« Les guerres sociétales | Accueil | La chasse à l'homme »

6 août 2005

Hiroshima, 60 ans après

Au sujet de la commémoration du 60e anniversaire du bombardement atomique d'Hiroshima, je conseille la lecture de l'article publié dans le Spiegel et traduit en anglais (première, deuxième et troisième partie). Une description honnête et factuelle des événements qui ont mené à l'emploi de l'arme nucléaire, sans ces tentatives de récupération qui de nos jours passent souvent par la réécriture de l'histoire.

COMPLEMENT I (7.8 2230) : Ce texte d'un entrepreneur japonais, qui offre une perspective possible de la manière avec laquelle les nouvelles générations nippones considèrent l'événement, mérite d'être lu (trouvé via Instapundit).

Publié par Ludovic Monnerat le 6 août 2005 à 16:11

Commentaires

Je me rappelle la crainte généralisé du risque atomique dans les années cinquante, j'avais l'age de raison et je soupçonnais quelque chose de terrible qui a bercé ma jeunesse, questionné mon adolescence et assuré ma vie d'adulte jusqu'a la chute du mure de Berlin. Nous avons été irradiés mentalement et notre compréhension de la paix était liée à la possession de la Bombe. Je lève mon verre de champagne à cette saloperie sans laquelle je n'aurait pu connaître le mot liberté.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 6 août 2005 à 22:55

Ce qui me révulse, c'est surtout cette façon qu'ont les médias de critiquer sans en avoir l'air avec de petits commentaires qui dépassent le cadre de leur travail, du style, après une brève interview du pilote de l'Enola Gay, qui reconnaît avoir "fait son boulot". La voix off, ajoute "il n'éprouve aucun remords ni regrets". Comme si il aurait dû en éprouver. Pourquoi? Pour avoir permis d'épargnr des milliers de vies dans son pays? Sa famille, ses amis...

On semble également oublier de signaler que c'est le Japon, qui, pour des intérêts économiques s'est allié à l'Allemagne et à l'Italie, en espérant avoir une partie de l'Europe lors de la curée qui aurait dû voir naître le 3è reich. C'est encore le Japon qui a sournoisement attaqué Pearl Harbor (qui, avant d'être une base militaire était aussi un port de civils).
Cessons de blâmer les USA pour s'être défendus d'une agression injustifiée.

Publié par Ares le 7 août 2005 à 15:10

Vous avez raison " Ares " les médias sont investis par un ramassis de crétins au service de la rectitude politique et de l'alter mondialisme comme ils étaient accrochés à la dialectique du mouvement de la paix largement subventionné par les " Communistes ". Ces demeurés sont dangereux uniquement parce qu'ils bénéficie d'une tribune abandonnée par nos élites qui n'ont plus cette facilité à discourir qu'avaient leurs prédécesseurs. Il faut ramener les langues classiques et la philosophie dans nos programmes scolaires ;-)

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 7 août 2005 à 17:09

Confirmation de l'importance d'une connaissance historique precise face a des revisionnistes a la Courmont ou des... Ben Laden !

__Mai 1998. Dans un entretien accordé à la chaîne américaine ABC, Ben Laden précise les menaces contre les Etats-Unis : "Les Palestiniens sont assassinés et, s'ils ont le malheur de répliquer, de la seule façon qu'ils peuvent, ils sont immédiatement taxés de terrorisme. [!] La violence de l'Amérique à l'encontre des musulmans n'a cessé de croître depuis la fin de la seconde guerre mondiale. A travers l'histoire, les Etats-Unis n'ont jamais fait la différence entre les civils et les militaires, comme le prouvent les bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki. Alors que l'Amérique n'a pas de religion qui l'empêche de commettre de tels actes contre des femmes et des enfants, pourquoi devrions-nous faire une différence ? Ils sont tous concernés."

