« Le vote ou la mort | Accueil | Mise à jour de CheckPoint »

17 septembre 2005

Les figures de proue

Le combat des idées ne peut pas se passer de personnages capables de les porter, de les incarner. C'est un aspect de la sphère de l'information qui ressort périodiquement dans l'évolution des perceptions publiques. On peut les appeler des leaders-clefs, des porteurs d'opinion, ou des figures de proue comme je le fais ici ; mais on ne peut pas douter de leur importance. Que serait en France le mouvement altermondialiste sans un José Bové ? Que serait en Suisse la droite nationaliste sans un Christoph Blocher ? Bien entendu, la politique est le domaine de prédilection des figures de proue, au point d'ailleurs que des individus en vue dans d'autres domaines - sportifs, acteurs, musiciens, etc. - tentent parfois, avec un succès inégal, d'exploiter leur popularité pour influencer l'opinion.

On peut voir les figures de proue comme des produits marketing perfectionnés, comme des personnages dont les actes, les mots, l'apparence ou encore l'origine doivent contribuer à multiplier l'effet. L'un des meilleurs exemples récents est celui de Cindy Sheehan, cette mère de famille américaine qui s'est établie devant le ranch texan du président Bush et qui a utilisé la mort de son fils en Irak pour protester contre l'opération militaire en cours. Surgie apparemment de nulle part, cette femme a rapidement été entourée d'une machinerie de relations publiques impressionnante, « repackagée » pour réduire sa singularité (« Mother Sheehan ») et savamment mise en exergue pour donner l'impression d'un mouvement de fond, voire d'un basculement de l'opinion que les sondages n'ont jamais montré (environ 60% des Américains soutiennent le maintien de leurs troupes en Irak, et ce chiffre est stable).

Mais une figure de proue doit trouver sa place, et quelque part sa légitimité, au fil du temps. Elle doit rester focalisée sur un nombre limité de messages-clefs, et éviter aussi bien la dispersion dans des causes lointaines que le dérapage dans une rhétorique extrémiste, sous peine de perdre la bienveillance des médias. Dans le cas de Cindy Sheehan, une accumulation de déclarations problématiques - comme celle, toute récente, où elle appelle les troupes américaines à un retrait de « New Orleans occupée » (bas de page) - devrait logiquement renforcer sa singularité et réduire son impact. Un autre exemple est celui de Rachel Corrie, cette militante pro-palestienne morte écrasée par un bulldozer israélien devant lequel elle a choisi de se placer : les images la montrant brûlant un drapeau américain devant des enfants palestiniens l'ont clairement empêchée de devenir une figure de proue posthume.

Toute la mécanique consistant à donner autant d'empire à un personnage individuel doit cependant nous interpeller. La tentation du culte de la personnalité n'épargne personne.

Publié par Ludovic Monnerat le 17 septembre 2005 à 16:51

Commentaires

autre commentaire de "Mother Sheehan": elle nomme "freedom fighters" les gens qui ont tué son propre fils. S'ouvre ici une abysse psychologique.

Publié par al le 17 septembre 2005 à 17:09

A propos d'image: cher Ludovic, pourriez-vous remplacer le drapeau suisse de la bande-titre par un étandard flottant fièrement au vent (sur fond de chalets et de montagnes par exemple). Par égard aux jeunes lecteurs, je m'abstiendrai des commentaires qui me viennent à l'esprit sur l'image présente....;o)

Publié par al le 17 septembre 2005 à 17:13

Pour étre une "figure de proue", suffit il de faire des déclarations fracassantes comme Hugo Chavez ?

Aprés avoir jeudi demandé le transfert de l'ONU hors de l'Amérique du Nord pour une ville du "sud", il déclare vendredi que les Etats Unis vont l'envahir avec une opération grand style :

http://permanent.nouvelobs.com/etranger/20050917.FAP2755.html?0316

Je sait qu'il doit étre un peu énervé depuis qu'un télévangéliste à déclarer les USA devaient l'envoyer ad patres mais il exagére un peu beaucoup...

Au fait, en début de semaine, c'est la Corée du Nord qui crier que les militaires Sud Coréens en Irak s'entrainer pour l'envahir... ;)

Publié par Frédéric le 17 septembre 2005 à 17:34

on trouve ce message de Cindy Sheehan également sur le site de.... michael moore (trouvé grâce à lgf):

http://www.michaelmoore.com/mustread/index.php?id=503
http://littlegreenfootballs.com/weblog/?entry=17531_Mama_Moonbat-_Occupied_New_Orleans&only

Publié par Robert le 17 septembre 2005 à 17:55

Comment cela, al, je le trouve très bien, moi, ce drapeau ! Présent, mais néanmoins modeste, comme il se doit, avec derrière lui une masse d'eau qui fait office de symbole (il s'agit en fait d'une vue des chutes du Rhin, pour ne rien vous cacher). Maintenant, si la majorité des commentateurs venait à souhaiter un changement de graphisme, je commencerais à me poser des questions... :)

Publié par Ludovic Monnerat le 17 septembre 2005 à 20:09

pourquoi "modeste"? ;o)

Publié par al le 17 septembre 2005 à 21:50

"... je commencerais à me poser des questions..."

