« Le "retour" de l'intifada française | Accueil | Le dilemme nord-coréen »

8 octobre 2006

La notion de défense

Le refus de l'étape de développement 08/11 par une majorité du Conseil national est une nouvelle désillusion pour l'armée suisse au niveau parlementaire. Cependant, au-delà des problèmes de communication qui ont émaillé depuis mai 2005 l'annonce de cette transformation, et au-delà des intérêts partisans à court terme qui font de l'armée un gadget politique sans conséquence apparente, force est de constater que la notion de défense apparaît bel et bien au cÅ“ur du problème. Les appels répétés au débat ne sont pas qu'un artifice rhétorique, et les rejets émotionnels de toute nouveauté ne sont pas qu'un réflexe conservateur. Les missions de l'armée nourrissent la confusion et la discorde parce que leur sens a perdu la clarté de jadis.

...

La suite de mes réflexions sur la notion de défense est disponible ici, sur le nouveau site de la Revue Militaire Suisse ! :-)

Publié par Ludovic Monnerat le 8 octobre 2006 à 12:44

Commentaires

Armée XXI n'était elle pas conçue justement pour pouvoir se réorganiser à la menace beaucoup plus facilement? En fin de compte, nous avons le même blocage que l'on a connu avec armée 95 face aux évolutions militaire politique et économique.

A chaque réforme, j'ai l'impression qu'on ne va pas jusqu'au bout des choses et le changement préconisé n'est déjà plus à jours avec la réalité une fois celle-ci appliquée.

Si le blocage sur le développement d'armée 08/11 se renouvelle concernant le programme d'armement 2006 ( http://www.sonntagszeitung.ch/dyn/news/nachrichten/674412.html ) que va-t-on concretement pouvoir faire dans les prochaines années ?

Vous ne pouvez pas demander à des citoyens de prendre leur responsabilité et faire des sacrifices en tant que soldat si au niveau politique on s'evertue à saboter par derrière cette institution. J'utilise le terme saboter puisque je ne constate pas de vision réaliste et constructive pour enfin ancrer l'armée dans son temps.

En conclusion, quand le prochain rapport sur la politique de sécurité doit-il être présenté ?

Publié par crys le 8 octobre 2006 à 14:22

ha ha ha ! 13 millions par Puma pour les faire moderniser ? Alors qu' un certain major visiteur de ce blog n' a pas été écouté quand il proposait de les faire simplement armer de mitr 7.5 ?

Que l' armée continue à se foutre pareillement de notre gueule et il n' y aura pas beaucoup de programmes d' armement acceptés. Bien fait !

Publié par Arnaud le 8 octobre 2006 à 15:14

Je pense que l'armée devrait se rapprocher beaucoup plus de la population. Jusqu'à présent, ce sont les gens qui «allaient à l'armée». Aujourd'hui, il faudrait que l'armée aille vers les gens.

Il s'agit surtout de transmettre des connaissances, des enseignements, du savoir-faire. Comment répondre au terrorisme sur le terrain, en tant que citoyen? Que peuvent faire ceux d'entre nous, qui, sans vouloir ou pouvoir trimballer une tenue d'assaut complète en permanence, souhaitent participer à la défense militaire de leur pays? Par quels comportements, quelles habitudes, quelles aptitudes, quelles préparations, quels réflexes? L'armée devrait enseigner ces comportements, ces aptitudes, auprès des citoyens qui le souhaitent, dans le milieu civil, ou semi-civil.

Cela créerait une multitude de points de contact fructueux entre une armée qui ne va pas pouvoir éviter de se professionnaliser et une population qui sera sinon de plus en plus exclue du phénomène militaire. Cela générerait ainsi une entente, une connivence, une collaboration volontaire, qui ressemblerait tout à fait, finalement, à celle du Pacte fédéral.

Et cela n'empêcherait pas l'armée, dans son secteur préservé, de conserver le secret, la discipline, les prérogatives et les attributs d'une armée au plein sens du terme.

