« Une escapade automnale | Accueil | Une catastrophe lointaine »

16 octobre 2005

L'envers de l'opposition

Les révélations qui ne cessent d'apparaître sur la corruption au coeur du programme "Pétrole contre nourriture", notamment par la mise en examen d'anciens hauts fonctionnaires français (le blog Politique arabe de la France est éclairant à ce sujet), fournissent une perspective intéressante sur la question de la guerre en Irak, et notamment sur l'image de ses principaux partisans et opposants.

Rappelez-vous : au début 2003, la France avait pris la tête de ce que l'on nommait sans raison le "camp de la paix", et leur opposition flamboyante aux visées américaines était symbolisée par une couverture de Paris Match montrant Jacques Chirac et Dominique de Villepin sous le titre "les combattants de la paix". A cette époque, les motivations affichées par la France étaient effectivement celles de la paix, de la stabilité, de la raison, par opposition à la Maison-Blanche, suspectée de vouloir attaquer l'Irak uniquement pour s'emparer de ses ressources pétrolières ou pour satisfaire ses instincts belligérants, aiguisés par le 11 septembre.

Aujourd'hui, le déroulement des événements impose de plus en plus une spectaculaire inversion des perceptions. D'une part, l'attachement américain au processus démocratique en Irak ne peut plus être mis en doute, et son succès éclatant balaie tout argument sur l'impossibilité d'implanter la démocratie sur les traces d'une armée. D'autre part, les révélations faites notamment en France montrent que les membres du "camp de la paix", loin d'être des colombes, avaient des intérêts matériels à maintenir Saddam Hussein au pouvoir, et donc que la moralité affichée de leur position dissimulait d'autres motivations.

Naturellement, il ne faudrait pas tomber dans l'excès inverse, et dépeindre les Américains en libérateurs utopistes, apportant les bienfaits de la démocratie de façon toute désintéressée : c'est bien parce que la propagation des valeurs démocratiques sert leurs intérêts, notamment en combattant efficacement le fondamentalisme musulman, que les Etats-Unis la mettent en oeuvre. Même un idéal reste une arme dans l'infosphère. En revanche, il est temps de procéder à un rééquilibrage et de montrer que tous les protagonistes stratégiques ne font que poursuivre leurs intérêts subjectifs. La supériorité morale est un concept hautement douteux à ce niveau.

Publié par Ludovic Monnerat le 16 octobre 2005 à 16:37

Commentaires

"!En revanche, il est temps de procéder à un rééquilibrage et de montrer que tous les protagonistes stratégiques ne font que poursuivre leurs intérêts subjectifs!"

Et les Médias, quels sont leurs intérêts subjectifs, la paix, la guerre ou le terrorisme virtuel ?

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 17 octobre 2005 à 4:51

Les Médias perdent du terrain et leurs attitudes ( de mouches du coche ) me semblent refléter cet état. Quoi de mieux que le terrorisme virtuel pour se refaire une autre vie en utilisant cette guerre de l'information qu'ils alimentent au delà du tolérable... mais qui va leur dire ! Les Blogs assurément mais les Médias ont vu la menace et offre leurs services aux Blogueurs et tolèrent que leurs journalistes en ouvrent. Quand les genres seront bien mélangés les gagnants risquent de ne pas être ceux qu'on souhaite.

Mythologie du Terrorisme sur le Net

http://www.virtualistes.org/mythnet.htm

Internet en 2014

http://www.mitose.net/index.php?page=lire&id=151

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 17 octobre 2005 à 5:32

"Naturellement, il ne faudrait pas tomber dans l'excès inverse, et dépeindre les Américains en libérateurs utopistes, apportant les bienfaits de la démocratie de façon toute désintéressée: c'est bien parce que la propagation des valeurs démocratiques sert leurs intérêts, notamment en combattant efficacement le fondamentalisme musulman, que les Etats-Unis la mettent en oeuvre."

Parce qu'il faudrait qu'en plus, les Etats-Unis mettent en oeuvre la démocratie *contre* leurs intérêts?

Je ne crois pas en l'altruisme géopolitique (surtout quand il vient d'Europe). Mais quand les intérêts d'un pays se confondent avec des objectifs géopolitiques vertueux, je crois qu'il y a là de quoi se féliciter sans toujours chercher la petite bête.

Malgré toute la propagande occidentale qui a vainement tenté de faire croire le contraire, les Irakiens sont bien plus heureux aujourd'hui que sous le règne du dictateur que les Américains ont fait choir. Quelle surprise! Il faut être coupé de la réalité comme un intellectuel parisien pour s'en étonner...

Les motivations importent peu; du point de vue des peuples, les résultats comptent.

Publié par Stephane le 17 octobre 2005 à 9:08

A Stéphane : Oui, entièrement d'accord. Je crois que l'on peut se féliciter de l'orientation pro-démocratique prise par la politique étrangère américaine. Ce paragraphe avait juste pour but de relativiser le ton messianique parfois adopté par l'administration Bush au sujet de cette orientation. Maintenant, même si les résultats comptent, est-ce que la démocratie est une fin en soi ou un moyen de parvenir à un état donné ?

