« Iran : impasse annoncée | Accueil | Le long des ouvrages »

3 août 2005

L'aveuglement du risque zéro

L'aversion des sociétés européennes pour le risque est désormais un fait bien connu. On en trouve chaque jour une illustration supplémentaire, et celle qui m'a frappé aujourd'hui est la mini-polémique lancée en Ajoie, autour de la place d'armes de Bure, au sujet de l'installation d'antennes nécessaires à un système de commandement. Décrite par un article du Matin, cette affaire locale rappelle à quel point le principe de précaution peut être négatif : une crainte sans fondement scientifique sur le rayonnement électromagnétique de 153 antennes de 9 mètres, dont les effets supposés néfastes n'ont jamais pu être démontrés, peut ainsi remettre en cause la construction d'un centre d'instruction digital permettant d'entraîner les formations de combat mécanisées aux engagements en milieu urbain et ouvert. De quoi s'interroger sur la pondération des risques!

A mon sens, le risque zéro est en effet une illusion propagée par le haut niveau de technicité, de santé, mais aussi de publicité, qui caractérise les sociétés modernes. A force d'être érigés en arguments commerciaux, la technologie miracle et la santé parfaite ont généré des attentes impossibles à satisfaire et banni l'incertitude de nos vies. Du coup, on tend à préférer l'innocence apparente de l'inaction à la culpabilité potentielle de l'action, on songe à renoncer définitivement plutôt qu'à s'adapter continuellement - comme une envie à peine dissimulée de figer le temps, de prendre congé du destin, de stopper une évolution vers l'inconnu! en commettant ainsi une double erreur : croire que le statu quo n'est pas risqué (illusion de la connaissance parfaite) et confondre risques et menaces (illusion du contrôle de notre existence).

Prenons le cas de ce projet à Bure : les quelques centaines d'habitants des communes de Bure et Fahy peuvent redouter des effets sur leur santé en raison du réseau de commandement projeté par l'armée, même si rien n'est moins sûr. En même temps, renoncer à instruire les unités de combat de l'armée aux opérations de stabilisation et de coercition en milieu urbain - puisque seule la place d'armes de Bure permet une telle instruction en Suisse - engendre d'autres risques, même si là aussi rien n'est moins sûr. Ce qui est en revanche certain, c'est que prendre uniquement en compte les risques liés à ses propres actions, et non ceux liés aux actions d'autrui, est un raisonnement insoutenable. Agir sur la base de prévisions potentiellement inexactes reste moins dangereux que renoncer à toute action, dès lors que l'on accepte l'incertitude.

Les armées occidentales sont confrontées à des difficultés de ce type depuis des années. Aux Etats-Unis, le centre d'entraînement national de Fort Irwin avait par exemple restreint les manÅ“uvres et les comportements des troupes à des fins de protection d'environnement, et notamment pour préserver les conditions de vie de tortues des sables. Comme s'il n'était pas acceptable que certaines portions de terrain, négligeables à l'aune d'un pays, soient déclarées à usage militaire! Se focaliser sur un risque endogène mineur et oubliant une menace exogène majeure est un aveuglement qui me paraît bien difficile à soigner. Du moins avant que l'urgence de la situation n'ouvre enfin les yeux.

Publié par Ludovic Monnerat le 3 août 2005 à 17:48

Commentaires

L'aveuglement du risque zéro ou la culture de la malhonnêteté intellectuelle. Que ce soit la pose d'antennes, de pylônes électriques, de dépôt de matériaux secs, de routes, d'aménagements hydriques etc. Il y a toujours un individu dans la trentaine, sachant manier la langue de bois, possédant des dossiers ( invérifiables ), accompagné de toute une cohorte de personnes naïves ou rancunières ( envers le gouvernement ou la société ) et bien sure la fameuse liste de pétitions qui donne une allure démocratique à leur campagne. Evidemment quand l'armée est impliquée l'apocalypse est proche et les réunions deviennent encore plus pathétiques. C'est la rançon de la démocratie dont l'exigence est d'être proactif en permanence :-)

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 3 août 2005 à 19:40

Une réflexion de base extrêmement bien structurée:
Du bon usage du principe de précaution - Réflexions et modes d'action
Philippe Kourilsky
http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2738110584/171-1134295-3993026

Un dossier juridique approfondi:
Le principe de précaution
Essai sur l'incidence de l'incertitude scientifique sur la décision et la responsabilité publiques
Arnaud Gossement - Préface de Jean-Claude Masclet
http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2747536637/171-1134295-3993026

Voici les dernières lignes du petit ouvrage lumineux de Kourilsky:

«Bref, le principe de précaution, bien compris et bien manié, constitue un instrument utile. Mais si l'abstention, l'immobilisme et le conservatisme réussissaient à se l'approprier, il faudrait l'abandonner et même le combattre avec vigueur. Dans ce cas, il faudrait préserver l'essence de sa positivité profonde et faire retour à la notion de prudence sur laquelle il se fonde. Cette nécessaire vigilance et l'ampleur des enjeux qui l'entourent font que le principe de précaution n'est pas seulement l'affaire des législateurs, des politiques et des juges. Il est bel et bien l'affaire de tous.»

Publié par ajm le 3 août 2005 à 20:03

Le prétendu "principe de précaution" n'est pas l'exagération d'une idée raisonnable, mais un obscurantisme, lui-même symptôme d'une dénaturation des choix : en effet l'invoquer, c'est demeurer aveugle à certains risques, ceux qu'implique nécessairement sa mise en oeuvre supposée.
(Voir mon "À quoi sert le 'principe de précaution' ?" http://www.quebecoislibre.org/020831-14.htm )

Publié par François Guillaumat le 3 août 2005 à 21:12

"Se focaliser sur un risque endogène mineur et oubliant une menace exogène majeure est un aveuglement qui me paraît bien difficile à soigner."

