« La puissance du Japon | Accueil | A nouveau en mouvement »

15 août 2005

La bombe israélo-britannique

Cet article du Jerusalem Post révèle une information particulièrement embarrassante pour la Grande-Bretagne dans le cadre de ses efforts pour empêcher l'Iran de développer l'arme nucléaire :

Revelations that the government of Prime Minister Harold Macmillan in 1958 covertly sold Israel 20 tons of heavy water - vital for producing weapons-grade plutonium - may prove awkward for Britain, which is an active participant in European efforts to pressure Iran over its nuclear ambitions.
News of the deal, kept secret from both British government ministers and the US administration until official documents were obtained by the BBC last week, has spurred campaigners to lobby for further information and action on Israeli arms.

La France et la Grande-Bretagne ont donc été les principaux appuis du programme nucléaire israélien. Dans ces conditions, et compte tenu des motifs invoqués à l'époque pour le développement de programmes analogues, l'argument moral n'a vraiment aucune portée face à l'Iran. Le fait que Gerhard Schröder se permette d'écarter toute option militaire souligne hélas combien l'Europe n'est pas un acteur stratégique pouvant être pris au sérieux, puisqu'elle refuse de reconnaître les rapports de force qui fondent les relations entre Etats et leurs capacités mutuelles de dissuasion.

Publié par Ludovic Monnerat le 15 août 2005 à 17:06

Commentaires


"l'argument moral n'a vraiment aucune portée face à l'Iran" si c'est dans le sens que l'Iran en est dépourvu (de sens moral) d'accord.
Si par contre il s'agit du devoir moral d'arrêter le régime sanguinaire des ayatollahs qui ont toujours déclaré leur intention de lancer la bombe, le devoir moral subsiste.

http://www.coxandforkum.com/archives/05.05.01.NukeGoRound-X.gif

Ce n'est pas parce que Chirac a vendu le nucléaire au bourreau de Baghdad (Saddam) que c'était immoral de l'arrêter.

http://www.coxandforkum.com/archives/05.08.09.TableforNone.gif

La troika européenne (je pense qu'entre temps Blair se soit quelque peu ravisé) savait très bien ce que cherchait Téhéran, des négotiations pour obtenir l'autorisation, des négotiations qui allaient interrompre le processus de sanction à l'ONU, des négotiation pour pouvoir faire ce qu'ils voulaient (les ayatollahs), point.

Il suffisait de lire la déclaration des iraniens!


http://www.coxandforkum.com/archives/04.11.21.NuclearTools-X.gif

http://www.coxandforkum.com/archives/04.09.19.UNthreatening-X.gif

Publié par Mikhaël le 15 août 2005 à 17:40

Ah ! cette poule mouillée de Schroeder, il en rate pas une ! Vivement qu'il parte !

Et pour son comparse munichois Chirak, encore 2 ans à tenir !
Quant aux Iraniens, qui peut encore douter de leurs intentions ?

"In a prominent national sermon in December, 2001, former Iranian president Hashemi Rafsanjani declared that the day "the world of Islam comes to possess [nuclear] weapons" will be "the day ... global arrogance will come to a dead end." He added that a bomb used against Israel "would leave nothing on the ground" and would rid the world of much "extraneous matter," by which he appeared to mean millions of Jews."

http://www.littlegreenfootballs.com/weblog/?entry=8396_Extraneous_Matter

Publié par jc durbant le 15 août 2005 à 18:16

Ah ! cette poule mouillée de Schroeder, il en rate pas une ! Vivement qu'il parte ! Et pour son compère munichois Chirak, encore 2 ans à tenir !

Quant aux Iraniens, qui peut encore douter de leurs intentions ?


In a prominent national sermon in December, 2001, former Iranian president Hashemi Rafsanjani declared that the day "the world of Islam comes to possess [nuclear] weapons" will be "the day ... global arrogance will come to a dead end." He added that a bomb used against Israel "would leave nothing on the ground" and would rid the world of much "extraneous matter," by which he appeared to mean millions of Jews.

http://www.littlegreenfootballs.com/weblog/?entry=8396_Extraneous_Matter

Publié par jc durbant le 15 août 2005 à 18:17

Ce n'est pas vous, Ludovic, qui souligniez à l'époque les différences entre les possesseurs de l'arme atomique au niveau de leurs intentions? Effeuillons la marguerite: Les bombes indiennes m'inquiètent un peu. Chinoises, un peu plus. Pakistanaises, beaucoup. Iraniennes, coréennes, salafistes hypothétiques, énormément. Israéliennes, américaines, françaises, et peut-être russes, pas du tout.

