« Des blogs à découvrir | Accueil | La chasse à l'Occidental »

28 novembre 2005

Une forteresse qui monte

Les lecteurs de ce carnet connaissent les doutes que m'inspire la constitution d'une forteresse européenne, dans laquelle les forces armées sont déployées pour lutter contre l'immigration illégale. La récente initiative de l'Union européenne, consistant à créer un corps de garde-côtes européen disposant de moyens navals et d'images par satellite, renforce encore l'hermétisation du continent ; et puisque je vois mal comment de tels éléments pourront être trouvés - au moins à court terme - en-dehors des marines nationales, cette démarche a au moins l'avantage d'officialiser une politique mise en Å“uvre depuis des années. Avec en outre des mesures positives visant à favoriser une immigration légale et utile.

Malgré cela, ces efforts multinationaux visant à mieux protéger les frontières des pays membres de l'UE contre une menace démographique extérieure ne parviennent pas à faire oublier l'existence au sein de l'UE d'un ennemi intérieur, dont les contours idéologiques et identitaires plus que démographiques sont dangereux. Bien entendu, ce n'est pas parce que le laxisme en matière d'immigration et surtout d'intégration a généré une situation conflictuelle sur notre sol qu'il faut renoncer à toute mesure en amont dans ce domaine, sur le plan géographique du moins. Malgré cela, c'est probablement un autre signe du désarmement des esprits qu'il soit plus facile de lutter globalement contre l'illégalité potentielle de l'extérieur que contre l'illégalité réelle de l'intérieur.

La forteresse Europe devient de plus en plus réalité, mais ses murs renferment suffisamment d'ennemis pour y déclencher une guerre. Dans ces conditions, il serait peut-être temps de considérer l'immigration comme une chance pour le rééquilibrage interne et pour le rapprochement des identités, en permettant à des populations mondiales tentées par l'environnement européen - et désireuses de s'assimiler à ses valeurs ainsi qu'à ses lois - de plus facilement concrétiser pareille aspiration. En d'autres termes, puisque l'augmentation des flux migratoires est inévitable sur une planète qui rapetisse, il s'agit d'exploiter les opportunités du phénomène et d'en minimiser les risques. La création d'une flotte européenne gardant les frontières navales de l'UE semble donc nécessaire.

Maintenant, les esprits critiques - et pertinents - me diront que l'Europe n'a pas les moyens d'attirer à elle des individus désireux de devenir européens, qu'elle est à la fois séduisante sur le plan pécuniaire et quelconque sur le plan identitaire, et donc que l'immigration vers ses rivages est avant tout dictée par l'envie de profiter d'elle. Dès lors que ce continent renonce à ce qui attire l'immigrant authentique, comme le dynamisme économique, l'ouverture intellectuelle ou encore le rayonnement militaire, il paraît illusoire de parvenir à ce que je décris ci-dessus. Faut-il donc fermer les frontières de l'Europe en attendant qu'elle accepte les tours et les atours de la puissance ? Voilà une question que je laisse en suspens!

Publié par Ludovic Monnerat le 28 novembre 2005 à 8:35

Commentaires

"La forteresse Europe devient de plus en plus réalité, mais ses murs renferment suffisamment d'ennemis pour y déclencher une guerre."

Brillant.

Pour le reste du billet, je suis malheureusement moins optimiste. L'immigration européenne est souvent le fait d'individus qui n'ont de cesse que de vivre des diverses allocations que versent les Etats-providence sans rien créer en échange; quant aux immigrés productifs et travailleurs, eux ne souhaitent qu'une chose, aller en Angleterre!

Finalement, je ne crois pas un instant que l'intégration soit le moins du monde motivée par la culture, le rayonnement militaire ou l'ouverture intellectuelle. A mes yeux, je ne vois qu'une immigration économique massive pour laquelle tous les moyens légaux (asile, mariage, regroupement familial...) sont bons.

Fermer les frontières est impossible et impensable. Aucune barrière ne peut résister à l'immense pompe aspirante que constituent la richesse de l'Europe, et par contraste l'absence d'espoir des régions limitrophes.

Cela n'empêchera pas nos fiers politiciens d'essayer...

Publié par Stephane le 28 novembre 2005 à 10:32

Assez d'accord avec Stephane (dont je signale au passage l'excellente analyse de ce dimanche de votations, à trouver sur son blog).

À mes yeux il est clair que l'Europe doit combattre l'immigration illégale malgré le carctère sisyphien de cette entreprise (n'y voyez pas d'intention!). Elle devrait toutefois alors trouver moyen d'attirer des gens qualifiés (ce qu'elle ne fait pas). Nous avons beaucoup trop d'immigrants clandestins non-qualifiés qui finalement ne seront qu'à peine intégrés, n'auront pas de boulot, risquent fort de tomber à charge de l'assistance publique et de travailler au noir. Nos institutions sociales ont déjà suffisament de peine à se financer.

