« Mon cadeau de Noël (2) | Accueil | Iran : l'approche indirecte »

26 décembre 2006

Alerte média : la RSR (6)

Cette fois-ci, je n'ai pas oublié de prévenir : je suis invité à participer ce soir à l'émission Forums, de Radio Suisse Romande La Première, sur le thème très général de l'évolution du monde, et notamment des améliorations et détériorations dans différents domaines. C'est dans la dernière partie de l'émission que je suis a priori censé m'exprimer...

Publié par Ludovic Monnerat le 26 décembre 2006 à 14:41

Commentaires

J'espère que vous aurez un petit mot sur la "guerre" (?) qui oppose actuellement l'Ethiopie à la Somalie.

Dire que ~ 5 000 soldats éthiopiens ont annihilés les défenses terrestres des tribunaux islamistes et que l'ONU discute toujours de l'envoi de troupes au Darfour... l'exemple donné par ce (petit) pays est pourtant convaincant.

Publié par Deru le 26 décembre 2006 à 16:10

Attention, une victoire en rase campagne n'est pas synonime de victoire en ville, Mogadiscio à laisser de mauvais souvenirs à l'ONUSOM et au Rangers.

Publié par Frédéric le 26 décembre 2006 à 16:20

Les camps de réfugiés au Darfour ne sont pas en ville :)

Publié par Deru le 26 décembre 2006 à 16:35

Est-il seulement encore possible d'aborder les vraies questions sur les média de masse?

Tiens, par exemple, la submersion allogène ou plus exactement la substitution de population, effectuée en dehors de tout assentiment démocratique, subie par toutes les nations ethniquement européennes, USA, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande inclus.

Je parie que cette question ne sera abordée frontalment sur un médium de grande diffusion que lorsque il sera trop tard et que les carottes seront définitivement cuites!

Et pourtant, c'est la question centrale dont dépend précisemment la pérennité du monde occidental. En effet, quel pourra être le visage d'un monde "occidental", où les occidentaux ethniques seront minoritaires (dès 2040, pour les USA, autrement dit, demain).

Publié par fass57 le 26 décembre 2006 à 17:48

L'Ethiopie, un petit pays ? On ne doit pas avoir les mêmes cartes....

Publié par Ofrens le 26 décembre 2006 à 17:55

Fass57:

Pourquoi l'Occident pourrait échouer (contre l'islamisme)



par Daniel Pipes


Après avoir vaincu les fascistes et les communistes, l'Occident va-t-il maintenant parvenir à vaincre les islamistes?

À première vue, sa supériorité militaire semble rendre sa victoire inévitable. Même si Téhéran se dote de l'arme nucléaire, les Islamistes ne disposeront d'aucun appareil militaire comparable à celui de pendant la Deuxième Guerre mondiale ou à celui de l'Union soviétique pendant la guerre froide. En quoi les islamistes peuvent-ils être mesurés à la Wehrmacht ou à l'Armée rouge? Aux SS ou aux Spetznaz? À la Gestapo ou au GKB? Ou encore à Auschwitz ou au Goulag?

Pourtant, un certain nombre d'analystes, dont votre serviteur, craignent que les choses ne soient pas si simples. Les islamistes (définis comme étant les gens qui exigent de vivre selon la loi sacrée de l'Islam, la charia) pourraient en effet obtenir de bien meilleurs résultats que les autres totalitaristes. Il se pourrait même qu'ils l'emportent. Car l'Occident, malgré toute la puissance de son matériel, présente des bogues logiciels qui pourraient lui être fatals. Trois d'entre eux - le pacifisme, la haine de soi et l'autosatisfaction - mérite une attention particulière.

Pacifisme. Dans les milieux instruits, on nourrit aujourd'hui volontiers la conviction selon laquelle «il n'existe pas de solution militaire» aux problèmes actuels, un mantra appliqué au Liban, à l'Irak, à l'Iran, à l'Afghanistan, aux Kurdes, au terrorisme et au conflit israélo-arabe. Mais ce pacifisme pragmatique veut ignorer que l'histoire moderne fournit de nombreux exemples de solutions militaires. Que furent donc les défaites de l'Axe, des États-Unis au Vietnam ou de l'Union soviétique en Afghanistan sinon des solutions militaires?

