« Une lutte à contre-cÅ“ur | Accueil | Vive la démocratie directe ! »

26 novembre 2005

Le ciblage des enfants

L'un des aspects les plus barbares du terrorisme moderne est certainement le ciblage délibéré des enfants. En Irak, ces derniers jours, des jouets piégés ressemblant à ceux distribués aux enfants ont été découverts, alors qu'un attentat suicide a été perpétré près d'un hôpital pendant que des soldats américains distribuaient des sucreries et de la nourriture à des enfants. De telles attaques ont à plusieurs reprises été commises par le passé, comme celle illustrée par une photo exceptionnelle de Michael Yon, et elles vont certainement se reproduire. L'enjeu est de taille.

Le contact avec les enfants est en effet souvent le premier pas pour établir un lien avec une population donnée. Il se produit de toute manière automatiquement, parce que la curiosité des enfants les amène à être fascinés par des soldats venus presque d'un autre monde, mais il peut être systématisé par la distribution de petits cadeaux, qu'elle fasse partie d'une opération donnée ou qu'elle soit issue d'initiatives individuelles. Satisfaire les envies ou les besoins d'enfants aboutit fréquemment à faire évoluer les perceptions des parents, et donc le comportement général d'une population vis-à -vis des formations militaires.

Cette pratique est parfois qualifiée d'irresponsable, dans le sens où elle reviendrait à mettre en danger la vie des enfants uniquement en vue d'améliorer l'image des soldats ; mais un tel reproche, qui fait du terrorisme une sorte de danger naturel, n'intègre pas le fait que toute aide humanitaire est aujourd'hui une arme dans la conquête des coeurs et des esprits, qu'on l'accepte ou non. De toute manière, ces distributions à l'endroit des enfants sont également pratiquées dans des missions de maintien de la paix ou simplement par des formations à l'entraînement. Quel enfant suisse n'a pas une fois reçu nos fameux biscuits militaires ?

Face à l'établissement de tels liens, qui reviennent à combattre l'emprise qu'elle souhaiterait avoir, la guérilla sunnite en est réduite à massacrer des enfants. Pour l'heure, ces attaques barbares ne sont pas parvenues à démontrer une quelconque efficacité, et ne font qu'un peu plus ruiner la réputation des réseaux anti-démocratiques. Un belligérant incapable de s'imposer par ses idées, ses valeurs et ses actions doit nécessairement s'en prendre à celles de ses ennemis pour essayer d'en annuler ou d'en inverser les effets ; contraint de prendre la défensive sur un terrain qu'il ne peut conquérir, il cherche à éviter la défaite par un score nul.

S'attaquer délibérément à des enfants ne constitue donc qu'un combat retardateur perdu d'avance si l'horreur et le chaos ne finissent pas par décourager ceux qui essaient d'aider, de construire. Ce qui ne diminue en rien la barbarie qui le fonde.

Publié par Ludovic Monnerat le 26 novembre 2005 à 17:20

Commentaires

Plusieurs considérations,

la première est l'absence d'indignation de la part des bobos/droitdelhommistes/coeurs saignants/altermondialistes qui à la limite diront que la présence USA a "destabilisé" la "resistance" et reproduira d'autres socio-anneries du même style (on en a eu droit lors de la dernière éruption identitaire en France) ... en tout cas les coupables peuvent être onthologiquement que les judéo-croisés (ce qui se traduit en novlangue-altermondialiste en impérialisme américo-sioniste). C'est une vérité onthologique qui n'a pas besoin de preuves, ça va aude-là de la basse réalité physique.

Cette remarque me fait penser que cette non-logique aprioristique alter-droitdelhommiste (sous influence des maîtres à penser islamistes et soviétiques) a provoqué une involution des capacité cognitives.
On a donc regressé d'une logique galiléenne (expérimentale) à une nov-pensée aristotélique (dogmatique) qui se fonde sur des "vérités supérieures" (onthologiques).
Ce qui permet de construire des mondes imaginaires peuplés de chymères, de monstres, de n'importe quoi les maîtres à non-penser veulent bien instiller dans ces cerveaux ramollis, comme le "vieux de la montagne" faisait avec ses "ashishins".