Combattre le travail au noir est d'ailleurs un des premiers pas pour réduire l'immigration clandestine, le travail au noir étant le seul moyen (à part la crimiinialité) financer cette dernière. La Suisse a fait un pas dans la bonne direction quand le législateur a accepté de distinguer entre immigrants désirés et non-désirés, se rendant compte que toute loi d'immigarton devait avant tout servir l'intérêt national et non celui des étrangers. Il semble même que la gauche renonce au référendum...

En passant, il y a deux mois, dans le WSJ, j'ai lu un intéressant éditorial. L'auteur y décrivait un mur de séparation, des barbelés, des caméras de surveillance, des soldats en patrouille, des gens séparés auxquels ils était interdit de franchir le mur, etc. Bref, la réaction du lecteur devait être de croire automatiquement qu'il s'agissait du "mur" séparant Israël des territoires disputés (c'était au temps du retrait de Gaza). Vous vous en doutez, en fait, l'auteur décrivait les installations européennes ou espagnoles en Afrique du Nord, au Maroc. Il démontrait alors l'hypocrisie des gens qui critiquent la barrière de sécurité en Israël et qui en même temps essaient aussi de s'isoler de leur côté...

Publié par Sisyphe le 28 novembre 2005 à 11:31

"Elle devrait toutefois alors trouver moyen d'attirer des gens qualifiés (ce qu'elle ne fait pas)"

Il faut néanmoins savoir que de n'accepter que les individus qualifiés originaires de pays en difficultés n'arrange pas vraiment la situation des-dits pays.
C'est aller de Charybde en Scylla.

C'est le paradoxe un peu hypocrite de l'"immigration choisie".

En dehors d'améliorer significativement les conditions de vie dans les pays en difficultés, point de salut.
Mais l'ampleur de la tâche est phénomènale et nécéssite de dépasser certains tabous et l'ambiguité de certaines politiques.

Publié par fingers le 28 novembre 2005 à 13:34

Il y a deux ans j'avais écrit sur ce problème de l'immigration vue depuis l'autre coté (Evoweb: "Emigration" - 20 novembre 2003 - 21:28) avec comme conclusion : "Le problème de l'immigration n'est pas seulement celui des populations déplacées, exploitées, déracinées. Pour la France il est aussi le manque d'immigration de haut niveau, du aux nombreux filtres mis en place pour que seuls les moins bons y échouent."
Il ne me semble pas que quoi que ce soit ait véritablement changé en deux ans, et rien ne m'indique que ceux qui ont le choix préféreraient maintenant venir en Europe plutôt qu'aux USA ou au Canada.

Publié par Evoweb le 28 novembre 2005 à 13:37

"Festung Europa"? ;-)

Cet article croisé avec d'autres informations montre mieux que tout autre la schyzophrénie dominante en Europe. Schyzophrénie qui a des relants de bleuite ou d'intox destinées à ses propres citoyens.

Couplant ces déclarations (gardes côtières) avec celles qui émergent de la conférence de Barcelonne (1) on se pose forcemment des questions.

On ne peut que penser aux accords d'Eurabia (2), à l'acharnement pro-turc, au palestinisme effrené, à l'esprit de Munich qui semble guider la dirigeance européenne ...

Mais voyons quel est le sujet ce cette conférence Euromed(itérranéenne).
Tout d'abord on y utilise la novlangue. On dit qu'il y a d'un côté l'Europe et de l'autre des "partenaires du sud", "pays méditérranées" ... ne pouvant pas les appeller "pays jeunes". Un citoyen distrait pensera à l'Espagne, la Grèce, Malte, les pays du soleil ... la réalité est différente. Sous ces euphémismes politically corrects ont entend les pays musulmans (avec l'exception d'Israël).

Et que veut-on faire avec ces "pays du soleil"?
- Algérie, Maroc, Tunisie, Turquie, Chypre, Malte, Egypte, Jordanie, Israël, l'Autorité Palestinienne, Liban et Syrie

Et bien ""la rencontre de Barcellone a officialisé hier une "alliance des civilisations" pour tenter de réduire la fracture culturelle et religieuse qui nourrit les rangs de l'islamisme radical"" [Le Figaro, page 6, "Euromed propose ..."].
Rien que ça! Mais audelà de ce verbiage magniloquant, qu'est ce que ça signifie?

Qu'est ce qui pourrait "réduire la fracture culturelle et religieuse qui nourrit les rangs de l'islamisme radical"? A les écouter ces "islamistes radicals" on aurait l'impression que seule une soumission totale pourrait les satisfaire ... et la seule "fracture culturelle et religieuse" qui semble les déranger c'est qu'il y ait des koufar (non musulmans) sur terre ...


Mais passons au-delà .

Un autre volet consiste en la lutte contre le terrorisme avec la création d'une alliance contre le terrorisme.

Hélas la "definition du térrorisme est brouillée par le conflit israélo-palestinien" ce qui veut dire quoi ?????