Haine de soi. Des éléments non négligeables de plusieurs pays occidentaux - notamment les États-Unis, la Grande-Bretagne et Israël - croient que leur gouvernement est le dépositaire du mal et considèrent le terrorisme actuel comme le châtiment de péchés antérieurs. Cette attitude du «Nous avons vu l'ennemi: c'est nous» conduit à remplacer une réplique adéquate par le seul apaisement, accompagné d'une disposition à renoncer à ses traditions et à ses accomplissements. Ainsi, Oussama Ben Laden honore nommément des gauchistes tels que Robert Fisk et William Blum. Les partisans occidentaux de la haine de soi revêtent une importance exagérée en raison de leur rôle de faiseurs d'opinion dans les universités, les médias, les institutions religieuses et les arts. Ils servent aux islamistes de moudjahiddines auxiliaires.

Autosatisfaction. L'absence de présence militaire islamiste importante inspire un sentiment de dédain à de nombreux Occidentaux, surtout à gauche de l'arène politique. La guerre conventionnelle, avec ses hommes en uniformes, ses vaisseaux et son aviation, ses batailles sanglantes à la conquête de terres et de ressources, est aisée à comprendre, mais la guerre asymétrique contre l'Islam radical est élusive. L'emploi de cutters et de ceintures d'explosifs entrave la perception d'un tel ennemi comme un adversaire digne de ce nom. Ainsi, nombreux sont ceux qui, comme John Kerry, veulent traiter le terrorisme comme une simple «nuisance».

Mais les islamistes déploient en fait des moyens redoutables dépassant largement le cadre du terrorisme local:

Un accès potentiel à des armes de destruction massive capables d'anéantir la vie occidentale.
Un attrait religieux qui possède des racines plus profondes et exerce une influence plus durable que les idéologies artificielles du fascisme ou du communisme.
Un appareil institutionnel élaboré, financé et organisé de manière impressionnante, en mesure de conquérir sa crédibilité, de susciter les bonnes volontés et de mener au succès électoral.
Une idéologie capable d'attirer les Musulmans de toutes sortes, du lumpenprolétariat aux privilégiés, des analphabètes aux universitaires chevronnés, des gens parfaitement intégrés aux derniers des psychopathes, des Yéménites aux Canadiens. Le mouvement échappe presque à toute définition sociologique.
Une démarche non violente - ce que j'appelle «l'islamisme légal» - qui concrétise l'islamisation par des moyens tant éducationnels que politiques et religieux, sans recourir à l'illégalité ou au terrorisme. L'islamisme légal s'impose avec succès tant dans des pays à majorité musulmane, comme l'Algérie, que dans des pays où l'Islam est minoritaire, comme au Royaume-Uni.
Un nombre formidable d'activistes engagés. Si les islamistes constituent 10 à 15% de la population musulmane mondiale, leur effectif représente 125 à 200 millions de personnes, soit un nombre beaucoup plus élevé que la totalité des fascistes et des communistes ayant jamais vécu.
Le pacifisme, la haine de soi et l'autosatisfaction prolongent la guerre contre l'Islam radical et causent des victimes inutiles. Il semble fort probable que les Occidentaux de gauche ne pourront surmonter cette triple infirmité et affronter l'ampleur réelle de la menace qu'après avoir subi des pertes humaines et matérielles catastrophiques. Le monde civilisé devrait s'imposer tout de même, mais tardivement et en payant un prix exagéré.

Et si les islamistes se montrent habiles, évitent les destructions massives, se concentrent sur l'action légale, politique, non violente, et que leur mouvement reste dynamique, il est difficile de voir ce qui pourrait les arrêter.

Publié par Three piglets le 26 décembre 2006 à 18:15

Bonjour,
Je suis l'auteur d'un livre sur l'explosion des mariages mixtes et des paternités "pour les papiers" depuis la promulgation de la loi RESEDA de 1998 du gouvernement Jospin jusqu'à nos jours.
Le titre de mon livre est "L'immigration par escroquerie sentimentale". La préface est rédigée par André Bercoff, écrivain et journaliste.
On peut le trouver dans les bonnes librairies ou bien le commander sur le site Internet de l'éditeur Jean Robin ( www.tatamis.fr).
C'est le premier livre qui décrit le contexte politique, législatif, juridique, associatif dans lequel s'inscrivent les manÅ“uvres dolosives et fraudes sentimentales que subissent les conjoints français -hommes, femmes- de toutes origines (il est important de le préciser).
Un chapitre entier est consacré au fléau actuel des paternités "pour les papiers" ainsi qu'aux drames inhumains que vivent les mères abandonnées par certains pères étrangers en quête exclusive de la carte de séjour et de la naturalisation française.
Le but du livre est d'informer nos concitoyens d'une réalité de l'immigration dont les pouvoirs publics et les médias ne parlent quasiment jamais et qui laissent les victimes dans l'isolement et le désespoir.
J'ai ouvert un blog : http://immigration-escroquerie-sentimentale.blogspot.com, permettant de faire vivre le livre et de recueillir les témoignages des lecteurs et des victimes.
Vous pouvez bien sûr afficher sur votre site la première et la quatrième de couverture de mon livre (visibles sur www.tatamis.fr).
Cordialement
Marie-Annick Delaunay