La deuxième constatation consiste à remarquer la cohérence et la persévérence des salauds (on peut le dire?).
"Tout contact non belligérent avec les croisés est sanctionné". Point. Qu'il s'agisse de recrutement de police ou de gosses qui font les gosses.

Ca me rappelle des épisodes réels (repris dans "Apocalypse Now") ou les vietcong coupaient les bras qui avaient été vaccinés par les américains dans leur campagne destiné à gagner des coeurs et des esprits ... et de Kurtz de constater de l'efficacité de l'action.

La troisième remarque est que si les USA veulent changer quelque chose (c'est même pas dit qu'ils le peuvent) c'est sur le plan de l'info(sphère?), et c'est pas gagné.
Les jihadistes n'ont pas d'opinion publique et à la limite leur publique (de référence) veut plus de sang (point).
Donc que se soit des gosses ou des militaires dans son hallucination (les chefs eux sont lucides) le public de référence (1) des jihadistes ne fait pas la différence, et chaque victime est automatiquement attribuée aux "croisés/imperialo-sionistes" par les coeurs saignants en veine d'angélisme.


(1)
assez halluciné pour déclarer "ici c'est Jérusalem, les sionistes ne nous auront pas" pendant les émeutes en France ... il suffit de parcourir les forums islamistes pour voir à quel stade il en sont ...


Publié par Mikhaël le 26 novembre 2005 à 19:10

Rien à dire de plus, les "lois de la guerre" ne s'applique que d'un seul coté...

Au fait, le lien sur la photographie ne fonctionnent pas avec moi.

Publié par Frédéric le 26 novembre 2005 à 21:27

Oui, j'ai vérifié à l'instant, et le lien n'est plus disponible. Je l'ai donc retiré du texte.

Pour Mikhaël : j'ai également pensé à cet épisode cité dans Apocalypse Now en écrivant ce billet. Mais le changement d'époque, et notamment la circulation très différente de l'information, fait que de telles méthodes aujourd'hui prennent un relief tout autre.

Publié par Ludovic Monnerat le 26 novembre 2005 à 23:36

"... L'un des aspects les plus barbares du terrorisme moderne est certainement le ciblage délibéré des enfants..."

L'un des aspects les plus marchand du tourisme moderne est certainement le ciblage délibéré des enfants.

L'un des aspects les plus exploiteur du commerce moderne est certainement le ciblage délibéré des enfants.

On pourrait continuer la liste, l'enfant depuis les origines est remplaçable à peu de frais. On l'aime quand il est rond et dodu et on le protège vraiment que depuis peu de temps, surtout dans les pays où il y en a peu. Ils en meurent des milliers par jour... Les enfants ne sont que des adultes en devenir et chaque fois que nous voulons pleurer sur eux, comme un mirage ils disparaissent jusqu'à la prochaine fois. Mais, ce n'est pas le sujet du billet qui pose très bien une des pires situations que peu rencontrer un soldat et comme l'a dit Roméo DALLAIRE : " J'ai serré la main du diable ".
La guerre propre c'est pour les Chevaliers, la guerre sale c'est pour la piétaille et ça l'humanité n'y peut rien, car la barbarie est dans chaque Homme et personne d'honnête ne peux se prétendre à l'abri de devenir un monstre.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 27 novembre 2005 à 7:01

Merci à Yves-Marie pour cette perspective éclairante. C'est vrai que les militaires occidentaux, qui tendent à être les chevaliers de notre époque, restent orientés vers une idée propre de la guerre, un combat loyal entre hommes, et non ces luttes déstructurées et amorales qui se répandent dans des sociétés entières. Dans ce contexte, les enfants occupent une place particulière. Quant à la possibilité de chacun devenir un monstre, c'est dans les recoins de notre conscience que l'on peut en appréhender les causes...

Publié par Ludovic Monnerat le 27 novembre 2005 à 8:43

"et non ces luttes déstructurées et amorales qui se répandent dans des sociétés entières. Dans ce contexte, les enfants occupent une place particulière."

Le phénomène n'est hélas pas nouveau. Je me souviens d'un "indic" sur une affaire de stupéfiants (il entendait fournir des informations sur des voisins traficants et par ailleurs indélicats en matière de voisinage...)