A Yves-Marie : Oui, les intérêts des médias et l'influence qu'ils ont sur leurs produits doivent être pris en compte. Parce que les médias sont devenus depuis 40 ans des acteurs parfois déterminants des conflits armés. Maintenant, est-ce que vous pensez vraiment que les médias traditionnels (MSM, quoi...) sont en mesure d'exploiter à leur profit la libéralisation de l'information qu'autorise l'Internet, notamment par l'entremise des blogs ?

Publié par Ludovic Monnerat le 17 octobre 2005 à 11:05

L'Irak ne va pas vers la "démocratie".
L'Irak passe simplement d'une domination sunnite à une domination chiite.
Pour des raisons stratégiques, pétrolières, c'est ce qui fût décidé par les américains.


Les exactions actuelles des "escadrons de la mort" chiites n'ont rien à envier aux exactions des milices de Saddam.

Les chiites jouent actuellement le jeu de la "démocratie", car ils savent que c'est comme cela qu'ils prendront le contrôle de l'Irak, mais attendez-vous au pire dans le futur proche...

Sad but true...

Publié par Paul-Alain le 17 octobre 2005 à 13:29

A Paul-Alain: c'est évident. Les raisons "stratégiques, pétrolières" expliquent tout. Sauf l'opposition à la guerre conduite par la France et l'Allemagne: ça, c'était pour des raisons totalement altruistes. Une chance qu'il reste encore un brin de convictions et d'altruisme dans cet univers pourri guidé uniquement par les intérêts personnels.

Les Américains sont les vampires du pétrole. Ils viennent, ils prennent, et ils jettent. D'ailleurs, les Irakiens ne se sont pas encore rendu compte que les troupes impérialistes de l'Oncle Sam avaient siphonnées tout le brut du sous-sol irakien! Les cons!

Alors, bien sûr, l'installation de la démocratie participe d'un plan grandiose pour la domination du monde par les Américains. Comme lorsqu'ils sont venus mourir en Normandie pour libérer l'Europe des Nazis, ou qu'ils renversent les Talibans pour faire passe un pipeline.

Ils sont partout. iLs sAvEnT tOuT! Nous sommes à la merci des multinationales tentaculaires occultes à la solde des marchés financiers capitalistes...

...Je me demande si vous ne faites pas partie du plan vous aussi? Il y a des agents doubles partout.

Sad but true...

Publié par Stephane le 17 octobre 2005 à 15:35

> "Naturellement, il ne faudrait pas tomber dans l'excès inverse, et dépeindre les Américains en libérateurs utopistes, apportant les bienfaits de la démocratie de façon toute désintéressée: c'est bien parce que la propagation des valeurs démocratiques sert leurs intérêts, notamment en combattant efficacement le fondamentalisme musulman, que les Etats-Unis la mettent en oeuvre."

> Parce qu'il faudrait qu'en plus, les Etats-Unis mettent en oeuvre la démocratie *contre* leurs intérêts?

> Je ne crois pas en l'altruisme géopolitique (surtout quand il vient d'Europe). Mais quand les intérêts d'un pays se confondent avec des objectifs géopolitiques vertueux, je crois qu'il y a là de quoi se féliciter sans toujours chercher la petite bête.

Ne confondons pas "intérêt" et "intéressement". Quand on dit que les Américains défendent des intérêts, entendons-nous : les Américains ont indéniablement des intérêts stratégiques et économiques (que nous partageons d'ailleurs) mais il en est d'autres auxquels ne s'attache aucune connotation d'infamie : le démantèlement des réseaux terroristes, la sécurité au niveau mondial, le rétablissement de la démocratie, le respect de l'Etat de droit font partie de ces derniers. Discréditer d'emblée un acte, c'est aller un peu vite en besogne. Emmanuel Kant commettait la même erreur, lui qui estimait que, pour être morale, une action doit toujours être foncièrement désintéressée (notre sensibilité ne peut y goûter la moindre satisfaction, aussi minime soit-elle). Il allait même jusqu'à soutenir que, peut-être, n'y a-t-il jamais eu la moindre action morale sur terre. En ce sens, avons nous dit, toute action est intéressée. Même celle de Mère Térésa ou de SÅ“ur Emmanuelle : à suivre cette lecture mesquine, leur dévouement et leur altruisme seraient autant de tentatives déguisées pour gagner une certaine notoriété ou de se garantir un passeport de première classe pour monter au ciel.

Lire : http://www.atlantis.org/publications_desalle011.html

Publié par Alex Keaton le 17 octobre 2005 à 16:54

@Stephane:

"Les raisons "stratégiques, pétrolières" expliquent tout."

Presque tout, ou tout ou presque..
La preuve en est bien que si la France s'opposait à l'intervention en Irak, c'est largement pour des raisons "stratégiques et pétrolières"!

"Les Américains sont les vampires du pétrole."