Je ne suis pas du tout d'accord :)

L'opposition est le mécanisme élémentaire d'un état de droit qui permet au voisinage d'entendre une version constructive (détaillée) sur le dispositif qui sera mis en place et les risques.

Lors de la procédure de mise à l'enquête, bien souvent, il n'y qu'une grossière ébauche du projet qui ne permet pas à "tout un chacun" de comprendre ce qu'il adviendra. Les chiffres, à plat, ne veulent en effet rien dire pour le commun des mortels.

De plus, la prodécure n'est pas bien longue. Elle nécessite certe un effort (comme celui entrepris dans le 19:30 pour comparer la puissance de ces antennes avec celles issues de la téléphonie) mais au final, cette perte de temps permet d'avoir un "bon" rapport de voisinage.

Et bien que l'intérêt de la nation permet à l'armée de déroger à la procédure ordinaire, il ne faudrait pas, sur le seul prétexte que l'armée est là pour nous protéger et qu'elle sait ce qu'elle fait, ignorer les craintes des citoyens.... et ne pas envisager d'autres solutions.

Bien sûr, le mécanisme de l'opposition ne suffira peut-être pas et des recours tomberont mais c'est seulement là , en connaissance de cause, qu'on pourra disserter sur le "est-ce que l'intérêt public l'emporte, dans ce cas concret, sur celui des privés"... :))

Publié par X. le 3 août 2005 à 21:21

J'entends bien, X. : ce n'est pas parce que l'armée entreprend des constructions - et distribue des millions bienvenus aux collectivités locales - qu'il passer par-dessus bord les droits des citoyens en matière d'opposition. En revanche, j'estime que toute opposition devrait être basée sur des motifs rationnels et raisonnables, et non sur des craintes qu'aucune enquête scientifique ne permet de fonder. Enfin, la décision devrait pondérer l'ensemble des risques : les intérêts d'un pays me semblent supérieurs à ceux des habitants de deux communes...

Publié par Ludovic Monnerat le 3 août 2005 à 21:27

Avec les différentes "affaires" ou l'Etat Français et les entreprises se sont montrer irresponsable (amiante, sang contaminé, nuage de tchernobyl bloqué à la frontiére, la vache folle et j'en passe), ce n'est malheuresement pas étonnant que l'on assiste à ce type de débordement.

On en fait trop ou pas assez, plus personne n'arrive à raison garder. Dans ma région, c'est à propos d'une ligne Trés Haute Tension devant relier la France à l'Espagne que les habitants se sont mobiliser.

Publié par Frédéric le 3 août 2005 à 21:45

"En revanche, j'estime que toute opposition devrait être basée sur des motifs rationnels et raisonnables, et non sur des craintes qu'aucune enquête scientifique ne permet de fonder."

Non, justement l'opposition est là pour exposer les raisons (scientifiques, pragmatiques, etc) de l'ouvrage. Je crois que vous anticipez un peu trop. Nous ne sommes pas encore au stade du recours (qui a tant fait parler de lui :))

C'est ainsi uniquement au stade de l'opposition que l'on explique véritablement aux opposants les motifs de l'ouvrage ou encore les raisons de la pose de 153 antennes plutôt que 150 (par exemple), leur hauteur, forme, couleur, etc....

Bien sûr, on pourrait avancer que l'armée sait ce qu'elle fait et qu'il n'y a pas besoin d'expliquer ses projets. Mais une opposition est avant tout une volonté d'être partie prenante dans le projet en pouvant ... expliquer par exemple que des **** (suédois, grecs, ??) ont créé des antennes qui, pour un rapport de coût similaire, permettrait d'employer uniquement 137 (?) antennes de 7 mètres... ou tout simplement dire son ras-le-bol de l'armée.... A ce stade, il n'y aura aucune obligation de tenir compte de ces avis, mais la personne qui aura exprimé ses craintes pourra dormir le sommeil léger quand l'ouvrage sera bâti.

Il y avait même un préfet à l'époque qui invariablement, convoquait tout le monde, leur expliquait avec l'aide de spécialistes, cas échéant, le détail du projet puis les écoutait patiemment. A la fin de la soirée, il leur annonçait qu'il rejetterait toutes les oppositions au motif d'un intérêt public prépondérant. Invariablement, écoutés, les justiciables, à une très forte majorité, repartait quand même content et ne déposait aucun recours.

Maintenant, par manque de temps (? :) ) la procédure est écrite et les recours tombent.

Enfin, tout cela pour dire que même s'il faut motiver succinctement son opposition, il s'agit véritablement pour moi d'un mécanisme important de notre démocratie qu'il ne faut en aucun cas dénigrer.

Sinon, on pourrait tout aussi bien dire qu'il ne fallait pas voter sur Armée XXI, car à quoi bon expliquer à des citoyens un projet qui avait l'assentiment des officiers et qui était dans l'intérêt de notre sécurité ??


Par contre, mon raisonnement serait différent si on était au stade du recours (procédure longue et coûteuse). A n'employer qu'avec modestie et réflexion :)

Publié par X. le 3 août 2005 à 22:13

D'accord, X. : je reconnais avoir effectivement pêché par anticipation et entretenu une confusion entre opposition et recours dans le cadre procédurier, et donc dans sa signification effective. Je m'en excuse platement! :) Cela dit, je pense que le sens général de l'article et le problème lié à l'emploi abusif du principe de précaution restent pertinents. Du moins je l'espère...

Publié par Ludovic Monnerat le 4 août 2005 à 15:41