Il nous affirmait que les dits traficants utilisaient femmes et bébés en pousette pour dissimuler la marchandise, car ils savaient que pour les "occidentaux" que nous étions, l'enfance est synonyme "d'innocence" et que jamais nous n'aurions l'idée et la volonté de déranger un bébé en train de dormir pour vérifier son landau...CQFD!

Ce raisonnement, déjà largement employé par l'adversaire devait logiquement s'appliquer un jour au terrorisme. Je crois d'ailleurs que le cas de kamikazes enfants nous a été révélé il y a peu...Qui parmi nous irait effectivement se méfier d'un gosse...

D'un autre côté, le but des actions terroristes consiste ici à créer un climat de défiance entre enfants irakiens et soldats de la coalition (soldats = danger d'explosion, enfant = kamikaze potentiel) en vue d'obérer sur le long terme le procésus démocratique de l'Irak, ce dernier point constituant l'effet majeur qu'ils entendent réaliser.

Publié par Winkelried le 27 novembre 2005 à 12:14

Nouvel exemple du bourbier dans lequel s'enfoncent de jour en jour les troupes américaines en Irak:

après les femmes et les enfants kamikazes, la résistance se met à piéger les... poupées !

Publié par jc durbant le 27 novembre 2005 à 14:46

Merci JC DURBAN, de ne pas galvauder le terme de "résistant". Je ne pense pas les fanatiques qui accèptent de sacrifier à leur cause douteuse les enfants de leur propre nation puisse ainsi être dénommés. Se sont bel et bien des terroristes...rien d'autres.

Publié par Winkelried le 27 novembre 2005 à 15:25

Je pense " Winkelried " que " JCD " serait bien d'accord avec vous et moi j'évite souvent d'employer le mot terroriste pour les même raisons car " Résistant et Terroriste " sont le devant et l'envers d'une même médaille. J'emploie donc le mot Assassin le plus souvent que je peux, avec un " A " majuscule pour bien préciser que je ne parle pas de n'importe quel assassin.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 27 novembre 2005 à 20:41

Les gens à qui ces crimes n'inspirent pas la volonté de combattre leurs auteurs sont des infirmes moraux et intellectuels.

Mais cette destruction de la pensée logique et de la philosophie morale qu'elle fonde ne doit rien à son inventeur. On la doit au contraire à la volonté de disqualifier toute connaissance qui ne se prête pas au test expérimental, dans ces domaines où il est impossible -  et absurde puisque la science elle-même en dépend.

C'est cette erreur qui a engendré le socialisme, rationalisation contemporaine de l'oppression des faibles par les puissants.
(http://www.liberalia.com/htm/fg_rester_wertfrei.htm)

Publié par François Guillaumat le 27 novembre 2005 à 21:02

> Mais le changement d'époque, et notamment la circulation très différente de l'information, fait que de telles méthodes aujourd'hui prennent un relief tout autre (L.M)

Il n'y a pas de pire sourd de celui qui ne veut pas entendre ... de mon point de vue les atrocités commises par les égorgeurs et assassins d'enfants ne sont pas plus visibles au grand publique que celles des guerres au fin fond de la jungle d'Indochine.
A la vue de ces infos, le grand public occidental ou bien il zape ou bien se dit "tiens, encore la faute aux américains ... Bush ... Sharon etc" pourquoi Sharon? au lecteur futé d'y répondre ;)

Montez sur un transport public et lisez à haute voix "explosion en Irak" et écoutez les commentaires ... la machine de propagande mise en place par les soviétique continue à tourner grâce à l'inertie acquise en 50 de roulement et grâce à la masse d'intoxs accumulées, elle roule toujours dans la même direction contre l'Occident et qui la pousse c'est les barbus (1)
Là est le vrai champ de bataille, car le jour où l'ennième égorgement ou meurtre d'enfant suscitera un sursaut général ce sera le jour où le jihad commencera à reculer, pas avant.