Publié par jc durbant le 7 août 2005 à 19:48

Interpréter l'histoire est une tâche difficile, surtout lorsque l'on ne se trouve pas dans le contexte qui a marqué certaines décisions importantes. Toutefois, l'histoire est aussi là pour poser des questions qui proposent parfois d'autres pistes et d'autres explications que celles fournies par les instances officielles. Dans ce cadre, personne (mis à part les négationnistes) ne nie le rôle néfaste joué par les puissances de l'Axe. Personne ne peut non plus douter de la nécessité d'utiliser la force armée, pour mettre hors de nuire le Japon ou l'Allemagne.
Toutefois, il n'est pas inutile de se demander s'il était vraiment nécessaire de faire exploser deux bombes atomiques sur des objectifs avant tout civils. C'est pourquoi je suis sceptique face aux déclarations de certains exécuteurs, qui après coup, déclarent n'avoir fait que leur boulot (sans sembler outre mesure ébranlés par leur action). Car ce genre de comportement sert souvent à se déculpabiliser par rapport à un acte commis. Dans d'autres contextes, ce type de réflexion peut mener à des situations bien plus tragiques.
Les personnes ayant participé de près ou de loin à l'extermination des Juifs utilisent en majorité les mêmes arguments (soit je ne faisais qu'obéir aux ordres ; soit je n'étais qu'un maillon d'une chaîne immense). Relever ce dernier point oblige chacun à se rendre compte que la plupart de nos actes ne sont pas anodins et ont leur importance ; par rapport à nous-mêmes et à nos semblables.

Alex

Publié par Alex le 8 août 2005 à 9:32

Je suis assez d'accord avec le commentaire d'Alex.
Cependant, il faut prendre en compte la motivation et la finalité de ce genre d'action dans sa dimension collective, et la comparaison avec les arguments des individus ayant participé de près ou de loin à l'extermination des juifs n'est valable qu'à un point de vue personnel, c'est-à -dire comme réflêxe de défense psychologique face un acte que la morale réprouve ou qui s'avère trop lourd pour être supporté par la conscience d'un seul individu.
Les personnes chargées de lourdes responsabilités ( dont les décisions peuvent avoir d'importantes répercussions sur autrui, à l'instar de médecins, de chirurgiens, officiers et d'autres... ) doivent pouvoir, dans une certaine mesure, se décharger sur des instances supérieures ( ou sur un système de valeurs considérées comme consensuellement justifiées ) afin de pouvoir continuer de remplir leur rôle dans la collectivité.
Aussi, dans une société individualisée à l'excès, il me semble évident que les individus dans leur majorité cherchent de plus en plus à fuir les reponsabilités qui vont de pair avec l'augmentation leurs libertés personnelles, avec des exigeances contradictoires de plus de sécurité, de plus de liberté, de plus de responsabilité, demandée à une collectivité à laquelle ils veulent de moins en moins s'identifier.

Publié par fingers le 8 août 2005 à 11:20

"... C'est pourquoi je suis sceptique face aux déclarations de certains exécuteurs, qui après coup, déclarent n'avoir fait que leur boulot (sans sembler outre mesure ébranlés par leur action)...
Les personnes ayant participé de près ou de loin à l'extermination des Juifs utilisent en majorité les mêmes arguments (soit je ne faisais qu'obéir aux ordres ; soit je n'étais qu'un maillon d'une chaîne immense)... "

Je trouve cette comparaison très discutable. Pour la bombe la grande majorité des exécutants ne savait d'elle que l'effet de Kilo de TNT qu'elle était supposé produire. Donc d'épargner des sorties à haut risque et de raccourcir éventuellement la guerre, les troupes et les esprits étant passablement " fatigués " ( mon père a toujours dit, et ça date des années cinquante qu'ils étaient heureux de la nouvelle car leur régiment d'infanterie était en tête de liste pour débarquer avec les Américains au Japon comme il l'avait fait en Italie ). Dans le cas des camps de concentration, les responsables ont eu pendant de longues années la dégradation physique et psychologique d'enfants, de femmes et d'hommes devant leur yeux et l'élimination planifiée était à porté de leur sens. Si la portée de nos actes ne sont pas anodins alors je pense que certaines comparaisons sont à éviter et pour échanger sur un sujet aussi dramatique il est préférable de s'en tenir aux faits dans leur contexte.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 8 août 2005 à 15:10

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 8 août 2005 à 16:49

Le Monde dans ses oeuvres:

Question du vendredi 5 août 2005

Avec le recul, estimez-vous que la décision d'utiliser l'arme atomique sur Hiroshima!

