« février 2010 | Main | mars 2011 »

18 avril 2010

Les fondamentaux de la défense

Il n'est jamais agréable d'être accusé de « dire n'importe quoi », mais il n'est pas grave de l'être sur la base de propos tronqués et mal interprétés. C'est la situation devant laquelle je me trouve : Philippe Barraud, sur www.commentaires.com, a en effet proprement éreinté une brève colonne publiée par le soussigné dans l'édition d'hier de 24 Heures, à la demande de son rédacteur en chef, sur le thème de la politique de sécurité. Ce texte était cependant une version élaguée et mise à jour d'un article bien plus long écrit pour la Revue Militaire Suisse, et posant quelques fondamentaux en matière de politique de sécurité et donc de défense. Il n'est pas disponible en ligne, à la différence de l'original dans la RMS, mais voici les passages incriminés :

« Il faut le constater: l'Etat-nation helvétique comme entité clairement délimitée, reposant sur une large unité à la fois géographique, populaire et décisionnelle, disparaît peu à peu. La Suisse du XXIe siècle a de moins en moins à voir avec les 41 285 km² de son territoire dit national. Se concentrer sur celui-ci est aussi logique qu'évaluer une partie d'échecs à l'aune d'une fraction de l'échiquier.
Un Etat moderne comme le nôtre se transforme et voit son existence s'inscrire toujours plus dans des espaces inédits, éloignés des montagnes et des lacs qui pourtant l'incarnent. Pour en tracer les frontières et les reliefs véritables, il nous faut des cartes nouvelles, décrivant le terrain sémantique et l'espace cybernétique, les transversales financières et les nœuds énergétiques, les terrains-clefs identitaires, les vulnérabilités juridiques, ou encore les points d'appui diplomatiques. »

Le commentaire de Philippe Barraud ne fait pas dans la dentelle :

« Ces propos sont effarants. On est entre le délire psychédélique et le pacifisme sans frontières - sans oublier une furieuse contradiction: puisque, nous dit M. Monnerat, la Suisse n'existe plus (Ben Vautier est dépassé !), à quoi bon réfléchir aux missions de son armée, ou mieux, à quoi bon une armée, à quoi bon une Confédération, puisqu'on va se fusionner dans le Grand Tout? »

Il va de soi que cette interprétation de mes propos ne correspond en rien à mes réflexions. Accoutumé par nécessité à redresser les torts, et critique hautement estimé des errements de notre classe politique comme médiatique, Philippe Barraud aura sans doute péché par précipitation en associant immédiatement mes réflexions au credo des globalistes militants, pour lesquels la Suisse et ses valeurs traditionnelles sont un frein vers l'accomplissement de l'Histoire.

Il suffit de lire l'article de la RMS pour voir quels sont, à mon sens, les fondamentaux en matière de défense :

Voici pour préciser certains aspects. Du reste, on ne peut que suivre à 100% Philippe Barraud lorsqu'il affirme que, entre États, c'est « chacun pour soi » : l'histoire est là pour démontrer la constance de cette vérité. Il n'y a donc pas lieu de voir dans la brève colonne publiée dans 24 Heures une autre perspective.

Posted by Ludovic Monnerat at 21h31

7 avril 2010

Les bavures de la presse en Irak

Les médias se sont faits l'écho hier et ce matin d'une vidéo diffusée sur Internet et montrant l'enregistrement - avec ajout de sous-titres - d'une caméra et de conversations radio à bord d'un hélicoptère de combat des forces armées américaines lors d'une mission menée au-dessus de Bagdad. Ce document est un peu réchauffé, puisque les faits datent de 2007 ; il n'est en est pas moins présenté dans la presse comme une bavure de l'armée américaine en Irak, et le fait que deux journalistes de l'agence Reuters aient été victimes - parmi d'autres - du feu déclenché par l'hélicoptère américain renforce le ton accusateur employé de manière générale, et donc le témoignage à charge qui est fait à propos de la séquence vidéo.

Malheureusement, comme c'est souvent le cas, une démarche pareillement unilatérale aboutit à une vision tronquée, et donc déformée, de la réalité, ce qui biaise gravement les jugements qui en sont tirés. Ceci est du reste souligné par le site Web diffusant la vidéo, lequel présente les actes des militaires américains comme un « meurtre indiscriminé », et par l'angle retenu dans la plupart des médias, qui parlent à répétition de « civils non armés ». Une analyse plus lucide de cet enregistrement montre ainsi que les accusateurs des troupes impliquées commettent au moins trois erreurs caractérisées, dont l'une représente incontestablement une bavure déjà relevée à maintes reprises.

