bien sûr, que les « parties nationaux étatistes » les auront expulsées! Mais alors on parle d'un retour aux socialismes totalitaires (e.g. : nazisme ou communisme). Dans ce cas, il serait peut-être préférable que les Etats-Unis, en effet, envahissent l'Europe!

Et n'oublions surtout pas que, si l'histoire n'est pas linéaire, l'Islam l'est ! Voyez comme preuve l'histoire de l'Etat Hébreux depuis 1948 (soit depuis 58 ans !)

Publié par l'Eurocanaméricain le 6 février 2006 à 16:05

"...Bon les autres vous l' avez lu mon super article ? ;-)..."

Arnaud, on ne peut détruire une culture, on ne peut que détruire les Hommes de cette culture. On ne peut détruire l'esprit, on ne peut que détruire les corps qui l'abritent. Cela explique peut-être la propension que nous avons les Humains à pratiquer le génocide. LM se devait de tirer la sonnette d'alarme et ce n'est pas la première fois ;-)
"Les Arabes ne comprennent que la violence". Oui, certes et nous de même. C'est pour cela que nous avons fini par opter pour des solutions moins radicales, fatigués de nous castagner pour un oui et pour un non. Les Musulmans finirons par suivrent le même chemin ou disparaîtrons pour réengendrer une nouvelle Civilisation, une nouvelle culture. Oui le métissage peut nous changer c'est une constante dans ce monde... si nous sommes forts culturellement et que nous le restons j'entrevois pas de gros changements. J'adore le couscous d'orge vert avec un tagine d'artichauts sauvages mais cela ne fait pas de moi un Berbère ou un Arabe et je n'affectionne pas spécialement la Dhimmitude. J'ai plutôt tendance à garder la main sur ma dague même si mes années passées en terre d'Islam on fait de moi un Mozarabe mais certainement pas un Dhimmi ;-)
Diaboliser l'autre n'est pas la solution, et Ariel Sharon s'est bien gardé de le faire. Il a fait sa job de guerrier d'Israël comme tous ces excellents militaires qui ont répondu à toutes les attaques que ce petit pays a du subire. On pourrait leur appliquer la devise des Tabors " Zid el goudem " ( en avant ).

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 6 février 2006 à 19:13

Ce qui manque à l'Europe, un concept moteur équivalent à celui de l'Hindutva pour l'Inde?
Un puissant rappel des quatre temps fondateurs de l'Europe: Europe sylvestre et shamanique, Europe héritière de la Grèce de l'âge classique, Europe héritière de la puissance morale et militaire de Rome et enfin Europe héritière de la synthèse judéo-chrétienne pourrait permettre de reconstruire un arc conceptuel allant de l'Océan Atlantique à l'Océan Pacifique par-delà la frontière artificielle de l'Oural.
Peut-être la montée belliqueuse de l'Islam va -t-elle servir au réveil de cette Europe, même si pour le moment je suis plutôt pessimiste et écoeuré par la veulerie de nos représentants actuels.
L'Islam par cette troisième offensive est une piqûre de rappel qui devrait provoquer ce réveil mais que peut-elle contre une anesthésie et une amnésie aussi fortes?

Publié par kallistos le 11 février 2006 à 22:56