Publié par Marie-Annick Delaunay le 26 décembre 2006 à 18:46

Zut, je n'arrive pas à recevoir "Forums" en direct. J'espère pouvoir l'écouter après téléchargement. 3 piglets, s'il y a une chose dont je suis sûr, c'est qu'il n'y a jamais 10% d'islamistes même dans les endroits les plus chauds. La comparaison avec les communistes est bonne, soit au max. 1%. C'est vraiment là que je suis en désaccord avec nombre d'entre vous. Vous surévaluez le danger et je pense que c'est tout aussi néfaste que de le sous-estimer. C'est d'ailleurs qqch que je pourrais reprocher à la presse qui tombe souvent aussi dans ce travers. Il y a beaucoup de gens normaux dans les pays musulmans. Et s'ils n'aiment pas l'intervention américaine, c'est justement parce qu'elle est un facteur de déséquilibre en faveur des fanatiques. Pensez à l'Egypte en particulier, mais c'est le cas un peu partout. Cela ne veut pas dire que je ne suis pas d'accord avec d'autres points, en particulier sur la nécessaire défense des valeurs européennes.

Publié par Roland le 26 décembre 2006 à 18:54

Pour reprendre votre comparaison avec les nazis et les communistes, ils ne furent jamais plus de 1% de partisans actifs dans leurs pays respectifs, et pourtant l'expérience montre que cela suffit à faire basculer un pays.
Je me souviens aussi que le FIS fut élu démocratiquement dans les années 90 en Algérie.
La question est de savoir si il y a un echos de la doxa islamiste dans la population musulmane, et je suis au regret de répondre oui, et même en France ou l'UOIF fait un travail de fond sur cette population afin de la réislamiser.
Ensuite, je suis d'accord avec vous sur le constat sur la bourgeoisie locale des pays musulmans qui est souvent plus proche de nous que nos immigrés dans nos cités.

Publié par Three piglets le 26 décembre 2006 à 19:02

Comme tout néconservateur, je crois que Daniel Pipes se trompe sur toute la ligne, s'il est sincère, ou nous trompe, s'il ne l'est pas.

Tout d'abord, l'islamisme, en tant qu'idéologie, n'est pas un critère pertinent en matière statégique, car en fin de compte tout finit par relever du concept de territoire. Il n'y a pas "d'islamistes", il y a le pouvoir chiite iranien qui se trouve, géographiquement et stratégiquement, en opposition avec l'axe américano-israélien et le bloc séoudien. Devrions-nous donc, si l'on suit Daniel Pipes, nous allier avec les islamistes waabites séoudiens, pour contrer les islamistes iraniens? Je rappelle que les groupes musulmans actifs en Europe, que ce soit dans la clandestinité ou par le biais des relais sociétaux légaux, sont majoritairement sunnites. Ainsi, pour lutter contre l'islamisme installé en Europe, ce serait avec les chiites iraniens qu'il faudrait s'allier? Cela montre bien toute l'absurdité qui surgit dès lors que l'on n'analyse pas une situation stratégique en terme de territoire et de souveraineté, mais qu'on lui applique une grille de lecture basée sur des éléments abstraits.

Sur la haine de soi, Daniel Pipes fait peut-être un bon diagnostic, mais en axant la structure identitaire de l'Occident uniquement sur des éléments abstraits, il apporte une médication inadéquate et inefficace. Le problème ne vient pas tant de la haine de soi, mais du fait que nous ne savons plus qui nous sommes et que ceux qui le savent encore ne sont pas autorisés à s'exprimer et à proposer leurs solutions.

Et puis ceci est tout bonnement ridicule:

"Un accès potentiel à des armes de destruction massive capables d'anéantir la vie occidentale."

Ce qui risque d'anéantir la vie occidentale, c'est avant toutes choses la submersion ethnique de nos pays par des ressortissants de pays extra-européens (1), pas les trois bombinettes que pourraient assembler l'Iran et que ce pays n'oserait d'ailleurs jamais utiliser.


Sur cela...

"Une idéologie capable d'attirer les Musulmans de toutes sortes, du lumpenprolétariat aux privilégiés, des analphabètes aux universitaires chevronnés, des gens parfaitement intégrés aux derniers des psychopathes, des Yéménites aux Canadiens.