Publié par al le 15 août 2005 à 18:34

Chirac "Munichois", c'est exagérée. Le Force de Réaction Rapide en Bosnie en 95, c'est lui ;)

Publié par Frédéric le 15 août 2005 à 20:18

"Chirak "Munichois", c'est exagéré. Le Force de Réaction Rapide en Bosnie en 95, c'est lui" ...

Et sur l'Irak, c'était quoi ... ?

Publié par jc durbant le 15 août 2005 à 21:45

Très certainement un dédoublement de personnalité ;-))))

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 15 août 2005 à 22:11

On change de suget mais pour l'Irak, une brigade Française n'aurait pas changer grand chose et nos armées sont déja dispersées à l'extréme au 4 coins du globe. Entre les Balkans, la Cote d'Ivoire, et les missions des Nations Unies, l'Armée de Terre Française à déja du mal à tenir le rythme.

Publié par Frédéric le 16 août 2005 à 14:03

La France intervient uniquement où cela semble bon pour son image internationale. Dès que le sujet devient épineux, on réfléchit, on se tâte et on se défile gentiment.
Ce n'est pas uniquement la France, c'est l'Europe qui manque de conviction. Pourquoi? parce que l'Europe est avant tout économique et qu'elle ne désire pas se mettre des clients potentiels à dos. Une réaction de commerçant quoi.

Publié par Ares le 17 août 2005 à 0:19

Je ne suis pas tellement d'accord, nous avons envoyé des Casques Bleus sur des zones de conflits qui n'interresse pas du tout l'opinion publique.

L'Eurocorps au Congo l'année derniére n'a vraiment pas fait la une des journaux, les forces envoyé en Haiti il y a quelques mois n'ont fait parler d'elle que quelques jours et encore c'était pour dire que c'était un moyen de se rabibocher avec les USA;.

Publié par Frédéric le 17 août 2005 à 14:51

Je suis un peu perplexe devant la remarque de LM: "l'argument moral n'a vraiment aucune portée face à l'Iran"
Quel argument moral ? Le même que celui qui, appliqué à nos chères élites, dit qu'on devrait vite démonter toutes ces ogives ?
Honnêtement, je trouve toute cette pression sur l'Iran d'une hypocrisie écoeurante. Pas que je sois une fan des ayatollahs, mais exiger d'un pays qu'il ne développe pas un armement comparable à celui de ses agresseurs potentiels (et même probables), et l'empêcher du même coup de développer une industrie énergétique nationale aprce que "nous on est les gentils et vosu les méchants", ça me laisse pantoise.
Ca n'a strictement rien de moral, et ce n'est pas parce qu'ils sont barbus et enturbannés qu'ils sont idiots (la preuve, ils arrivent à faire de l'uranium). Faudrait pas qu'en plus on se donne des petites tapes de félicitations dans le dos.
Nous avons placé l'Iran dans une double contrainte: soient ils ne développent pas d'arme nucléaire, et le jour où on les attaquera ils se feront balayer, soient ils en développent une et le jour où on les attaquera, ils emporteront quelques ennemis dans la tombe avec eux. Ils n'ont rien de sérieux à gagner en renonçant à leur programme.

Publié par Gwenaëlle le 17 août 2005 à 18:18

" Gwenaëlle " "...Je suis un peu perplexe devant la remarque de LM..."

Et moi donc en lisant votre Post ! La morale de cette histoire est que l'Iran a signé le traité de non prolifération des armes nucléaires et dans la foulée sous le manteau ils s'activaient à produire une potion magique à notre intention. Une fourberie difficile à digérer...

Q'un pays qui n'a pas signé mette en place un programme nucléaire n'a rien d'étonnant. C'est peut-être regrettable et s'il ne menace personne, sa morale n'est pas à priori douteuse. Ce n'est pas le cas de l'Iran qui une fois découvert en remet et un petit détail que je n'irais pas chercher dans le Coran ( trop infantile à votre goût ) mais tout simplement dans leur Constitution qui stipule dans le préambule :

L'armée idéologique

Dans l'organisation et l'équipement des forces défensives du pays, l'attention se porte sur la foi et l'idéologie de façon à ce qu'elles soient le fondement et la règle. Pour cette raison, l'armée de la République Islamique et le corps des Gardiens de la Révolution sont organisés en conformité avec cet objectif et seront chargés, non seulement de la sauvegarde et de la protection des frontières, mais également du fardeau de la mission idéologique, c'est-à -dire le Djihad dans la voie de Dieu et la lutte dans la voie de l'expansion de la souveraineté de la loi de Dieu dans le monde.

http://www.homme-politique.com/iranconstitution.php

http://www.jurispolis.com/dt/mat/dr_ir_constit1979/dt_ir_constit1979_preamb.htm#_Toc96573711

http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/asie/iran.htm

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 18 août 2005 à 1:46

"pour l'Irak, une brigade française n'aurait pas changé grand chose et nos armées sont déja dispersées à l'extréme au 4 coins du globe. Entre les Balkans, la Cote d'Ivoire, et les missions des Nations Unies, l'Armée de Terre Française à déja du mal à tenir le rythme."