Le représentant egyptien tient à préciser """qu'il ne faut pas confondre le meutre aveugle de "civils innocents" avec la "résistance à des forces d'occupation""" (3).

Et pour lutter contre le terrorisme on a quels alliés? Syrie, Autorité palestinienne (le Hamas est en train d'y faire partie), Liban (Hezballah représenté au parlement) ????? c'est pour savoir comment développer le terrorisme ou pour savoir comment combattre le terrorisme????? ... vous me direz qu'il n'y a rien de mieux qu'un voleur pour en attraper un autre (Vidocq ex bagnard) ... mais ...

Un autre volet encore est constitué par le "social"
- les droits de l'homme
- l'éducation et la lutte contre l'illétrisme
- les droits de la femme
sujets hautement valorisants ... mais encore une fois qui sont les partenaires?
- Algérie, Maroc, Tunisie, Turquie, Chypre, Malte, Egypte, Jordanie, Israël, l'Autorité Palestinienne, Liban et Syrie

Dernier point est la "gestion de l'immigration" ... voir les accords d'Eurabia ;-)

Naturellement la conférence se termine par une déclaration commune qui dénonce les dangers accrus d'un "choc des civilisations" par les USA blablablabla ... voir les accords d'Eurabia


Tous ça serait très beau mais pourquoi concernant le terrorisme et le social tout le monde ne se randait pas en Israël et voir comment on lutte
- contre l'illétrisme,
- contre le terrorisme,
- contre la discrimination envers les femmes comment Israël a fait pour
- respecter les droits de l'homme à un niveau incommun dans ces "pays du soleil"?

Tout simplement parce que ce n'est pas le but!
Le but étant la construction d'Eurabia!


Pays "du soleil" que l'on ne saurait décevoir car on nous fait part d'"en haut" que:
"""Lors de la dernière conférence euroméditerranée, à Naples, les 2 et 3 décembre 2003, les ministres des Affaires étrangères ont reconnu que « le processus d'élargissement de l'UE, d'une part et la situation actuelle au Moyen-Orient, d'autre part, suscitaient une grande demande d'Europe sur les rives méridionales et orientales de la Méditerranée ».""" (5)

Les moyens sont tous bons mais les meilleurs sont indolores:
Anestétisés par les Star-Ac, écrasés par l'économie mondialisé, les européens sont prêts à croire à n'importe quoi
""En effet, "jour par jour, et presque minute par minute, le passé était mis à jour", "car celui qui a le contrôle du passé a le contrôle du futur. Celui qui a le contrôle du présent à le contrôle du passé". "Et même, pour favoriser cela, on peut réduire le vocabulaire, ce qui conduit Syme à affirmer que "c'est une belle chose, la destruction des mots". " "" 1984 Orwell ... les "jeunes", les "pays du sud", la "resistance irakienne", les "chances pour l'europe", "la fin de la violence" ... la fin


ps
le journaliste du Figaro fait une bourde colossale en citant Ibn Khaldoun ... voir ce qu'il pense des arabes [considérations qui restent de Ibn Khaldoun et que je ne partage naturellement pas]

(1)
Euromed propose une «alliance des civilisations» contre le terrorisme
http://www.lefigaro.fr/international/20051128.FIG0288.html?104708

Syrie et Libye : les pays «à problèmes»
Le premier, la Syrie, fait partie de la famille. Le second, la Libye a vocation à y entrer....
http://www.lefigaro.fr/international/20051126.FIG0101.html

La coopération euroméditerranéenne en panne à Barcelone
http://www.lefigaro.fr/international/20051126.FIG0102.html?104708

Le Partenariat euro-méditerranéen, pour le dialogue et l'action à quand la prédication et le combat? [note perso]
http://www.lefigaro.fr/debats/20051128.FIG0037.html


(2)
- http://www.upjf.org/union-europeenne/article-7227-122-4-ascension-eurabia-robert-spencer.html
- http://www.eurabia.nl/
- http://harissa.com/D_forum/Autres/eurabia.htm

(3)
Page des attentats en Israël depuis 1995
http://www.mfa.gov.il/MFA/Terrorism-+Obstacle+to+Peace/Palestinian+terror+since+2000/Suicide%20and%20Other%20Bombing%20Attacks%20in%20Israel%20Since


(4)
http://littlegreenfootballs.com/weblog/pictures/PalestinianChildAbuse/?imgIndex=11&autoShow=1

(5)
http://www.europeplusnet.info/article226.html

_____________________
The Euro-Mediterranean Conference of Ministers of Foreign Affairs, held in Barcelona on 27-28 November 1995, marked the starting point of the Euro-Mediterranean Partnership (Barcelona Process), a wide framework of political, economic and social relations between the Member States of the European Union and Partners of the Southern Mediterranean
http://europa.eu.int/comm/external_relations/euromed/

Publié par Mikhaël le 28 novembre 2005 à 14:33

Les concepts de forteresse européenne et d'hermétisation du continent me font immanquablement penser à deux remparts célèbres et inutiles : la ligne Maginot et la grande Muraille de Chine.