... je rappelerais également que ceux qui font ce constat, certes justifié, n'arrivent toujours pas à intégrer le paramètre suivant, pourtant si simple: pas de musulmans présents physiquement dans nos pays occidentaux, pas de terrorisme islamique en Occident.

(1) Est-ce de la paranoïa que d'envisager les choses de la sorte? Je rappelle que le Liban était à majorité chrétienne au début du siècle passé, que la province du Kosovo était majoritairement serbe jusque au début des années soixante et qu'en un demi-siècle, les palestiniens chrétiens sont passés à Béthléem de 75% à 15% de la population totale. Ceci juste pour dire que des inversions ethniques drastiques peuvent réellement survenir dans l'espace d'une à deux vies d'homme.

Personnellement, je souhaite fermement que l'Europe reste européenne et pas que de nom!

Publié par fass57 le 26 décembre 2006 à 19:37

__je rappelerais également que ceux qui font ce constat, certes justifié, n'arrivent toujours pas à intégrer le paramètre suivant, pourtant si simple: pas de musulmans présents physiquement dans nos pays occidentaux, pas de terrorisme islamique en Occident
__

Cela necessite de mettre à bas l'universalisme totalitaire, ce que nos élites ne sont pas pretes à faire.

Publié par Three piglets le 26 décembre 2006 à 19:42

"Cela necessite de mettre à bas l'universalisme totalitaire, ce que nos élites ne sont pas pretes à faire."

Hé oui, en une phrase, tout est résumé.

Un analyste "incorrect" écrivait ceci récemment:

" Le seul avenir pour l'humanité, au XXIe siècle, ce serait, au terme d'un chaos guerrier, de remettre chaque aire de civilisation sur son espace autocentré propre, chacun à son rythme. Ce qui suppose la fin du modèle occidental de la modernité ou de la mondialisation, et une vision archéofuturiste du monde. Car le mélange, dans l'onirisme d'une civilisation planétaire, de nations, de races, de cultures, de religions totalement différentes est une impossibilité historique. Ce modèle est voué à un effondrement prochain. La recomposition de l'humanité ne pourra s'accomplir, au terme d'une crise terrifiante et salubre, que verra le XXIe siècle, que par la juxtaposition d'« aires » civilisationnelles et ethniques, relativement cloisonnées. Une utopie ? Non, la loi naturelle, qui se rétablira après la petite parenthèse entamée au XVIIIe siècle par l'idéologie des lumières - celles qui attirent les mouches."


Il n'est donc pas impossible que la marche implacable de l'histoire, l'éternel jeu des peuples et du territoire, oblige les "élites" à reviser leur jugement, si elles ne veulent pas être balayées (pas forcément une grosse perte, d'ailleurs)!

Publié par fass57 le 26 décembre 2006 à 19:56

3 piglets : pour prendre le pouvoir, il faut un terreau favorable. 1% d'islamistes en France ne vont pas faire grand'chose...A propos du FIS : j'appelle islamistes les militants, pas ceux qui votent pour eux.

Publié par Roland le 26 décembre 2006 à 20:44

__j'appelle islamistes les militants, pas ceux qui votent pour eux__

J'entends bien.
Concernant le terreau favorable, je vous renvoie à la guerre d'Algérie ou le FNL était minoritaire et les algériens partisants de la France majoritaire.
Il est évident que les islamistes ne peuvent prendre le pouvoir sur l'ensemble du pays, en revanche, nous pouvons imaginer un scénario balkanique ou des territoires éparses seraient sous leurs contrôles et non sous autorité républicaine.
Ce qui signifie conflit civil à terme.

Publié par Three piglets le 26 décembre 2006 à 20:53

"""A propos du FIS : j'appelle islamistes les militants, pas ceux qui votent pour eux."""

Pas d'accord. Lorsqu'on vote pour une idéologie en connaissance de cause, c'est qu'on y adhère. Un islamiste est donc autant un voteur qu'un élu, dans le cas présent. Cela peut paraître réducteur, mais si la mouvance qui récolte les voix n'était pas populaire, elle n'aurait aucune envergure, or dans le cas du FIS (et du HAMAS), le message était on ne peut plus clair.