Publié par ajm le 8 octobre 2006 à 15:23

Quand la théorie se retrouve face à la pratique :

http://polyxions.blogspot.com/

:o))

Publié par Deru le 8 octobre 2006 à 17:05

"Que l' armée continue à se foutre pareillement de notre gueule et il n' y aura pas beaucoup de programmes d' armement acceptés. Bien fait !"

Cela me fait penser à ces chars qui étaient modernisés dans les ateliers de Thoune, juste avant d'être envoyés à la casse ou à ces abris d'aéronefs renforcés à grands frais, également juste avant la fermeture des bases concernées.

Ne parlons même pas des Hawk, achetés avec tout leur support pour durer 40 ans, et qui prennent gentiment la poussière, inutilisés, à Emmen.

Publié par fass57 le 8 octobre 2006 à 18:24

Quelqu'un aurait des détails sur les améliorations qui seraient apportées à la flotte Super Puma/Cougar?

Publié par fass57 le 8 octobre 2006 à 18:28

oui fass 57
Il s'agit de passer à la même avionique que le cougar au niveau du cockpit. Toutes les infos techniques dispos sur le lien pdf d'armasuisse.


http://www.vbs-ddps.ch/internet/groupgst/fr/home/generalstab/streitkr/rustungsprogramme/programme.Par.0003.DownloadFile.tmp/20053492_1100_14.fr_KAV.pdf

Publié par crys le 8 octobre 2006 à 18:42

Un grand merci, Crys, c'est exactement ce que je cherchais :-)

Publié par fass57 le 9 octobre 2006 à 8:04

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt votre intervention mise à disposition sur le site de la Revue militaire suisse. Cette analyse tend à soutenir l'idée que la défense doit désormais être abordée de façon globale. Ainsi, le département concerné ne devrait plus uniquement être en charge de l'armée, mais devrait comprendre d'autres services, comme la police, les renseignements/contre-espionnage, ainsi qu'un office ou bureau de la communication (relations publiques).

Cette solution permettrait sans doute de mieux répartir les fonds à disposition, en fonction des besoins déterminés par la Confédération et les cantons.

Mais à quoi servent de belles idées si elles ne peuvent être mises en Å“uvre. D'où le besoin de créer une structure imposant ce thème auprès des politiques, des médias et de la population! Le temps des lamentations doit faire place à l'action !

Publié par Alex le 9 octobre 2006 à 10:25

Je suis tout à fait d'accord avec alex.
On comprend bien l'idée de défense globale, mais
j'ai toutefois quelques peines à comprendre de quelle structure et à quel moyens ce modèle fait reference.

Plus concretement, au niveau politique nous subissons une polarisation des extremes gauche droite depuis quelques années et pour l'instant rien ne dit que cela va cesser.

Malgré la logique et la qualité de la reflexion, le modèle de defense globale est tout bonnement impossible à faire passer tant que le centre politique est aussi affaibli. Il y a donc bien une contrainte:


comment pouvoir adapter les institutions liés à la sécurité dans ce contexte politique ?

Publié par crys le 9 octobre 2006 à 10:59

En faisant quelques ajouts à l' instruction de base : comment reconnaitre le langage corporel d' un kamikaze, comment réagir, comment se comporter de manière sûre dans la vie de tous les jours, etc etc... et aussi faire en sorte que chaque soldat ait un fusil engageable à domicile.

Ca ne demande ni effort politique, ni effort financier, ça demande juste un changement d' attitude de nos citoyens-soldats et surtout de nos citoyens-chefs militaires, changement qui n' arrivera qu' une fois un malheur arrivé.

C' est humain et stupide.

Publié par Arnaud le 9 octobre 2006 à 16:43

@ Arnaud

j'ai enfin trouvé un rapport exhaustif (37 pages) sur le dévelopemment de l'armée 08/11, et après sa lecture, il me parait au contraire moderne et adéquat par rapport a la situation actuelle. Voici le lien en pdf.

http://www.vbs-ddps.ch/internet/groupgst/fr/home/generalstab/streitkr/weiterentwicklung.Par.0017.DownloadFile.tmp/Denkschrift%20CdA%20zum%20ES%2008-11%20franz.pdf


En me basant sur ce document, le changement d'attitude parmis les cadres militaires sont bien plus avancés que vous ne le croyez.