Il porte à confusion avec le drapeau du Canada ;-)

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 17 septembre 2005 à 22:52

"! Toute la mécanique consistant à donner autant d'empire à un personnage individuel doit cependant nous interpeller. La tentation du culte de la personnalité n'épargne personne! "

Si nous sommes convaincus de vouloir vivre en démocratie, nous devrons donc voter non plus pour l'apparence ( le cirque du culte de la personnalité ) mais pour le contenu ( l'espoir de vivre dans un monde mieux éduqué ou le vote individuel représentera cette réalité ) ou nous ne voterons plus... ce qui est déjà en partie confirmé par le pourcentage des abstentions dans les plus vieilles démocraties.

http://www.cric.ca/pdf/cahiers/cahierscric_nov2001.pdf

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 18 septembre 2005 à 1:28

Quelques autres exemples me viennent à l'esprit:

- l'ACTEUR Ronald Reagan, ex gouverneur de la Californie, dont la campagne présidentielle fut planifiée par les plus grandes sociétés de reations publiques et de publicité

- l'ACTEUR Arnold Schartzy (Conan, Terminator 1-2-3, etc), gouverneur de la Californie et futur président des USA?

- le fils à son "dady", J.W. Buisson (je ne cite pas le nom entier pour ne pas déclancher un nouveau "katrina sindrome")


Ceci dit il s'agit simplement d'une technique de marketing appliquée à la politique (1), où soit on amplifie une caractéristique du "produit" soit on modèle le produit (inexistant en soi-même sinon qu'il jouit d'une notoriété antérieure) pour satisfaire les besoins perçus du public cible, dans ce cas les électeurs.


En allant au delà du choc justfié qu'on peut (et doit) légitimement ressentir à voir la démocratie (violée?) subir de telles manipulations (intox?), et avant même d'avoir la réponse à "qui a commencé", faudrait-il voir "beyond the mirror" et se poser la question "quelles sont les finalités de ces acteurs (dans le sens premier du terme: ceux qui agissent) ou des ces personnages" (qui impersonifient)?

Les formateur de jeunesses auront sûrement la reponse: on les invite ici à nous la fournir.

;)

(1) politiciens embrassants des bébés (qui pleurent), promesses fumeuses, déclarations sans fondement, images du "produit" souriant même quand c'est des truants (Stalin, la famille KIM, Pétain, etc)

Publié par Mikhaël le 18 septembre 2005 à 11:07

Cela n'est pas nouveau, les grands orateurs grecs et romains on montré qu'un beau discourt bien prononcé est plus percutant que les idées qu'il contient.

Publié par Frédéric le 18 septembre 2005 à 11:22

@ Frédéric

exact! et dans la civilisation médiatique cela a pris les dimensions que ça a pris

Publié par Mikhaël le 18 septembre 2005 à 11:25

Une nouvelle Mère Sheehan ou Rachel Corrie israélienne ?

"Quelle qu'en soit l'issue, le cas Fahima n'a pas fini de soulever des interrogations sur l'état d'esprit actuel de la société israélienne."

"A première vue, les faits reprochés à la jeune femme sont graves. Elle est accusée... d'avoir "prêté assistance à l'ennemi en temps de guerre" ...parfois déguisée en Palestinienne" ...
"

"L'élément le plus tangible de l'accusation repose sur un "document militaire secret" que Tali aurait "traduit" pour ses amis palestiniens. /.../ les feuillets en question, perdus par des soldats israéliens dans le camp de Jénine, ne donnaient que quelques éléments biographiques sur des Palestiniens recherchés et contenaient des photos aériennes... du camp lui-même."

"Pour aller au-delà des explications partiales délivrées par les télévisions israéliennes" ...

"En novembre, la petite femme énergique ira en Europe pour faire connaître le "cas Fahima". Elle voyagera avec une mère palestinienne dont le fils est en détention administrative. D'origine algérienne et détentrice de la nationalité française, Sarah envisage de demander un passeport français pour sa fille."

"Pour les habitants du camp de Jénine, en tout cas, Tali est déjà la plus palestinienne des Israéliennes. Zacharia Zubeidi a demandé qu'en cas d'accord entre Israël et l'Autorité sur la libération de détenus palestiniens, la jeune femme en fasse partie. Aujourd'hui, "le portrait de Tali est placardé sur les murs du camp. Au même titre que ceux des "martyrs" palestiniens."


Tali Fahima, une Israélienne trop curieuse
LE MONDE | 23.09.05
http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,[email protected],50-692170,0.html

Publié par jc durbant le 23 septembre 2005 à 16:29