On connaît l'inutilité et l'absurdité de la première, piètre paravent supposé protéger une France retranchée, mais surtout destinée à se masquer à soi-même l'état général d'un pays et de son archaïsme militaire.

La seconde a servi à protéger l'intérieur (sa population , son territoire, son pouvoir) des invasions de l'extérieur (hordes barbares), mais elle visait aussi à empêcher l'intérieur de voir l'extérieur (donc de comparer, ou de partir).

Dans les deux cas, en voulant occulter la réalité intérieure et extérieure, l'effet obtenu est inverse.

Vouloir fermer l'Europe en refusant de considérer l'extérieur (l'Afrique dans ce cas précis) ou l'intérieur (les problèmes identitaires, religieux, économiques, les tracés de frontières - Bosnie, Kosovo - et les profondes mutations en cours dans le domaine de la démocratie citoyenne, de la perception de l'économie et des institutions par les citoyens ) n'est qu' un aveuglement de plus, une illusion de sécurité.

Quand on ne peut changer les données d'un problème, on doit travailler avec la réalité et non avec des hypothèses bâties sur un monde fantasmé (par le passé ou la peur de l'avenir, cf post ci-dessus).

L'immigration légale et illégale, la faillite de l'intégration sont des données réelles.
Une Europe comprenant des populations de cultures et religions différentes aussi, que cela plaise ou déplaise.

Repenser autrement l'identité européenne et sa construction institutionnelle est une urgence. Formuler autrement notre diversité et notre richesse pour en redécouvrir la force en est une autre.

Regardez le bouillonnement culturel et l'envie d'agir des nouveaux pays entrants ! L'Europe n'est pas pour eux une idée creuse, encore moins une vache à lait. C'est une envie profonde et créatrice, un élément moteur, et ces pays ont certainement des idées neuves à nous proposer, à nous, pauvres vieux pays sclérosés intellectuellement.

C'est la dynamique et la fierté de l'Europe qu'il faut retrouver, et ce n'est pas dans le repli défensif ou la bureaucratie toute-puissante que nous la trouverons.

La meilleure défense, c'est l'attaque. Il faut surprendre et oser. Mais pour cela travailler intelligemment.

L'immigration/intégration est notre point faible ? Soyons humbles et inventifs. L'enseignement des arts martiaux nous apprend cette première vérité : "Travaille ton point faible, sans relâche, afin d'en faire ton second point fort". Arrivés là , vous devenez durs à battre.

Nous avons été mauvais et inefficaces dans notre gestion/perception des populations immigrées présentes, et mauvais et inefficaces dans notre gestion/acceptation des indépendances africaines. Nous ne regardons pas le monde tel qu'il est.

Aspirer les meilleurs éléments intellectuels au détriment du développement de leurs pays me semble à moyen et long terme suicidaire pour l'Europe, car le risque de voir se créer aux portes de l'Europe et de l'Asie un gigantesque ghetto n'est déjà plus une hypothèse.

Maintenir l'Afrique dans sa situation actuelle de réservoir de richesses énergétiques et minières (pétrole, uranium, or, diamants...) pour les occidentaux (où s'enrichissent au passage des gouvernements corrompus et fossoyeurs de leurs peuples), décider de plus sciemment d'y abandonner les plus pauvres et les illettrés aux mains des famines, millices, bandes armées, intégristes, esclavagistes et exploiteurs de tous bords, en exportant en Europe au nom d'une immigration choisie ceux qui pourraient aider à construire leurs pays, revient soit à considérer que l'Afrique est déjà un continent déjà perdu, inutile au monde moderne, soit à enclencher avec une irresponsabilité volontaire une réaction nucléaire en chaîne conduisant à un affrontement ultérieur et proche bien plus terrible.
(sans compter l'implantation croissante de la Chine en Afrique : dans quels buts stratégiques ? - on pourrait aussi parler du savoir-faire des Triades dans l'immigration clandestine en Europe...)

L'Europe est attractive économiquement et socialement parce que proche géographiquement et riche, mais aussi parce que proche historiquement, quoiqu'on en dise aujourd'hui.

Concernant la création d'un corps de garde-côtes européens (non seulement en Méditerranée, mais aussi sur la façade atlantique), c'est un souhait réclamé depuis longtemps par les affréteurs des marines commerciales. Le problème ne concerne pas seulement les mouvements de popolations. L'Europe a déjà un vrai problème avec ses propres armateurs, et les grandes compagnies maritimes européennes appelent cette création depuis de nombreuses années.

Au travail donc.

Publié par alouette le 28 novembre 2005 à 15:00

Ces "rigolos" du drame de la Commission européenne pourraient au moins se déguiser en Frères Marx (Harpo, Groucho etc) pour nous faire avaler leur couleuvres.