Premièrement, il manque de nombreux éléments contextuels pour apprécier et juger le comportement des forces armées américaines dans ce cas de figure, et les images comme les communications radio - avec des indicatifs codés - ne fournissent somme toute que peu d'éléments. Quelles troupes étaient concrètement engagées, au sol et dans les airs, et avec quelle mission ? A quelle distance les troupes se trouvaient-elles de leur cible, que ce soit les éléments mécanisés ou l'hélicoptère de combat ? Quelles étaient les activités des troupes avant l'incident, respectivement leurs contacts éventuels avec l'adversaire ? Quelle était la chaîne de commandement, et quel processus était utilisé pour autoriser l'ouverture du feu ? Ce dernier visait-il uniquement à éviter un cas de « friendly fire », ou aboutissait-il à une procédure impliquant un commandant tactique responsable, au besoin assisté d'un juriste ? Sans réponse à ces questions, il est impossible et déraisonnable de porter un jugement crédible - à moins naturellement de se limiter à l'accusation, ce qui semble être le cas.

Deuxièmement, le comportement de l'équipage de l'hélicoptère semble effectivement coller à des règles d'engagement appropriées. Contrairement à l'affirmation de « civils non armés », on voit effectivement des armes sur la vidéo (voir en particulier le groupe à 02:05 sur la vidéo complète, où l'on peut clairement identifier un lance-roquette antichar et un fusil d'assaut), même si les outils de travail des journalistes situés plus avant ont également, de toute évidence, été pris pour des armes. De plus, l'équipage de l'hélicoptère a conditionné sa demande d'ouverture du feu au constat de la présence d'armes potentiellement dangereuses pour les propres troupes, et n'a jamais ouvert le feu sans une autorisation clairement donnée. Enfin, lors de la destruction du véhicule arrivant pour évacuer les blessés, aucun signe de reddition ou indiquant la présence de non combattants (bras levés, symbole sanitaire, etc.) n'a été donné par les cibles, aboutissant ayant à la conviction que l'on tentait de soustraire les corps et les armes d'adversaires.

Troisièmement, on se perd en conjectures sur la présence de journalistes au sein d'un groupe armé sans aucun signe d'identification. Pourquoi les deux employés de Reuters ne portaient aucun signe distinctif, alors que la proximité de l'hélicoptère et la qualité de ses optiques auraient garanti leur identification? Pourquoi personne dans les médias ne s'interroge sur la présence de journalistes « embarqués » aux côtés de personnes armées nettement au-delà de l'autodéfense, et ceci au cœur d'une zone de combat ? Quelle était la mission exacte de ces deux reporters, et pourquoi ces hommes armés se comportaient-ils comme des combattants, au point que l'équipage de l'hélicoptère a pensé qu'ils ouvraient le feu sur les troupes américaines au sol ? Comment se fait-il que ce dérapage éthique, que ce genre de bavure ne soient pas signalés et dénoncés au sein des médias, alors même qu'il met directement en danger la vie des journalistes ?

Bien entendu, ces erreurs gênantes ne sauraient exonérer les troupes américaines. Si l'ouverture du feu dans un tel cas de figure et le processus décisionnel en général semblent relever de l'application de règles d'engagement sensées, il n'en demeure pas moins que l'équipage de l'hélicoptère a eu pour le moins la main lourde, et que ses rafales répétées avec le canon de 30 mm embarqué paraissent clairement disproportionnées avec la menace effective, du moins tel qu'elle apparaît après coup et à la lecture attentive de l'enregistrement. Le recours abusif au feu d'appui est une caractéristique des forces armées américaines depuis de nombreuses décennies, et ce cas de figure le démontre une fois de plus. Le contexte manque pour porter un jugement fondé à propos de ce cas particulier, mais la tendance à l'exagération est évidente.

Rien de tout cela ne justifie cependant la perspective accusatrice et tronquée, voire carrément faussée et mensongère, que l'on peut lire ou entendre au sujet de cette affaire. Quant au refus des forces armées américaines de donner aux médias un tel enregistrement, il est on ne peut plus logique : de telles vidéos fournissent des indications précieuses sur les capacités, les procédures, les comportements et les limitations des unités tactiques concernées, et donc permettent de plus facilement les combattre. C'est la raison pour laquelle Reuters a pu voir de façon informelle l'enregistrement concerné en 2007, et non le diffuser de par le monde, via un compromis entre le devoir d'informer le public et la nécessité de protéger les troupes.

Posted by Ludovic Monnerat at 11h45

5 avril 2010

Les idiots utiles et fiers de l'être

Ce qu'il y a d'intéressant en prenant parfois du recul sur l'actualité internationale et les conflits en cours, pour ensuite y revenir à l'occasion d'une disponibilité individuelle soudain retrouvée, c'est que certains développement apparaissent dans une clarté nouvelle et soulignent des mouvements de fond qui interpellent. On sait que les organisations non gouvernementales actives dans le domaine des droits de l'homme - ce qui comprend aussi une partie des médias - ont amorcé dès le début des années 2000 un virage significatif en prenant parti ouvertement pour les non-États face aux États, en particulier à l'encontre d'Israël et des États-Unis ; les dérives survenues dans ce cadre, comme lors du faux « massacre » de Djénine, sont encore dans les mémoires. La coopération existant aujourd'hui entre Amnesty International et la mouvance islamiste montre l'évolution du phénomène.

