« Sous une neige humide | Accueil | Le contrôle des océans »

17 janvier 2006

Le jeu des civilisations

Prié de m'exprimer à ce sujet suite à un billet sur les 7 nouvelles merveilles du monde, je ne saurais manquer de faire quelques réflexions sur Civilization 4. Ce jeu de stratégie est sans conteste l'un de mes favoris ; ayant longuement pratiqué les trois premières versions de la série officielle, les 2 productions de la licence Call To Power ainsi que Alpha Centauri, le sujet ne m'est pas vraiment inconnu. Il est d'ailleurs exceptionnel de voir un concept de base aussi génial être progressivement adapté et amélioré sans rien perdre de ses qualités initiales. Rester simple et pratique sans pour autant renoncer aux interactions subtiles : voilà un exemple à suivre dans bien des domaines.

D'un point de vue stratégique, Civilization 4 est passionnant parce qu'il intègre la plupart des composantes de la puissance : les armées, l'économie, la diplomatie, la culture, la démographie, la recherche, le territoire ou encore la religion. Ces facteurs sont certes simulés de façon rudimentaire, mais le fait de les considérer comme autant de domaines où existent des rapports de force et des possibilités d'action est une bonne introduction à la réalité. Il est ainsi possible de se fixer des objectifs diamétralement opposés et d'employer toutes ses ressources pour suivre le chemin retenu. Conquête ou développement, prospérité ou grandeur d'âme, tout n'est pas accessible simultanément - du moins aux niveaux de difficulté élevés.

En ce qui me concerne, ma stratégie préférée n'est pas la conquête des territoires, mais bien celle des esprits, grâce à une supériorité marquée sur le plan du rayonnement culturel. Ce n'est pas que la perspective de campagnes militaires me déplaise au plus haut point, même si le mécanisme du jeu n'a jamais réussi à intégrer les différences de rythme entre les manÅ“uvres des armées et le destin des peuples ; c'est simplement qu'il est toujours plus gratifiant de construire que de détruire. Une expansion initiale et globalement pacifique, suivie d'un développement rapide à l'intérieur de frontières sûres, avec une neutralité absolue et une économie grande ouverte : voilà ce qui me plaît le plus. On reconnaîtra bien entendu la marque indélébile de l'Helvète! ;)

Ma dernière partie de Civ 4 mérite une anecdote. J'avais décidé, en plus de ma stratégie habituelle, de constituer un monopole des religions et donc d'avoir le plus de villes saintes possibles ; finalement, j'en ai eu 6 sur 7, dont une à la suite d'une conquête précoce et chanceuse. Ce qui est assez amusant, et dû aux algorithmes propres au jeu, c'est que le judaïsme est soudain apparu à La Mecque ! L'islam, pour sa part, est né à Tombouctou. Pourquoi pas ? En tout cas, je me suis rendu compte qu'un quasi monopole des religions était une affaire très rentable, et que répandre la bonne parole était un investissement rapidement amorti, ce qui finalement est un autre aspect très réaliste de ce jeu mythique !

Publié par Ludovic Monnerat le 17 janvier 2006 à 20:55

Commentaires

Le 4è opus est sans conteste le meilleur de la série :)

Publié par Ares le 17 janvier 2006 à 22:36

Votre article sur civ 4 m'a rappelé un autre que j'avais déjà lu sur ce jeu à


http://www.tcsdaily.com/article.aspx?id=102805B


L'article mentionne en particulier que civ 4 ne reproduisait pas le risque de décadence des civilisations les plus avancées, et en particulier l'occident d'aujourd'hui.

Sans compter qu'il m'a fait découvrir l'humouristique site des "joueurs de civilization anonymes" :

http://www.civanon.com/

Publié par Dave le 18 janvier 2006 à 0:11

Mince alors!
Moi qui avais péniblement (mais fièrement) réussi à décrocher de civ III et à ne pas investir dans le quatrième en m'auto-persuadant que le dernier volet serait "forcément" moins bien.

Malheur à moi : je vais encore craquer!

Publié par pan le 18 janvier 2006 à 8:24

" j'en ai eu 6 sur 7 " Vous voyez bien, vous êtes un Gourou ;-)))

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 18 janvier 2006 à 13:59

Tout d'abord, merci d'avoir accédé à ma requête :) Vous confirmez tout ce que j'ai déjà lu sur cette version, notamment la composante religieuse qui méritait plus que l'augmentation de la satisfaction populaire. Il ne me reste plus qu'à changer de PC, et à convaincre ma femme...

Un truc: pour limiter mon addiction, je ne joue que sur batterie (portable avec autonomie correcte), ca limite les temps d'immersion.

Une anecdote: sur ma dernière partie (civ3), hors les barbares, je n'ai eu AUCUNE bataille à livrer, que ce soit en attaque ou en défense... déjà , c'est assez rare pour être noté, mais surtout, le conseiller diplomatique n'a fait mention d'AUCUNE guerre entre mes voisins.

Publié par ylyad le 18 janvier 2006 à 14:06