Frères Marx
http://images.art.com/images/products/large/10204000/10204500.jpg


http://www.marx-brothers.org/
http://www.the-marx-brothers.com/marxbrothers.gif

Publié par Mikhaël le 28 novembre 2005 à 15:12


alouette gentille alouette

>Les concepts de forteresse européenne et d'hermétisation du continent me font immanquablement penser à deux remparts célèbres et inutiles : la ligne Maginot et la grande Muraille de Chine.
On connaît l'inutilité et l'absurdité de la première, piètre paravent supposé protéger une France retranchée, mais surtout destinée à se masquer à soi-même l'état général d'un pays et de son archaïsme militaire.
+++ La ligne Maginot n'était pas terminée ...

>La seconde a servi à protéger l'intérieur (sa population , son territoire, son pouvoir) des invasions de l'extérieur (hordes barbares), mais elle visait aussi à empêcher l'intérieur de voir l'extérieur (donc de comparer, ou de partir).
+++ Le nord (Mongolie) semblerait moins object de "comparer ou partir" que le sud direction de voyages, de commerces et conquêtes ... :)

>Dans les deux cas, en voulant occulter la réalité intérieure et extérieure, l'effet obtenu est inverse.
+++ L'isolement de la Chine n'a rien à voir avec la Grande Muraille, et on ne voulait pas occulter la réalité mais contrer des invasions ... de pillards (les Mongols)

La France après le saignement d'une génération entière aurait dû se lancer dans une course à l'armement? une politique de conquête? La volonté de construire la ligne Maginot répondait à l'exigeance d'éviter une guerre. Point. Rendre la guerre impossible à gagner.
Prévoire l'évolution des chars d'assault et des avions et le changement radical de doctrine aurait voulu dire mettre Jules Vernes au ministère de la défense.

Pour les Chinois la muraille évitait d'avoir des masses de soldats pour repousser les incursions-invasions venants du nord.

La ligne et la muraille répondaient à l'exigeance de garder dehors de "entités" (Mongols, Allemands) qui n'avaient pas beaucoup d'intention positive envers les "visités" ... voulez-vous dire que ceux qui veulent entrer à tout prix en Europe y sont assimilables?

Vous proposez un Napoléoon européen ou un Gouderian africain?

>Vouloir fermer l'Europe en refusant de considérer l'extérieur (l'Afrique dans ce cas précis)
+++ Ce n'est pas parce que vous avez une porte chez vous que vous ignorez ce qui se passe dehors.
Le fait que vous n'invitez pas chez vous tous les SDF qui animés d'"une envie profonde et créatrice" d'expérimenter dans votre cuisine, d'écouter de la musique sur votre chaînes HIFI, de peindre dans votre salon, de se sentir chez eux et de vous enrichir avec le recit de leurs aventures, ce refus ne fait pas de vous un être abjecte ... ou non?


>ou l'intérieur (
- les problèmes identitaires,
- religieux,
- économiques,
- les tracés de frontières - Bosnie, Kosovo - et
- les profondes mutations en cours dans le domaine de la démocratie citoyenne,
- de la perception de l'économie et des institutions par les citoyens )
n'est qu' un aveuglement de plus, une illusion de sécurité.

+++ Vous pourriez expliquer cette liste de données?
Sans quoi pour "identitaire et religieux" je penserait plutôt aux Frères musulmans, vu que les européens (de souche) sont de moins en moins identitaires et religieux.
Pour la Bosnie et Kossovo il faudrait mettre en cause la Turquie et sont sanglant héritage colonial dans la région, impérialisme colonial qui a destabilisé des sociétés et des cultures quasi millénaires ... héritage allourdis par la collaboration massive au nazisme que les population catholiques et orthodoxes (Croates et Serbes) et les résistants n'ont pas publié!

Pour ce qui concerne la "démocratie citoyenne" quel est le sens que vous lui donnez? C'est un peu flou ...


>Quand on ne peut changer les données d'un problème, on doit travailler avec la réalité et non avec des hypothèses bâties sur un monde fantasmé (par le passé ou la peur de l'avenir, cf post ci-dessus).
+++ C'est vraiment pas un fantasme, vous suivez le lien (1) et vous trouverez des faits historiques des pages de la commission européenne, du conseil d'europe, d'organisations ... mais j'ai comme l'impression que vous être un idéaliste platonicien pour lequel les "idées" sont la seule réalité et ce monde bas et chaotique vous semble non relevant.

>L'immigration légale et illégale, la faillite de l'intégration sont des données réelles.
+++ Aussi le crime, les viols (en réunion ou pas) et alors? il faut laisser faire?