Publié par Ares le 26 décembre 2006 à 23:08

L'Islam a toujours été islamiste donc chaque Musulman est un islamiste. Takyya oblige, plusieurs se travestissent en modérés et certains se comportent comme des Occidentaux sans religion apparente mais devant le danger d'apostasie ( puni de mort en terre d'Islam ) que feront-ils ? Le pouvoir peut se prendre rapidement par les armes mais il peut aussi s'installer lentement mais sûrement en travaillant les esprits. Quoi de mieux comme terreau qu'une démocratie gauchisante qui s'affaire à faire disparaître tous les droits individuels garant de liberté et de mémoire. Le territoire ne peut être partagé et les systèmes fédératifs le démontre bien, alors quand les valeurs sont aux antipodes c'est suicidaire. Pour le Liban de la WWII c'était bulgure et massari ( le gros couscous et l'argent ) et les Français n'ont jamais pu lever de troupes supplétives du calibre des Tcherkess ou des Goums, aujourd'hui c'est le hesbollah musulman hégémoniste guerrier, hier c'était les Chrétiens commerçants besogneux « pacifistes » qui ont tout simplement quitté le pays, ce pays crée pour eux par la France. Nous devons protéger les territoires dans leur intégrité physique ( comme nous l'avons fait pour le Koweït ) mais aussi l'héritage philosophique et religieux. Si l'on dit que les frontières ne doivent plus bouger alors nous devons refuser fermement toutes dérives communautaristes ou pire multi culturaliste par des clauses nonobstant ( primauté du droit oblige ) et prendre la date de la guerre du Koweït comme fixation définitive de toutes les frontières. L'immigration de première génération et peut-être plus ne devrait pas accéder à des postes de décision du secteur publique afin de garantir l'héritage figé également à cette date... Il faut redéfinir des Comptoirs qui permettraient à nouveau de vrais échanges civilisationels et commerciaux privés beaucoup plus respectueux et moins tendancieux que tous ces organismes et colloques internationaux débilitants payés à même nos taxes.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 27 décembre 2006 à 4:36

Intervention inhabituellement consensuelle et optimiste. :-)

Publié par fingers le 27 décembre 2006 à 9:31

Pour Ares : islamistes : militants. C'est une question de précision de langage généralement admise. Si chacun développe ses propres concepts, il devient difficile d'échanger.
Pour M.Senamaud : dire que tous les musulmans sont des islamistes reviendrait à dire par exemple que tous les cathos sont des fondamentalistes d'extrême-droite type Econe. Ce qui n'est heureusement pas le cas. Je vis en pays musulman et ayant abordé cette question avec des gens d'un bon niveau culturel, je peux vous assurer que les islamistes sont considérés comme des ennemis par mes interlocuteurs, tous musulmans pratiquants. Alors, pour répondre à une précédente objection, ce sont effectivement des membres de classe moyenne, ce qu'un intervenant appellait bourgeoisie. Mais la préoccupation des classes inférieures n'est pas de partir en Jihad contre l'Europe pour répandre la foi du prophète, croyez-moi.

Publié par Géo le 27 décembre 2006 à 9:54

Géo, merci pour ce constat qui s'oppose enfin à tous ceux qui ici veulent mettre les musulmans dans le même sac, Un peu de la même manière qu'une certaine idéologie dans les années trente faisait de tous les juifs des parasites économique....

Publié par Ofrens le 27 décembre 2006 à 10:18

Ofrens: la comparaison est toujours aussi mauvaise et mal-appropriée, pour ne pas dire mal honnete.

Publié par Three piglets le 27 décembre 2006 à 10:23

Moi je pense que ce qui est malhonnète, c'est de vouloir toujours tout résumer à une hyper simplification : "les bons contre les méchants", "les chrétiens contre les musulmans". Pour moi, ce genre de manichéisme extrème a des relents totalitaires fort déplaisants. Le monde est infiniment plus complexe que cela: c'est dans le fait de trouver des clés de lecture valables de la situation internationale et dans la capacité de les interpréter correctement que réside le défi...

Publié par Ofrens le 27 décembre 2006 à 10:32

Il est vrai que certain intervenant possede une grille de lecture excessive de la situation.
En revanche, l'autre, celle à plaquer des rôles historiques datant de 60 ans sur notre contexte est une impasse complete.
Je ne vais pas faire le jeu de comparaison entre les musulmans d'aujourd'hui et les Européens juifs d'hier, il est assez évident que les uns ne sont pas les autres, et qu'un Yves-Marie SENAMAUD n'est pas un nazi en devenir par sa critique des premiers.
La réalité est complexe dans le détail, et cette réalité reste tout de même marqué, au point de vue général, d'une opposition Islam/reste du monde.
Si vous cherchez absolument les héritiers des nazis, il serait peut etre judicieux de regarder du côté de ceux qui nous promettent l'enfer si nous dessinons 3 dessins, l'équivalent étant absent du côté Européen ou même non-musulman.

Publié par Three piglets le 27 décembre 2006 à 10:41

Je ne le nie pas, quoique dans certains groupuscules intégristes chrétiens ou juifs on n'est pas très loin de la situation que vous décrivez... Là où nous différons, c'est que là où vous voyez une césure Islam/reste du monde moi je vois plus précisément une opposition islamistes intégristes/reste du monde...