! a eu pour conséquence positive d'éviter une 3e guerre mondiale grâce à la dissuasion nucléaire.
  38.4 %

! ou a été une tragédie de l'histoire mondiale sans réelle conséquence positive.
  55 %

Sans opinion.
  6.7 %
Nombre de votants : 12947



Question du jeudi 4 août 2005
A votre avis, la situation actuelle en Irak est-elle avant tout celle!

! d'une guérilla contre les troupes américaines et leurs alliés.
  54.8 %

! ou d'une guerre civile entre Irakiens.
  34.7 %

Ni l'une, ni l'autre.
  7.2 %

Sans opinion.
  3.3 %
Nombre de votants : 7227



Question du mercredi 3 août 2005
L'Iran souhaite exploiter l'énergie nucléaire uniquement "à des fins civiles". Est-ce une revendication que vous jugez!

! acceptable : comme tout Etat souverain l'Iran est libre de choisir ses sources d'énergie.
  46.7 %

! ou inacceptable : c'est une manÅ“uvre pour pouvoir se doter de l'arme nucléaire.
  48.1 %

Sans opinion .
  5.2 %
Nombre de votants : 7581


Publié par jc durbant le 8 août 2005 à 20:54

Pour Yves-Marie SENAMAUD

Au lieu de réagir à fleur de peau, je vous suggère de relire mon intervention. D'une part, j'indique la réaction de certaines personnes après coup et non pas par rapport à leurs connaissances avant le bombardement (ai vu un documentaire dans lequel deux membres d'équipage réagissaient très différemment par rapport au largage de la bombe plusieurs dizaines d'années plus tard. Juste après le bombardement d'Hiroshima, l'un d'eux s'est même exclamé : « mon Dieu qu'avons nous fait ! »).

Concernant la seconde partie (obéissance aux ordres), dans chaque armée des dérapages surviennent au cours des guerre. Mieux vaut en être conscient, afin de réagir de façon adéquate, au lieu de se retrancher derrière les ordres donnés.

Publié par Alex le 9 août 2005 à 8:55

Ok " Alex " je vous suis mais alors pourquoi ne pas être sceptique également sur ceux qui sembles frappés par des remords dix ans plus tard en ayant subi " les regards obliques ". Je vous accorde la réflexion de celui sur le coup. Le pétard était assez gros qu'il avait de quoi ébranler ( c'est plus spectaculaire que les 60 bombardements précedents totalisant 900 000 morts ).

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 10 août 2005 à 0:28

Moi, je dis simplement ceci: mes compatriotes sont partis à la conquête de l'Asie et ont perpétré des massacres de civils l'un à la suite de l'autre et ce bien avant la Seconde guerre mondiale. Dans la mémoire collective asiatique, nous avons surpassé les terribles Mongoles en termes de barbarie. Des centaines de milliers de femmes coréennes, chinoises, philipines, birmanes, malaysiennes, vietnamienes, laotiennes, cambodgiennes, etc., ont été livrées à la fureur sexuelle de notre soldatesque. Dans les autres pays, les viols et meurtres en tant de guerre sont prohibés et les contrevenants doivent passer en cours martial. Bien sûr, il arrivait que les officiers ferment les yeux sur le comportement de leurs hommes, mais c'était des exceptions et jamais ces crimes ne constituaient une norme. Chez nous, au contraire ça faisait partie des récompenses régulières... Tous les pays qui ont subi notre joug ont bcp plus souffert que l'occupation de l'Allemagne, de l'Italie et de mon pays par les Alliés...

Ce que je veux dire, c'est qu'on l'a cherché. J'ajouterais même que 2 bombes atomiques a été bien peu pour expier nos crimes.

Publié par Tokugawa Kaori le 31 août 2005 à 4:37