[an error occurred while processing this directive]

« Les leçons de l'échec | Accueil | Les soldats médiatiques (bis) »

18 mars 2005

La honte des opposants

Tel est le sens d'un éditorial percutant de Charles Krauthammer : devant l'éclosion de la démocratie au Proche-Orient, les opposants à la guerre en Irak commencent honteusement à reconnaître leur erreur fondamentale. Une analyse pertinente qu'il vaut la peine de lire, et qui met douloureusement le doigt sur la banqueroute morale de la gauche occidentale :

Now that the real Arab street has risen to claim rights that the West takes for granted, the left takes note. It is forced to acknowledge that those brutish Americans led by their simpleton cowboy might have been right. It has no choice. It is shamed. A Lebanese, amid a sea of a million other Lebanese, raises a placard reading "Thank you, George W. Bush," and all that Euro-pretense, moral and intellectual, collapses.

Comme Krauthammer l'écrit lui-même, il est bien trop tôt pour affirmer que la transformation de cette région troublée est irréversible, ou même sera un succès. En ce qui me concerne, j'avais voici plus de 2 ans jugé que les opposants à l'intervention coalisée en Irak témoignaient d'une immoralité sans fard, et les images de la prise de Bagdad par les troupes américaines m'avaient conforté dans ce jugement. Les images qui proviennent aujourd'hui du monde arabe s'inscrivent dans une ligne similaire.

Publié par Ludovic Monnerat le 18 mars 2005 à 19:33

Commentaires

Pour signaler la présence en ligne d'une version française de ce texte de Charles Krauthammer:
http://www.upjf.org/documents/showthread.php?threadid=9154

Publié par ajm le 18 mars 2005 à 21:27

merci ajm, j'allais faire de même! ;-)

Publié par Robert Desax le 18 mars 2005 à 22:33

Mais moi je croyais qu'ils se battaient pour le! PÉTROLE ?

"les néoconservateurs se targuent d'avoir contribué, sous le deuxième mandat de Reagan, à la démocratisation en Asie, en Amérique latine et en Europe. Ils souhaitent aujourd'hui mettre un terme à «l'exception moyen-orientale» (sur 45 dictatures, 23 se trouvent au Moyen-Orient) : à la fois par intérêt et par idéalisme, l'Administration américaine veut rompre avec des décennies d'accommodement avec les dictatures de la région au nom de la stabilité (condition nécessaire, notamment, à l'accès régulier à un pétrole bon marché)."

"Il s'agirait en effet de gagner la «quatrième guerre mondiale», comme a été gagnée la «troisième», c'est-à -dire la guerre froide. Le pari est évidemment difficile. Pour des raisons tactiques, les États-Unis doivent aujourd'hui ménager des régimes autoritaires tels que l'Arabie saoudite, dont ils ont besoin pour la lutte antiterroriste. Et la comparaison avec la guerre froide a ses limites. Al-Qaida a frappé au coeur de l'Amérique, ce que l'Union soviétique n'avait jamais fait. La coexistence pacifique n'est pas une option face à un ennemi qui cherche la destruction absolue : il n'y aura pas de «Gorbatchev» à la tête d'al-Qaida... "

"Or les sociétés en voie de démocratisation ne sont pas moins belligènes que les autres et les sociétés démocratisées ne renoncent pas pour autant au recours aux armes. La question géopolitique centrale de notre temps reste donc bien celle qui avait été au coeur de l'affrontement franco-américain de 2002-2003 : faut-il préférer la stabilité au risque de l'injustice, ou la démocratisation au risque du chaos ? "

"Optimiste et risqué, le pari américain n'en reste pas moins éthiquement défendable et met du coup l'Europe, qui se veut une «puissance morale» ... en porte-à -faux. L'Union européenne s'est révélée être une force capable de promouvoir simultanément la stabilité et la démocratisation, mais seulement dans son environnement immédiat. Pour le reste, elle n'a pas de stratégie alternative, le «processus de Barcelone» ayant eu du point de vue politique des résultats plus que mitigés. Il lui reste donc à choisir entre approuver, s'opposer ou accompagner le combat américain. "


(Le «néoreaganisme» diplomatique de l'Administration républicaine peut-il porter ses fruits ? George W. Bush et la «paix démocratique», Bruno Tertrais, Le Figaro, 19 mars 2005)
http://www.figaro.fr/cgi/edition/genimprime?cle=20050319.FIG0117

Publié par jc durbant le 19 mars 2005 à 7:07