C'est vrai que déjà pour l'Afghanistan (ou même éjà l'ex-Yougoslavie, non ?), on avait dû (au moins au début) se contenter d'un strapontin quasi-symbolique - faut dire qu'on doit louer les gros porteurs aux Russes ou Ukrainiens ou Bielorussiens, je sais plus ? et que le porte-avions était en réparation ou est arrivé après la bataille, non ? sans parler des hélicos qui sont pas adaptés ou en panne, non ... ?

Mais quand même pour des militaires, ça doit être rageant de pas pouvoir "profiter" de "pratique" de guerre réelle avec les plus en pointe sur le terrain actuellement, les Américains, non ... ?

Et surtout au niveau SYMBOLIQUE justement, où beaucoup de choses se passent dans ce genre de conflit, ça aurait quand même été important, ne serait-ce que pour bien montrer à Saddam et à ses sbires que leur temps était bien fini et qu'ils avaient aucune chance de se maintenir ou de revenir au pouvoir ...

D'ailleurs qui sait, sans ce blocage systématique du soi-disant camp de la paix - qui se trouvaient être les amis les plus proches (et les plus gros... CRÉANCIERS) du régime (c'était, au moins pour eux, une... guerre du pétrole !) ! - et ces millions d'idiots utiles qu'ont défilé dans nos rues, les généraux proches de Saddam auraient peut-être même pu être convaincus de se débarrasser de leur encombrant chef et la guerre... évitée ?

Publié par jc durbant le 18 août 2005 à 12:07

Syndrome de Stockholm (suite):

"Qui sont les auteurs des attentats quotidiens en Irak et des morts par centaines ? Qui sont les victimes quotidiennes de ces attentats qui ciblent parfois des enfants ?. Faut-il en déduire que, par leur présence, les Américains seraient responsables, seuls responsables ? Et que se passait-il en leur absence, à l'époque «heureuse» où Saddam Hussein, une arme de destruction massive à lui seul, faisait la loi : des massacres par centaines, par centaines de milliers probablement, de chiites en général, kurdes souvent, ou d'opposants présumés de toute origine, mais toujours musulmans, dans le silence des islamistes, malgré le caractère laïque du régime"...

"Il faut, pour déclencher le sentiment de révolte islamiste internationale envers des crimes commis contre les musulmans, la présence de non-musulmans, même s'ils ne sont pas les auteurs des crimes. Quant aux comportements humiliants, écoeurants, imbéciles, de certains gardiens d'Abou Ghraib et de Guantanamo sur leurs prisonniers, peuvent-ils justifier une bombe qui massacre de façon indiscriminée femmes et enfants dans une rame de métro ? Dans les geôles de Saddam, les mutilations (langue, etc.) semblent avoir été assez courantes : ont-elles déclenché les mêmes foudres ?"

"Ce que dit le RIIA est que l'espace d'action des mouvements terroristes s'est accru depuis l'intervention américaine et que la propagande pour le jihad y a trouvé de nouveaux arguments, mais ces arguments sont aussi fallacieux que les précédents."

"L'émergence du terrorisme international islamiste n'a aucun lien avec les difficultés du peuple palestinien, rappelons qu'en 1993, l'année des accords d'Oslo, eut lieu le premier attentat contre le World Trade Center à New York. Les attentats de Bali, la guerre du Cachemire ou les talibans afghans n'ont rien à voir avec la Palestine, qui a été longtemps oubliée par les islamistes, néanmoins la référence s'est révélée si efficace _ en milieu musulman comme en milieu occidental _ qu'elle sera réutilisée tant qu'il se trouvera des commentateurs atteints du syndrome de Stockholm" ...