Publié par crys le 9 octobre 2006 à 17:17

Rien à voir avec le sujet mais on m'avait parlé de ton site pendant le sif... Très bon site, très intéressant, fait passionnément.
Au plaisir de te relire

ps : le Merlot était pas mal ;-)

Cpl Bourdin

Publié par cpl Bourdin le 9 octobre 2006 à 18:43

Ainsi donc, Arnaud, vous craigniez les kamikazes, ceux qui n'arrivent pas en Zero probablement :-)

Moi, je me demande ce qu'il restera à défendre dans une trentaine d'années, si ce n'est l'entreprise Swiss, société anonyme pleinement intégrée dans la modernité globale, au rythme où le pays réel est en train d'être effacé.

Publié par fass57 le 9 octobre 2006 à 20:57

"vous craignez", évidemment. Ce serait bien d'avoir quelques minutes pour éliminer les fôtes trop flagrantes :-)

Publié par fass57 le 9 octobre 2006 à 20:59

Aucun mot sur la Corée du Nord ?

La Suisse est pourtant presque à portée de tir et, à coup sur, à portée de radiation :)

Quelle défense souhaitons-nous face à une telle menace ?

Publié par Deru le 9 octobre 2006 à 22:18

L'heure est grave ! Il faut sans attendre envoyer les valeureux commandos suisses enlever Kim Jong-Il !

Publié par Yulik le 9 octobre 2006 à 23:41

Le rapport sur Armée 08/11 me donne bonne impression mais... à quoi sert donc d'avoir choisi les meilleurs chefs par une sélection pointue lors du passage à AXXI si l'on est toujours aussi incapable de faire passer le message au politique ?

Comme en France, l'on en vient au gouvernement d'opinion et nos parlementaire surfent sur les sujets en vogue, autant dire que la réforme de l'armée... attendra que le matin et le tages anzeiger nous annonce que nous nous trouvons au bord d'un gouffre et tance l'armée pour son manque de perspective, pour que les choses bougent soudainement.

Deuxième réflexion, relevée dans le rapport: la montée en puissance... aaaahhhh! voilà quelque chose de bien ! c'est flexible, flou, indéterminé, vaporeux... Y'a t il jamais eu dans ce pays une prise de conscience des menaces, à temps ? On se souvient des crédits d'armement votés trop tard avant la IIème guerre mondiale, on se souvient de la crise fonds en déshérences... Et on compte donc sur notre système politique pour reconnaitre et faire reconnaitre au parlement, une menace et des mesures de financement colossales, environs 10ans avant le conflit potentiel ??? Et d'ailleurs même si cela arrivait, chez qui irions nous acheter nos chars, nos avions, nos munitions intelligentes si tout un chacun s'équipe ?

Je ne sais personnellement pas quelle armée nous devons avoir pour l'avenir mais les idées qui sous-tendent la réforme à venir ne me convainquent pas.
L'armée n'est plus et depuis quelques années déjà capable de défendre le territoire face à une agression militaire, les engagements subsidiaires ne convainquent pas le citoyen soldat, qui pense à juste titre qu'une troupe de sécuritas de justifierait davantage et serait moins couteuse pour la caisse APG et les entreprises.

Pour ma part, une Armée avec des moyens de combat peut et doit subsister. Elle peut continuer à être de milice sur une base volontaire. Les compétences requises sont disponible et le côté prestigieux doit être mis en avant et valorisé auprès de la population et de l'économie. Pour le secteurs des moyens militaires assurant la sécurités sectorielle, il doit être professionnalisé et s'appuyer pour son recrutement, sur les même franges de populations que chez nos voisins européens.

Publié par bertrand le 10 octobre 2006 à 12:57

@Bertrand


Concernant le gouvernement d'opinion vous avez tout à fait raison. Mais c est aussi notre résponsabilité de cityoens d avoir suffisament de recul lors de votations ou d'élections.


Concernant la montée en puissance: elle comporte biensure des risques. Toutefois, je pense que ceux-ci sont acceptables dans la situation actuelle vu le manque de ressources financières et la très faible menace militaire concrete sur le continent européen ces 10 prochaines années.
En d'autres termes, ce risque peut être pris dans la mesure où il est étroitement contrôlé. Comment garder ce contrôle?


