« Les raisons du retrait | Accueil | La sélection du GIGN »

10 août 2005

Le long de la Foule

Foule.jpg

Non loin de mon modeste logis coule un ruisseau nommé la Foule, qui avant de se jeter dans la Birse longe au cÅ“ur des bois un petit chemin bordé de quelques bancs. C'est un lieu calme, modérément fréquenté, presque intime, que j'aime sillonner en écoutant le chant discret de l'eau et le bruissement des feuilles. Une oasis où parfois je me repose, en méditant plus ou moins profondément sur le sens de l'existence au regard des mille détails élémentaires de la nature. Une parenthèse de distance, de silence et de solitude qui permet de se recueillir, de se retrouver, de clarifier les situations et les relations. Une absence quelquefois nécessaire, difficile à comprendre ou à accepter pour les êtres chers, mais qui est aussi la promesse d'un lien retrouvé, d'une affection renouvelée!

Publié par Ludovic Monnerat le 10 août 2005 à 20:41

Commentaires

Je suis moi même privilégié d'avoir une petite rivière qui passe chez moi. Même l'hiver ou tout est gelé je peux entendre le bruit de l'eau car il y a un rapide du à un amas de morènes. J'ai l'impression que cette place est sacrée et je ne peux m'empêcher de penser que l'environnement doit avoir un grand rôle dans notre perception du respect de la vie. Aussi vivre dans des conditions inacceptables ne peut qu'engendrer des attitudes inacceptables.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 11 août 2005 à 20:01

Publié par François Guillaumat le 9 octobre 2005 à 12:21