Les Américains ne sont pas les seuls "vampires du pétrole", tout les pays sont actuellement à la recherche de la moindre goutte de pétrole.La Chine en tout premier lieu.VOyez l'Afrique, l'Asie Centrale, etc...

"ou qu'ils renversent les Talibans pour faire passe un pipeline."

Les Talibans sont loin d'être renversés, et par ailleurs, la France participe très activement aux côtés des Américains à tenter de les renverser.

Publié par Paul-Alain le 17 octobre 2005 à 17:23

A Alex Keaton : Merci pour cette précision. Je pense que la nuance est de taille. Personnellement, j'aurais tendance à l'exprimer autrement, en termes d'enjeux ; je dirais qu'un intérêt représente un enjeu plus particulier, sectoriel, alors qu'un intéressement représente un enjeu presque universel. Etant entendu que l'ampleur des enjeux détermine en général le volume des ressources que l'on est prêt à investir dans une action donnée.

Maintenant, j'ai quelques doutes quant à votre affirmation au sujet de Kant. Est-ce que l'impératif catégorique ("Agis uniquement d'après la maxime qui fait que tu peux vouloir en même temps qu'elle devienne une loi universelle") ne fixe pas un critère différent pour dire si une action est morale ? Dans ce sens, ce n'est pas une action désintéressée, mais une action ayant valeur universelle qui le serait.

A Stéphane : Peut-être gagnerait-on, pour la clarté du débat, à souligner les propos ironiques que l'on choisit de publier... :)

Publié par Ludovic Monnerat le 17 octobre 2005 à 18:52

OK ! pour " Stephane " c'était une joke, j'étais perplexe ;-)))

" LM " "... exploiter à leur profit la libéralisation de l'information..."

Je me méfie, à la vitesse où évolue la technologie cette libéralisation pourrait être menacée, réglementée et encarcanée comme ce fut le cas de la presse écrite du pamphlet au magazine.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 17 octobre 2005 à 19:57

C'est vrai, ça manquait de smileys ;o) :ob

Publié par Stéphane le 17 octobre 2005 à 21:05

Quand même ...

93% de participation à .. Falloujah !

j'en reviens toujours pas ! ...

Et même s'ils votent tous non, quelle gifle quand même pour les bouchers djihadistes et leurs crétins utiles des médias occidentaux !


Et le 1er procès d'un tyran du Moyen-Orient qui commence... mercredi !


"Turnout reached 93 percent in the heavily Sunni western city of Fallujah after clerics and others went door-to-door telling residents it was safe to venture out of their homes, election officials said."


http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2005/10/15/AR20051

Publié par jc durbant le 17 octobre 2005 à 23:52

"Et même s'ils votent tous non, quelle gifle quand même pour les bouchers djihadistes et leurs crétins utiles des médias occidentaux !"

Les "bouchers djihadistes" ne sont que 2000 en Irak et ils ne sont pas irakiens.Donc ils ne votent pas.
Les insurgés irakiens sont eux, au moins, 30000.
Eux ils votent.
Une observation interessante: pourquoi le jour des élections fût-il si "calme"? (très, très peu d'attentats)
Savoir répondre à cette question peut, éventuellement, vous autoriser à donner votre avis sur la situation en Irak! (sans y avoir jamais mis le pied...)

Publié par Paul-Alain le 18 octobre 2005 à 4:54

Les "bouchers djihadistes" ne sont que 2000 en Irak et ils ne sont pas irakiens.Donc ils ne votent pas.
Les insurgés irakiens sont eux, au moins, 30000.
Eux ils votent."

Exactement, vous avez bien mis le doigt sur le véritable drame que sont en train de vivre les pauvres bouchers djihadistes (et sûrement aussi quelques irrédentistes bassistes et saddamistes, sans parler des Galloway et autres Chirak,Galouzeau, Mérimée & co): on a vraiment TOUT fait (découpages au couteau de boucher, assassinats d'écoliers et de passants dans la rue, enlèvements, etc. et, de l'autre côté, manifs monstres à Paris ou à Londres de soutien à Saddam, rodomontades et effets de manches aux tribunes onusiennes, drapages grandiloquents dans les grands idéaux du respect de la volonté des peuples, plus quelques petits arrangements entre amis pour les contrats pétoliers ou autres) pour qu'ils refusent la démocratie et le système des élections pièges à cons et voilà que, comme les autres, les vendus et les traitres à la Cause et à l'Irak, ils se mettent à ... voter !

Et bientôt si ça continue, on sera peut-être obligé de nobéliser l'idiot du village planétaire... Bush !

Mais où va-t-on ? Tout fout le camp ... !

Publié par jc durbant le 18 octobre 2005 à 6:12

Arrêtez de nous bassiner avec les insurgés irakiens ! ils n'y a que des Assassins, et s'ils sont 30 000 c'est une raison de plus pour les ignorer politiquement parlant. Je pense qu'ils prient pour que les Américains ne partent pas car je ne donne pas cher de leur peau le jour ou l'armée irakienne en aura la charge avec la bénédiction de la population irakienne au complet, car même les Sunnites feront la chasse ;-)

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 18 octobre 2005 à 19:28