Peut-on dire que la guerre en Irak rend les Occidentaux responsables du terrorisme?
Vraies bombes, faux arguments

Par Richard PRASQUIER et Marc KNOBEL
Libération, lundi 15 août 2005

http://www.liberation.fr/page.php?Article=317336

Publié par jc durbant le 18 août 2005 à 12:59

Bonjour Yves-Marie :)

Je précise que je n'accorde aucune confiance au gouvernement iranien et aucun crédit à leurs dénégations que le programme est civil. Mais je trouve que tout ce beau monde est sur un pied d'égalité moral.
Entre le président de la seule et unique nation à avoir utilisé une arme nucléaire sur des hommes (oficiellement), de la seule nation qui envisage de développer et banaliser les armes nucléaires (alors qu'il est lié par le même traité), de la nation la plus consommatrice de pétrole (j'aimerais en faire abstraction parce que c'est lassant à force, mais c'est loin d'être epsilonesque), ses acolytes qui ont aidé et/ou financé les bombes de divers "alliés" tous plus pacifistes les uns que les autres (Inde, Pakistan, Israël), et le gouvernement iranien qui décide qu'il en a plein le dos des ces simagrées, je ne trouve pas vraiment de bon et de mauvais.
Donc ça me surprenait que LM évoque l'argument moral. Voili.

Publié par Gwenaëlle le 18 août 2005 à 14:17

" Entre le président de la seule et unique nation à avoir utilisé une arme nucléaire... et le gouvernement iranien qui décide qu'il en a plein le dos des ces simagrées, je ne trouve pas vraiment de bon et de mauvais."

Non, moi je suis ABSOLUMENT pas d'accord !

Je trouve que pour ce qui est de "débarrasser le monde de matière superflue", le bilan américain est largement surestimé et même... laisse franchement à désirer !

Japon, 60 ans après Hiroshima, ... 3e puissance économique du monde ! Allemagne, 60 ans après Dresde, ... 4e !

On peut pas dire que c'est du travail bien sérieux, tout ça !

Moi, je suis sûr qu'une bonne bombe islamique, sunnite ou même iranienne, ferait les choses beaucoup plus sérieusement, au moins en ce qui concerne le pays déclaré, si l'on en croit les sondages,... la plus grande menace du monde !

Publié par jc durbant le 18 août 2005 à 15:17

Allemange, 1er exportateur mondial, on oublie souvent de le signaler avec 135 milliards d'excédent cette année; loin devant le Japon ou la Chine. (fin de la parenthése économiqe ;)

Publié par Frédéric le 18 août 2005 à 15:45

" Bonjour Gwenaëlle " "! Mais je trouve que tout ce beau monde est sur un pied d'égalité moral! "

Soit mais votre argumentation n'est pas bien choisie. Si vous me disiez que le pouvoir corrompt, que nos politiciens évitent les vrais débats etc. Je pourrais peut-être vous suivre! mais que viennent faire, la bombe atomique, le pétrole ou les "alliés" tous plus pacifistes les uns que les autres ? Qui-a-t-il d'immorale d'utiliser une bombe, qu'elle soit nucléaire ou autre quand on est en guerre. Qui-a t-il d'immorale à consommer plus de pétrole quand on a une activité économique et militaire plus importante et que certains vous demande de les aider à rester libres. Qui-a-t-il d'immorale à avoir des alliés qui savent qu'être pacifistes est un suicide et que la morale vous oblige à protéger vos Citoyens et vos Alliés. Ce qui n'est pas morale c'est de penser qu'un bon nettoyage ethnique favoriserait grandement l'implantation de notre doctrine et seulement la notre, voilà pourquoi certains sont plus immorales que d'autres et il ne faut pas se tromper de cible comme les sois disant pacifistes, alter mondialistes ou autres détenteurs de la bonne conscience auto proclamée.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 19 août 2005 à 3:16

L'Iran ne doit pas posséder la bombe atomique pour la simple et bonne raison qu'il est dirigé par une bande de fanatiques islamistes dont la seule volonté est de débarrasser le monde des infidèles (nous, je vous le rappelle).
Alors lerus arguments d'auto-défense ne tiennent par conséquent pas la route une seconde! Il s'agit d'un gouvernement qui utilisera l'arme nucléaire pour agresser et pas pour se défendre.
Encore une fois, la détermination n'est l'apanage que des seuls américains et britanniques, les européens se cachant derrière leur lâcheté.