Publié par Ofrens le 27 décembre 2006 à 10:48

la question de la proportion ne me permet pas de mettre, au niveau du danger , sur un même plan les intégristes chrétiens et juifs.
Les islamistes ne sont plus un groupuscule isolé, et les méthodes employés par ceux-ci sont autrement plus violents que ceux des chrétiens ou des juifs extrémistes.
A savoir si il faut parler l'Islam ou d'islamisme, il faut bien comprendre qu'il y a un lien ontologique entre les deux : pas d'Islam, pas d'Islamisme.
Or, cette menace pese sur notre société puisque nous avons accepté (subi le terme serait plus judicieux) la présence d'immigrés musulmans.
Imaginons deux secondes notre perception des choses sans l'Islam physique chez nous :cette menace resterai de l'ordre de l'exotisme, se déroulant dans des pays lointains.
Deplus, la question de l'Islamisme ne régle pas le probleme de la souveraineté des peuples Européens qui est bannie au nom de l'immigration.
L'Islamisme n'est finalement que le grain de sable qui permet de vérifier la non-viabilité des société multi-culturelle (liée à l'immigration).
Ce qui signifie que même si l'Islam etait une religion de bisounours, la souveraineté populaire des peuples Européens doit etre préservé et protégé contre les dérives des ideologues socialo-libéraux.

Publié par Three piglets le 27 décembre 2006 à 11:03

Hum, bcp d'éléments voire d'amalgames dans votre intervention, même si, sur le fond, je partage certaine de vos idées...

Immigration subie ou appelée ? Quand on ouvre toutes grandes les fenètres de sa maison un jour d'orage et que les pièces sont inondées, qui est à blâmer, la pluie ou le propriétaire ? J'aimererai juste rappeler que ce sont les gouvernements européens qui ont permis voire encouragé cette immigration massive et qui n'ont rien fait ( ou si peu) pour intégrer ces gens... Personellement, je n'en veux pas aux musulmans d'être venus en Europe, attirés par l'espoir d'une vie plus facile. Non, ce que je leur reproche, c'est le refus de bon nombre d'entre eux de s'intégrer. Mais, d'autre part, si certains gouvernements avaient été plus efficaces et plus courageux à l'époque, imposant le bâton assimilation (que je préfère définitivement à l'intégration) allié à la carotte logements, déghettoisation, instruction valable, etc., on n'en serait peut-être pas là aujourd'hui...

Publié par Ofrens le 27 décembre 2006 à 11:24

Je vous rejoint sur votre intervention.
Un de mes posts passés avait mis la lumiere sur la création VOULUE par nos élites d'un sous-prolétaire (issu de l'immigration).
Le phenomene auquel nous assistons est voulu, d'autant plus facilement, qu'il suffit de laisser-faire.
Ce qui signifie , qu'avant de vouloir régler un probleme musulman qui pese de plus en plus sur nos sociétés, il faudrait virer l'oligarchie, cad nos élites, qui ont permit cela en connaissance de cause.
C'est une partie à trois.
Ensuite, peut etre sera t il permis de trouver un compromis avec les masses musulmanes présentes chez nous.
Sinon, nous connaissons la suite.
Mais, au risque de me répeter, ce sous-prolétaire a été créé de toute piece, et c'est toujours un étonnement de constater que la bourgeoisie (ou classe moyenne) des pays arabes est bien plus civilisée que nos immigrés chez nous.

Publié par Three piglets le 27 décembre 2006 à 11:33

Sur votre dernière phrase je vous rejoins entièrement... Par contre, je ne suis pas convaincu que la création d'un sous prolétariat immigré ait été un but en soi (en tout cas pas de cete ampleur) et je ne veux pas créer une autre représentation manichéenne (style énarques contre reste de la France). Et l'on peut bien vouloir se débarasser des "élites" actuelles, le pouvoir qui les remplacera en créera forcément d'autres, là est tout le problème...

Publié par Ofrens le 27 décembre 2006 à 11:49

On peut se poser la question quand à cette création lorsque l'on regarde l'etat calamiteux de l'Education nationale, l'instrumentalisation des mouvements dit "anti-racistes" visant à dresser les immigrés contre les indigénes européens...bref, sans tomber dans la théorie du complot, on peut constater que les éxigences imposées aux autres vagues d'immigrations ont été abolie pour les plus récentes.
Le probleme n'étant pas d'avoir des élites en tant que telles (pas d'essentialisation), le probleme étant le manque , voir l'absence de contrôle démocratique sur celle-ci.
En France, elles se comportent clairement comme une aristocratie, d'autant plus qu'elles sont médiocres et illégitimes.
Alors, si , au cours d'un changement radical de pouvoir, les élites devaient brutalement changée, il faudra se doter de contre-pouvoir réel afin d'éviter au maximum la situation que nous vivons maintenant.
(tout en sachant que chaque systeme tend à décader).