>Une Europe comprenant des populations de cultures et religions différentes aussi, que cela plaise ou déplaise.
+++ Bien sûr, ça a pris à peu près 2000 ans de luttes de guerres de sang et larmes, et à part les nostalgiques de Vichy de vrai salauds il en a plus.
Cette Europe est celle qui a aboli l'esclavage, a séparé l'état de la religion, lutté le plus contre le racisme sur la base de sa culture judéo-chrétienne, a apris à respecter les femmes et le minorités toujours sur les mêmes bases, a déclaré l'égalité de tous les êtres humains (croyants ou pas), la seule civilisation à accepter en son sein des immigrés.

Par contre plusieurs parmis les nouveaux venants sont issus d'une culture/civilisation qui n'a jamais, au grand jamais effectué la moindre introspection historique qui n'a jamais condamné son propre esclavage, son propre racisme, ses propres discrimination contre les femmes et les minorités, et ces nouveaux venants sont renforcés dans leurs préconcepts par des mouvements identitaires.


>Repenser autrement l'identité européenne et sa construction institutionnelle est une urgence. Formuler autrement notre diversité et notre richesse pour en redécouvrir la force en est une autre.

>Regardez le bouillonnement culturel et l'envie d'agir des nouveaux pays entrants ! L'Europe n'est pas pour eux une idée creuse, encore moins une vache à lait. C'est une envie profonde et créatrice, un élément moteur, et ces pays ont certainement des idées neuves à nous proposer, à nous, pauvres vieux pays sclérosés intellectuellement.
+++ Quel lyrisme!
Nous "pauvres vieux pays sclérosés intellectuellement" qui avons découvert la médecine, les sciences exactes, la méchanique, le respect des autres sans les mettre en dhimmitude ;) ... sans les bobards selon lesquels une civilisation d'amour et de tolérance aurait tout inventé ;)

>C'est la dynamique et la fierté de l'Europe qu'il faut retrouver, et ce n'est pas dans le repli défensif ou la bureaucratie toute-puissante que nous la trouverons.
+++ C'est ça, et le dynamisme et la fierté de l'Europe, historiquement vous les situez où exactement?

>La meilleure défense, c'est l'attaque. Il faut surprendre et oser. Mais pour cela travailler intelligemment.
+++Alors Napoléon ou Goudérian?

>L'immigration/intégration est notre point faible ?
+++ Commençons à l'appliquer cette fameuse intégration, on parle la langue du pays, on se conformes à ses valeurs de base ... immaginez-vous une immigration de minijupes en afrique du nord? en Iran? des producteurs de saucisses? des immigrants qui veulent construire des églises ou des temples bouddhistes ... ne vous rendez pas ridicule.
Commençons par maitriser l'immigration, il ya un chomage qui touche 10%, même les ingénieurs de formation génie, matériaux, fluides ont un taux de chomage de 13% (2), dans les "quartiers sensibles" on est à 20% ... vous voulez faire un cadeau aux patrons du MEDEF? La France et l'Europe n'ont pas encore intégré les immigrés déjà en Europe, on en rajoute?

>Soyons humbles et inventifs. L'enseignement des arts martiaux nous apprend cette première vérité : "Travaille ton point faible, sans relâche, afin d'en faire ton second point fort". Arrivés là , vous devenez durs à battre.
+++ Retour à un "sain militarisme" pour devenir "dur à battre"? Non merci la raison devrait nous suffire, votre parler guerrier m'indispose d'autant plus qu'il cache une intention opposée, celle de la rédition, de l'abbandon

>Nous avons été mauvais et inefficaces dans notre gestion/perception des populations immigrées présentes, et mauvais et inefficaces dans notre gestion/acceptation des indépendances africaines. Nous ne regardons pas le monde tel qu'il est.
+++ Et voilà une bonne dose l'autoculpabilisation à expier par une bonne dose d'angélisme immigrationiste.
Je suis très satisfait de l'indépendance des pays africains ... alors?

>Aspirer les meilleurs éléments intellectuels au détriment du développement de leurs pays me semble à moyen et long terme suicidaire pour l'Europe, car le risque de voir se créer aux portes de l'Europe et de l'Asie un gigantesque ghetto n'est déjà plus une hypothèse.
+++C'est ça! aidons-les à se développer à apprendre à pêcher aux lieux de leur donner des poissons, investissons en Afrique au lieu de les entasser dans des "quartiers sensibles" proies faciles du rap haïneux et des islamistes.
Avec ce que l'état dépense pour un déraciné en Europe, une famille élargie entière peut vivre établir sa petite entreprise, développer l'économie par le bas ...