Le noyeau de défense classique doit être suffisament bien doté qualitativement et quantitativement pour permettre d'une manière réaliste te tenir et d'instruire jusqu'a une eventuelle montée en puissance.


Politiquement, nous devons nous doter de procedures suffisament rapides afin qu'une fois une menace identifiée les ressources soient liberée à temps afin d'être à l abris d'une situation similaire que nous avons connu lors du blocage devant le parlement.

Un autre avantage de la montée en puissance est qu elle permet d'éviter d'acheter trop précocement des armements qui risquent de ne pas être adapté à la menace. Donc contrairement à ce que vous dite je pense que l'armée peut gagner en réactivité avec ce noyau.

Concernant les engegaments subsidiaires: je suis en partie d'accord avec vous et il s'agit de ne pas demander à faire n 'mporte quoi à des soldats avec une marge de manoeuvre si étroite que la valeur ajoutée pour l'armée est nulle voir néagtive. Le recours à l armée pour depanner la garde d'ambassades pouvaient se jusitifer dans l'urgence quand on avait rien de mieux. Il s agit donc de trouver une solution plus cohérente et plus économique.
Toutefois, il faut faire attention à ne pas confondre et a faire d'amalgame entre les engagements subsidiaire et la défense sectoriel. La défense séctorielle n'est rien d'autre que de preparer l'armée à une menace asymetrique et c'est bien celle-ci qui est inquiétante actuellement. Toutefois,il manque encore un réel effort d'information et d'instruction au niveau des soldats concernant cet aspect, ce qui explique a mon avis pourquoi ceux-ci ne sont pas convancus.


Enfin concernant la professionalisation, je pense qu'il s agit de trouver un compromis. Il est clair que si nous voulons avoir de plus grands engagements à l'étranger dans le maintien de la paix sous l'egide de l'ONU nous devons augmenter la part de professionnalisation.

Publié par crys le 10 octobre 2006 à 13:57

@ Crys

En effet avec tous ces sectoriels, subsidiaires etc... je me suis en effet mélangé les pinceaux ;-)

Je parlais bien des engagements subsidaires, comme quoi même après un CTT à Kriens, c'est toujours pas facile de conserver en tête tout ce que l'armée est censée faire...

Pour ce qui est des matériels, j'approuve vos propos mais je maintiens que l'on ne peut pas développer des compétences dans le combat interarmes en "bouturant" des troupes et des cadres sorti dont je ne sais ou ( de l'infanterie ?? ) et commandé un système d'arme complet comme on commande une pizza. Les livraison s'effectue sur des années et nous ne serons surement pas les premiers servis...

Concernant le parlement... il est possible de faire passer des décisions rapidement si l'on trouve une majorité et qu'il y a urgence. Le problème c'est bien que ces messieurs dames reconnaissent la menace et les mesures à prendre. C'est un problème inérant à notre démocratie direct...

Publié par bertrand le 10 octobre 2006 à 14:56

La relève de nos politiciens doit vous faire bien sourire :)

Citation:
"Les compagnies de grenadiers ou de parachutistes constituent à mes yeux des anachronismes."

http://philippe.nantermod.over-blog.com/article-4215579.html

Heureusement qu'il s'agit d'un radical :)

Publié par Deru le 18 octobre 2006 à 18:13

Mouais, j'avoue être du même parti que ce monsieur mais à la lecture de ses propos, je n'en suis pas très fier... Il faudrait peut-être lui expliquer ce qu'est un coeur de compétences mais bon, face à un stratége de salon, on est toujours un peu démuni...

Il est clair que tant que la gauche et la droite "dure" s'allieront pour des raisons exactement contradictoires à faire échouer toute tentative de réforme, on ne va pas aller très loin.... J'espère juste que le projet 08/11 sera accepté aux Etats et qu'avec ce mouvement de balancier si caractéristique du bicaméralisme suisse on arrivera à négocier avec le National et éviter l'abandon pur et simple...

Publié par ofrens le 18 octobre 2006 à 19:27