Publié par Three piglets le 27 décembre 2006 à 12:00

Pour l'Education nationale, d'autres facteurs sont à prendre en compte : tout d'abord une négligence crasse de l'Etat, ensuite le fait qu'en France et dans la plupart des pays francophones l'Ecole soit tombée sous la férule de pédagos-dingos extrémistes de gauche (style Meirieux)pronant l'égalitarisme à outrance.

En ce qui concerne les mouvements antiracistes, ne pas oublier que leur création est le fait de mlitants de gauche, voire d'extreme gauche qui espéraient gagner dans cette masse immigrée un électorat potentiel.

Pas facile de mettre sur pied un contre-pouvoir efficace, le système helvétique, bien que bourré d'imperfections, y arrive de manière satisfaisante. Mais pour des raisons historiques, il ne pourrait sans doute être repris nulle part ailleurs...

Décader ? Très joli néologisme ;-). Dégénérer ?

Publié par Ofrens le 27 décembre 2006 à 12:49

Tous ces propos apocalyptiques germanopratins sont amusants, mais pour quelqun qui vit dans la FRANCE profonde ( région de vichy; je sais ça ne s'invente pas!) complètement déconnectés de la réalité, contrairement à ce que l'on pense ou veut laisser croire une majorité de français, dits, de souche, ou d'origine ancienne européenne existe , vit ( souvent mal) et a la tête près du bonnet , il faut aller dans les bals de campagne de cette FRANCE profonde, voir la jeunesse ( souvent imbibée ), les quelques "jeunes" d'origine maghrébine ne bougent pas une oreille, et sont souvent "amis " ( contraints et forcés ??? ) avec les autochtones),ici c'est encore la FRANCE ancienne qui prévaut , mais cette situation existe dans cent, mille, endroits et en fait, représente la vraie FRANCE ;

Publié par MERCATOR le 27 décembre 2006 à 15:53

@ Géo et Ofrens, ici ce n'est pas un Forum, c'est le Blog de L.M. et il est préférable de décortiquer le homard pour en déguster la chaire! Donc quand je dis « L'Islam a toujours été islamiste » vous faites une pause Google par exemple, ainsi vous pourrez comprendre la suite « donc chaque Musulman est un islamiste ». Puisque vous dites que vous habitez en Dar el Islam et que vous connaissez « des gens d'un bon niveau culturel » vous devriez savoir que quand le sujet est chaud comme le mot Islamiste on vous donnera la réponse que vous voulez entendre. On vous laissera pérorer sur le sujet et vous serez victime de Al Takyya. Pour vous les Islamistes représentent ces mouvements obscures, plutôt politique que religieux, des extrémistes etc. Pour tout bon Musulman pour qui l'Islam est un tout indivisible ( point de séparation entre le religieux et le laïc ) être Islamiste c'est être Musulman tout simplement. Vous m'assurez que pour vos interlocuteurs les Islamistes sont des ennemies, alors expliquez moi pourquoi les Islamistes sont premiers dans les intentions de vote de la plupart des pays Arabes et que la plupart des Savants et Grands Philosophes Musulmans se disent Islamistes. J'ai moi même vécu assez longtemps en Dar el Islam et je n'ai jamais entendu parler de classes inferieurs par les Musulmans en dehors des Juifs, des Haratine et des Infidèles en générale ( mais ça ils ne nous le disaient pas aux Français, Takkya oblige! ). S'il y a une différence c'est entre riches et pauvres, descendant du Prophète ou pas. Les Musulmans ne se différencient pas en classes mais marque un respect particulier dans la descendance du Prophète. De plus toute comparaison avec le Catholicisme ne veut rien dire et parler de Musulmans pratiquants est un non sens. Le Musulman n'a de compte à rendre qu'a Allah, point d'Église et point d'obligation à la Mosquée. L'unité c'est L'Umma. Ce qui explique que tous les Musulmans vont à la Mecque qu'ils soient Sunnites ou Chiites pour ne citer que ces deux antagonistes. En conclusion qui a dit : Moi je pense que ce qui est malhonnête, c'est de vouloir toujours tout résumer à une hyper simplification ?