>Maintenir l'Afrique dans sa situation actuelle de réservoir de richesses énergétiques et minières (pétrole, uranium, or, diamants...) pour les occidentaux (où s'enrichissent au passage des gouvernements corrompus et fossoyeurs de leurs peuples), décider de plus sciemment d'y abandonner les plus pauvres et les illettrés aux mains des famines, millices, bandes armées, intégristes, esclavagistes et exploiteurs de tous bords, en exportant en Europe au nom d'une immigration choisie ceux qui pourraient aider à construire leurs pays, revient soit à considérer que l'Afrique est déjà un continent déjà perdu, inutile au monde moderne, soit à enclencher avec une irresponsabilité volontaire une réaction nucléaire en chaîne conduisant à un affrontement ultérieur et proche bien plus terrible.
+++On en revient à ma réponse précédente. Il faut dénoncer le massacre du Darfour où les milices arabes Janjawis sont en train d'exterminer les Darfouriens, ou l'esclavage encore effectué ... mais ce n'est pas politically correct


>(sans compter l'implantation croissante de la Chine en Afrique : dans quels buts stratégiques ? - on pourrait aussi parler du savoir-faire des Triades dans l'immigration clandestine en Europe...)
+++ Et les pays arabes, ils ne depouillent pas eux aussi l'Afrique Noire? C'est pas politically correct d'en parler?
Voulez-vous parler de la délinquance d'individus "issus de l'immigration"? Je ne pense pas, et en tout cas votre remarque sens de loin le racisme! De très loin!


>L'Europe est attractive économiquement et socialement parce que proche géographiquement et riche, mais aussi parce que proche historiquement, quoiqu'on en dise aujourd'hui.
Aussi la Turquie est proche géografiquement et historiquement en tant qu'ancienne puissance coloniale en Afrique du nord ... mais personne n'a l'air de vouloir y aller manque d'argent?


>Concernant la création d'un corps de garde-côtes européens (non seulement en Méditerranée, mais aussi sur la façade atlantique), c'est un souhait réclamé depuis longtemps par les affréteurs des marines commerciales. Le problème ne concerne pas seulement les mouvements de popolations. L'Europe a déjà un vrai problème avec ses propres armateurs, et les grandes compagnies maritimes européennes appelent cette création depuis de nombreuses années.
+++
On change de sujet à la fin pour ne pas laisser le goût se poser.


En fin de compte votre commentaire me semble la tirade typique socio-altermondialiste qui vole sur les ailes d'un lyrisme de circonstance et qui veut dire en deux mots que l'europe est coupable et qu'elle doit accueillir tous ceux qui veulent y venir. Assaisoné de racisme anti-asiatique pour cacher le fait que l'immigration asiatique ne pose pas de problèmes sociaux.

(1)
- http://www.upjf.org/union-europeenne/article-7227-122-4-ascension-eurabia-robert-spencer.html

(2)source: Conseil National des ingénieurs et scientifiques de France (CNISF)
Le Figaro, Entreprise & Emploi, 28-11-2005, page 6


Publié par Mikhaël le 28 novembre 2005 à 19:31

Bien.
Le problème majeur réside avant tout dans le fait que l'UE, par sa politique "d'Etat Providence" attire les indigents de la planète entière, et non les cerveaux ou la main d'oeuvre qualifiée, désireux de s'investir et de partager logiquement les fruits d'une activité économique à laquelle ils participeraient.

Tant que le phénomène de "pompe aspirante" de "toute la misère du monde" ne sera pas brisée, il est illusoire de penser se mettre à l'abri derrière des kilomètres de concertina, de s'en remettre à des navires ou à des drônes, des gardes frontières etc.

Ces dernières mesures ne doivent être envisagées qu'en complément d'une refonte totale de notre dispositif économique et social (en un mot une pour le coup une révolution) afin, entre autre, de rendre l'UE "attractive".

Quand bien même. L'exemple américain est assez frappant et de mauvais augure. Bien que destination favorite des cerveaux de bien des pays (y compris européens) bien que "bénéficiant" d'une immigration relativement qualifiée et choisie, voire sélectionnée, bien que beaucoup moins favorable au concept "d'assistance" d'une manière générale, l'Amérique des WASP est en train de disparaître, démographiquement, linguistiquement, culturellement... Les protections de la frontière sud sont illusoires, déjà la Californie, le Texas, pour ne citer qu'eux possèdent une double langue officielle, l'infiltration se poursuit, inéxorablement. L'avenir des anglo-saxons d'amérique ne sera à terme pas plus enviable (vivable?)que celui des Afrikaners...

Une fois de plus, il reste à l'Europe à trouver une voie médiane, originale, la sienne tout simplement, résultat de son histoire, de sa culture. C'est un défi immense et très surement cruel qui ne soufrira aucune faiblesse, ni aucune utopie en la matière. Ce sera tout bonnement une question de survie...

Publié par Winkelried le 28 novembre 2005 à 21:08

Hors sujet, mais de façon générale, j'aimerais demander aux commentateurs de bien vouloir s'appliquer à limiter la longueur de leurs textes. Nous sommes certainement tous surchargés d'informations, et la perspective de devoir se farcir 3 hauteurs d'écran pour suivre un débat n'est pas des plus avenantes, surtout lorsque l'on termine sa journée de travail. La concision est, de plus, une manière d'aller à l'essentiel. Essayons donc d'éviter les circonlocutions et les digressions pour focaliser nos interventions sur un nombre restreint de messages-clefs. Tout le monde y gagnera !