L'affaire a éclaté en février dernier, lorsqu'une dirigeante d'Amnesty International, Gita Sahgal, a dénoncé l'alliance existant entre l'ONG et l'organisation islamiste Cageprisoners montée par Moazzam Begg, ancien prisonnier de Guantanamo, qu'elle qualifie de plus « célèbre supporter des Talibans de Grande-Bretagne ». Cet exemple de libre expression n'a guère plu à Amnesty International, qui a suspendu illico sa dirigeante réfractaire. Une pétition lancée en soutien à celle-ci n'a pas convaincu le sécrétaire-général d'AI, Claudio Cordone, qui a répondu en estimant que les vues de Cageprisoners sur le « dialogue avec les Talibans » et sur le « djihad en légitime défense » ne sont pas incompatibles avec les droits de l'homme. Cordone cite même l'Église catholique pour désigner un autre partenaire avec lequel des désaccords existent, sans pour autant amener à cesser toute coopération.

Les comparaisons outrageuses (jusqu'à preuve du contraire, l'Église catholique actuelle n'ambitionne pas de convertir, au fil de l'épée s'il le faut, la planète entière et étendre l'autorité temporelle du pape) ne semblent pas exceptionnelles dans cette affaire : Moazzam Begg lui-même, qui se présente comme un travailleur humanitaire injustement arrêté au Pakistan en 2002 et torturé pendant trois longues années à Guantanamo, n'hésite pas à comparer les Talibans avec l'IRA pour justifier ouvertement le dialogue avec eux (jusqu'à preuve du contraire, les indépendantistes irlandais n'ambitionnaient pas la conversion de la Reine d'Angleterre et de tout le Royaume-Uni). La rhétorique des droits de l'homme semble ne pas faire grand cas de la logique et de la proportionnalité, voire même tolérer un fossé béant entre les déclarations et les actes.

Le partenaire d'Amnesty International dans sa croisade contre Guantanamo (le mot est piquant, mais pas injustifié) est en effet un personnage qui, à travers son livre « Enemy Combatant », a allègrement passé sous silence tout ce qui pouvait nuire à son image de victime de « l'impérialisme américain », laquelle est plus que jamais la clef permettant de s'attirer le respect des activistes humanitaires, la bienveillance des médias, voire même les prébendes des États-providence. Moazzam Begg excelle dans cette activité et a construit avec Cageprisoners une plateforme de communication et de propagande remarquable. Et comme l'ennemi de mon ennemi est mon ami, ou peut s'en faut, une organisation comme Amnesty International ne peut guère résister à l'attrait d'une alliance mutuellement bénéfique, fût-ce au prix d'un grand écart entre ses principes fondateurs et ceux de ses nouveaux amis.

Dans les faits, Moazzam Begg a reconnu avoir passé du temps dans deux camps d'entraînement islamistes en Afghanistan, soutenir les combattants islamistes, avoir acheté une arme, avoir « pensé » rejoindre le djihad en Tchétchénie (nous sommes alors avant le 11 septembre 2001) et connaître des individus convaincus d'actes terroristes islamistes, même s'il conteste d'autres accusations proférées contre lui, et même s'il affirme que ses aveux écrits dans ce sens ont été extorqués par le FBI. Finalement, si Moazzam Begg avait été capturé l'arme à la main en Afghanistan comme nombre de pensionnaires de Guantanamo, il n'aurait pas pu faire la carrière subséquente qu'on lui connaît ; son arrestation au Pakistan lui permet de faire jouer pleinement le bénéfice du doute sur son rôle exact dans la mouvance djihadiste, mais pas sur son appartenance à celle-ci.

Qu'une organisation aussi dépendante de sa réputation et de son attrait éthique pour sa survie comme Amnesty International se lie à un tel individu et fasse taire les voix en interne qui mettent en doute cette alliance indique donc un changement profond de paradigme. L'ère des « idiots utiles » de la guerre froide, de ces soutiens mollassons à l'idéologie communiste comme de ses relais bien intentionnés, est bel et bien terminée ; aujourd'hui, les idiots ne sont pas seulement utiles, ils sont également fiers de l'être, et ils n'hésitent pas à afficher ouvertement leur préférence envers ceux qui parlent le langage des droits de l'homme quels que soient leurs objectifs réels, pour mieux blâmer et combattre tout Gouvernement - notamment occidental - qui n'a pas encore placé leur idéologie au centre de ses préoccupations.

La fin justifie les moyens...

Posted by Ludovic Monnerat at 12h45