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 27 décembre 2006 à 20:56

1) Merci de vos précieux renseignements : j'étais entré dans ce blog parce que j'ai vu qu'il y avait de la lumière... Ce blog est un espace de discussion et si par moment il n'y a parfois que deux intervenants, ce sont des choses qui arrivent. De plus, je pense que Ludovic n'a pas besoin de sergent-major pour faire le flic sur son blog, il est assez grand pour le faire lui-même si besoin est...

2) Ce que vous donnez là c'est votre interprétation de l'Islam et des musulmans. A vous lire, on dirait que tous les musulmans se résument à un espèce de clone, sorte d'individu unique que vous avez patiemment construit pour qu'il corresponde à votre interprétation. Je me refuse de vous suivre sur ce terrain-là , surtout qu'il y a un grand nombre d'individus dans nos contrées, nés officiellement musulmans mais qui se fichent de la religion come de l'an 40.

Publié par Ofrens le 27 décembre 2006 à 21:12

"Géo et Ofrens, ici ce n'est pas un Forum, c'est le Blog de L.M."
Ah bon, ce blog n'est pas un forum. C'est quoi, alors ? Vous allez droit sur le Champignac d'or, avec une sortie de route pareille.

Publié par Roland le 27 décembre 2006 à 22:02

Je vois que vous continuez à sucer la carapace et que vous êtes bien incapable d'entamer la chaire, c'est ça la différence d'un forum de fond de cour et du Blog de L.M. qui par respect demande un minimum de recherche avant de nous balancer ce genre de rhétoriques : 2)

La Doctrine du Premier Fils d'Adam

Publié en 1966, l'ouvrage intitulé "La Doctrine du Premier Fils d'Adam: Le Problème de la Violence dans le Monde Islamique" a été la première publication dans le mouvement islamique moderne à présenter un concept de la non-violence. Ce livre, qui en est à sa cinquième édition, est encore disponible aujourd'hui.

http://www.magharebia.com/cocoon/awi/xhtml1/fr/features/awi/features/2006/12/24/feature-01

l'émergence de "l'islam de marché"

http://religion.info/french/articles/article_204.shtml

L'Islam selon David Bentata CONNAITRE LE 'BIEN ET LE MAL'

http://lachainedunion.over-blog.com/5-categorie-723700.html

Pensée d'un Mozarabe agnostique !

http://www.sayms.com/nouvelles/article.php3?id_article=54

Interdire l'Islam, c'est!

http://ajm.ch/wordpress/?page_id=2

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 28 décembre 2006 à 5:14

"Cependant, ce triste fait, qui mène à la Troisième Guerre Mondiale, justifie de ne pas confondre Islam et Islamisme, une telle confusion risquant de tuer l'espoir de convertir les Islamistes à l'Islam. La confusion précédente démoralise les Musulmans, assoiffés de paix, quand elle ne les rejette pas dans le camp adverse."

"Nombre d'orientalistes non musulmans ont une compréhension du Coran qui s'identifie à celle des Islamistes"
David Bentata

On dirait que cela a été écrit pour vous, et je ne suis pas sûr que vous sachiez manger les homards.

Publié par Roland le 28 décembre 2006 à 9:17

@ Roland, qui ne doit pas être de Roncevaux et qui je constate, mange mal le homard. Pour apprécier la bête et tout le fumé de la chaire, il est important de triturer vers la tête jusque dans la partie amère pour profiter de tout le parfum de ce charognard des eaux salées. David BENTATA, certainement juif sépharade originaire du Maroc et digne descendant de la mythique Al Andaluz ne peux pas accepter que l'Islam fut toujours islamique. Quand bien même les multiples formes apparentes de l'Islam, qui confondent les Infidèles, l'Islam islamique est seule à avoir réussi! à garder chaque musulman ad vitam aeternam un peu comme un Français qui ne perd jamais sa nationalité. Le Musulman qui oserait clamer qu'il n'est plus Musulman dans le Dar el Islam est en danger de mort, qu'il soit Sunnite, Chiite ou de toutes autres obédiences. Les Musulmans qui s'époumonent en Dar el Harb de vouloir nous convaincre du contraire ne servent qu'Al Takyya s'ils sont honnêtes. J'ai toujours pour habitude de présenter des textes qui confortent ma « thèse » et certains qui la contredisent. Ceux qui me connaissent depuis le début sur ce Blog savent que je mange le homard dans son entièreté mais que je ne le déguste qu'à l'Occidentale et en passant un vrai Musulman ne mange pas de homard ;-)

Le voile, bien avant l'Islam

http://www.historia.presse.fr/data/mag/721/72101401.html

Les jeunes des cités existent-ils ?

http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=40076

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 29 décembre 2006 à 2:29