Publié par Ludovic Monnerat le 28 novembre 2005 à 21:18

Que voulez vous, c'est là la rançon d'une "boutique qui tourne"...Le "taulier" devrait se réjouïr...mais je vous accorde qu'en fin de journée, c'est rosse! Je n'ai d'ailleurs pas tout lu, Mikhael m'a découragé.

Publié par Winkelried le 28 novembre 2005 à 21:27

Le taulier se réjouit, apprécie le temps que consacrent les intervenants, mais constate que, dans chaque organisation, survient immanquablement un seuil à partir duquel un trop-plein d'information aboutit à gripper le système. La solution passe toujours par un effort de concentration et de concision. Aller à l'essentiel s'apprend... avec le temps. Et nous avons tous à apprendre... :)

Publié par Ludovic Monnerat le 28 novembre 2005 à 21:37

message reçu. désolée.

Publié par alouette le 28 novembre 2005 à 22:03

Bonne analyse d'alouette.

J'ajouterai que les pays industrialisés ont souvent besoin d'une main d'Å“uvre peu qualifiée pour effectuer les tâches que nous ne voulons plus remplir. Autrement dit, vouloir attirer uniquement une population ayant un important degré de formation serait actuellement en contradiction avec notre mode de fonctionnement.
En revanche, il est nécessaire de donner des perspectives aux personnes que nous accueillons sur notre territoire. De façon à les intégrer et pour qu'elles puissent, si cela devient nécessaire, se reconvertir dans une autre activité professionnelle.
Enfin, sans venir en aide aux pays défavorisés, il est illusoire de vouloir stopper les mouvements migratoires.
Là aussi il s'agit d'être novateur, afin de régler un problème mondial.

Alex

Publié par Alex le 30 novembre 2005 à 13:24

Le problème des Français, quand ils parlent d'immigration, c'est qu'ils ne savent pas de quoi ils parlent. C'est un peu comme le mètre à mesurer ( en rouleau ) le " Tape " comme disent les Québécois. Quand le Canada décida de passer au métrique j'ai vu des " Tape " de construction en mm. Pas très pratique mais il ne fallait certainement pas demander à la France leur point de vue. C'est la même chose pour l'immigration. Il y a deux pays d'immigration au monde, le Canada et l'Australie ( je ne parle pas des USA qui ont une immigration " fermée " ou d'autres pays d'Amérique du sud qui demandent des immigrants investisseurs. La France ne va certainement pas demander son mode d'emploi au Canada... voyons vous n'y pensez pas ! J'ai immigré au Canada et ici ils y a 3 sortes d'immigrants : les réfugiés politiques ( ONU ), les immigrants investisseurs ( env. 250 000 $ et un projet accepté ) et les immigrants reçus ( personne choisie et sélection très serrée ). Alors je pense que les Français vont encore parler longtemps d'immigration sans vraiment parler du sujet car l'immigration ce n'est pas les travailleurs immigrés, ce n'est pas la jeunesse de x génération, ce n'est pas les illégaux qui finalement pour la plupart sont rentré légalement etc. Ça ce sont les effets, c'est une mauvaise habitude qui empoisonne notre compréhension et provoque beaucoup de confusion comme pour l'Islamisme ;-)

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 1 décembre 2005 à 2:50

Le sujet proposé concerne l'immigration européenne, et non la "vision" française du problème. Vous dites " Ça ce sont les effets", donc cherchons la cause, qui est selon vous le fait que les Français "ne savent pas de quoi ils parlent".
Bien. Replaçons le débat au niveau de l'Europe, si vous le voulez bien. La réponse consiste-t-elle selon vous a établir une position européenne commune - une doctrine en un mot - concernant l'immigration européenne, sa définition puis seulement ensuite ses modalités d'application ? Vaste programme ! Si seulement l'Europe arrivait à définir ses concepts au lieu de s'en tenir aux lois... cf. la constitution-fleuve illisible.

Publié par alouette le 1 décembre 2005 à 8:54

" @ alouette " ce que je cherchais à dire : c'est cette manie de réinventer la roue. Soit, les Européens devraient dans un premier temps copier ce qui se fait depuis des centaines d'années en Amérique ( en matière d'émigration ) et de modifier si nécessaire par la suite.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 3 décembre 2005 à 2:56

Je suis en terminale éco sociale et je prépare un exposé sur le thème de l'immigration. Notre problématique : pour ou contre l'immigration choisie
Les + : intérêts économiques du pays
faire face aux besoins
Les - : sur quels critères peut-on les choisir ?
d'1 point de vue éthique à l'encontre de l'égalité des chances
fuite des cerveaux : - pour PED


Pourriez vous me donner quelques arguments car je suis à sec ! merci d'avance

Publié par manue le 22 décembre 2005 à 21:09