>Ce raisonnement, déjà largement employé par l'adversaire devait logiquement s'appliquer un jour au terrorisme. Je crois d'ailleurs que le cas de kamikazes enfants nous a été révélé il y a peu...Qui parmi nous irait effectivement se méfier d'un gosse... (Winkelried)

En Israel c'est déjà affaire courante,
- le terroriste qui a fait sauter un café à Rishon Lezion avait 16 ans,
- un autre stoppé bardé de sa ceinture d'explosifs à un de ces fameux road blocs (2) en avait 12,
- à Jenin durant l'opération Murs de Défence un gosse d'environ 6 ans sac à dos d'école sur le dos, est arrivé pleurant face aux soldats "je veux pas mourir" ... les salauds (3) lui avaient dit de s'approcher des soldats et d'appuyer sur le bouton

Sans compter les missions de support et logistique confiées à des gosses de 6-10 ans, du transport d'explosifs (quand ils sautent en l'air c'est des produits très instables, alors c'est les "sionistes" qui les ont tués ...) au ravitaillement lors de tirs (et ça peut toujours faire des victimes de plus à mettre sur le JT) etc

Je vous laisse apprécier l'éducation:
http://littlegreenfootballs.com/weblog/pictures/PalestinianChildAbuse/?imgIndex=11&autoShow=1

Les résultats:
http://www.mfa.gov.il/MFA/Terrorism-+Obstacle+to+Peace/Palestinian+terror+since+2000/Suicide%20and%20Other%20Bombing%20Attacks%20in%20Israel%20Since

(1) à remarquer l'alignement de la Russie qui reprend l'héritage géo-machin de l'URSS, support à la Syrie dans l'affaire Hariri, vente d'armement toujours à la Syrie (avec quel argent? Iran?), rapprochement très chaleureux vers l'Iran perçu comme anti USA

(2) road blocs infames et humiliants pour le peuple palestinien qui souffre du joug de l'occupation sioniste ...blablabla

(3) militants de la résistance palestinienne, les Jeans Moulins du moyen orient, épris de liberté blablabla

Publié par Mikhaël le 27 novembre 2005 à 21:50

Nous oublions également les enfants-soldats. En Afrique, ils sont très répandus. Un gamin de 10 ans avec un AK-47. Je tire ou pas?

Concernant le terme de résistance, je rois que la différence entre résistant et terroriste réside dans le choix des objectifs visés. Les résistants visent les symboles de pouvoir et de l'autorité (casernes, logistique, édifices de l'Administration).
Le terroriste frappe aveuglément, voire prend délibérément un target où il y a le plus d'innocents possibles.
Donc résistant n'est pas le beau côté de terroriste. Ce sont deux choses complètement différentes, et il est insultant pour les résistants d'être assimilés aux terroristes.

Je pense que cet amalgame vient en partie, pour nous européens, de la WW2, lorsque les allemands, sous l'occupation, considéraient les résistants comme des terroristes, et la population manipulée et asservie a fini par assimiler les deux termes pour la même chose. Il suffit de lire les affiches annonçant les exécutions des infâmes terroristes ayant fait exploser les voies de chemin de fer pour s'en rendre compte...

Publié par Ares le 28 novembre 2005 à 11:57

" Ares " "... et il est insultant pour les résistants d'être assimilés aux terroristes..."

Je suis bien conscient comme vous de l'héritage de la WW2 mais on ne va pas bien loin avec ce genre de constatations quand les mots sont pervertis et je dirais comme LM ( avec toutes les précautions possibles pour ne pas être taxé de rectitude politique que j'exècre ) : " Oui, de nouveaux mots sont parfois nécessaires. C'est la marque des temps que nous vivons que de constater que notre vocabulaire ne répond pas à ce que nous souhaitons exprimer." Les mots résistant et terroriste ne veulent plus rien dire, aussi j'ai choisi d'utiliser le mot Assassin et quand il ne voudra plus rien dire... c'est qu'il n'y aura plus d'Humanité. Je l'écris avec un A majuscule pour souligner son caractère de prédateur et mon droit à l'éradiquer sans humeur et sans appel. L'image est simple, c'est une charge à font de train, sabre au clair et pas de prisonniers.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 28 novembre 2005 à 17:51

Je signale juste ce lien sur le nouveau document de la Maison Blanche : National Strategy for Victory in Iraq

http://www.globalsecurity.org/military/library/policy/national/ns-victory-iraq_051130.htm

Je n'ait pas eu le temps de l'étudier, et comme mon anglais laisse de toute à facon à désirer...;)

Publié par Frédéric le 30 novembre 2005 à 23:32