Publié par Ares le 19 août 2005 à 12:25

" Ares " Il faut se méfier de l'emploi des mots clefs dans une argumentation! c'est bon pour faire des recherches dans Google mais très discutable dans une démonstration. ( dirigé, bande, fanatiques, islamistes, volonté etc. ). L'Iran est beaucoup moins fanatique qu'on le pense et c'est justement ça le danger. Le fanatisme n'est pas une donné stratégique importante et n'apporte à court terme qu'un avantage de mobilisation dans des pays ou l'information reste encore archaïque. Les pays modernes ont des formes de fanatisme moins visibles. Qui dirige l'Iran ? le pays des Ariens, Musulman mais Chiite mais aussi une vieille nation qui parle Persan. Le fanatisme n'a rien à voir avec le programme issu de la Sourate 9 et son rappel dans le préambule de la constitution. Ce programme n'a pas besoin de la bombe atomique pour progresser et s'installer ( je ne connais pas de bombe A sélective ) par contre avoir la bombe pour sa défense est potentiellement un " gage de réussite " pour l'implantation du programme : la conversion des Infidèles et l'élimination éventuelle du noyau dur. Si vous embrassez la foi musulmane vous ne serez plus un Infidèle. Cela éveille chez moi un vieux souvenir " mieux vaux être communiste que mort ", je me méfie donc beaucoup plus des " Pacifistes " que des Iraniens pour la réussite de ce grand dessein. Aussi le danger n'est pas l'Iran, mais bien nous même ( les Occidentaux ). Les Américains, Anglais et autres sont tous des Européens ( d'origine judéo chrétiennes pour la majorité ) qui comportent des pourcentages fluctuants de " Pacifistes " détenteurs de la bonne conscience auto proclamée et prêts à vendre leurs âmes pour leur Paix hypothétique. Les sanctions si elles s'appliquent seront la conséquence d'un pays signataire qui a failli et trompé la société internationale ni plus ni moins. Le reste n'est que du " fanatisme verbale ".

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 19 août 2005 à 14:39

Cher Yves-Marie, je comprends d'habitude bien vos points de vue mais là je ne vous reconnais pas dans ce discours en demi-tons, à la limite de la démagogie.
Si les intentions de l'Iran étaient aussi louables que vous le dites, et si ce gouvernement n'avait pas d'arrière-pensée d'origine fanatique religieuse derrière son discours "on-voudrait-la-bombe-pour-nous-défendre-contre-tous-nos-ennemis",alors pourquoi siable tenteraient-ils de gagner autant de temps, pourquoi continuent-ils de défier l'ONU et les occidentaux par des communiqués limite belliqueux et en tout cas en nous considérant comme des niais (et là je partage un peu leur opinion)?
Sincèrement, si une 3è guerre mondiale devait avoir lieu, je pense qu'elle pourrait avoir cette crise comme point de départ...

Publié par Ares le 19 août 2005 à 15:07

" Ares " Relisez bien mon post vous verrez que mon discours n'est pas en demi-tons car je réclame des sanctions pour une fourberie inacceptable ( des faits ) et non pas des croyances dans un fanatisme difficile à cerner. Les sanctions si elles s'appliquent seront la conséquence d'un pays signataire qui a failli et trompé la société internationale ni plus ni moins. Je rajoute que LM suite à des échanges avec d'autres officiers ne voyaient pas comment appliquer des sanctions et les Américains ont le même dilemme à moins de vitrifier l'Iran. Israël est le baromètre dans la région car ils seront aux premières loges, notez leur prudence dans le débat...je ne serais pas surpris d'apprendre que les Russes jouent les entremetteurs entre l'Iran et Israël. On en a vu d'autres.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 19 août 2005 à 20:04

Eh oui, quelles sanctions appliquer à l'Iran? On ne leur donne rien, c'est plutôt le contraire! A part l'option militaire, que beaucoup de dirigeants redoutent, je ne vois aucun autre moyen...

Publié par Ares le 19 août 2005 à 21:48

Une précipitation plus que douteuse !


"les Iraniens étaient vraiment très pressés. Pourquoi donc ? On pouvait se le demander à bon droit, car le seul réacteur iranien, à Boucheir, a une alimentation en combustibles assurée pour plus de dix ans grâce aux deux contrats signés avec la Russie en février 2005. La reprise fiévreuse de cette conversion, menée tambour battant, pouvait donc difficilement avoir une justification civile. La seconde surprise, assez désagréable, était pour les Européens chargés de la négociation de découvrir à cette occasion que la toute première étape de la conversion pouvait reprendre sans que les scellé ne soient brisés."

"Contrairement à leur attente, il n'y avait pas de scellés sur les premiers équipements remis en fonctionnement ! Des explications ont été demandées à Vienne. Les réponses n'ont pas été aussi claires que les questions."

"La conversion est certes une étape précoce du cycle du combustible, puisqu'elle précède l'enrichissement, mais c'est le point le plus vulnérable du programme iranien, car la localisation de l'usine d'Ispahan est connue, et il n'y a très probablement pas d'installation clandestine de ce type sur le territoire iranien. En revanche, une fois la conversion terminée, les produits pourront être stockés dans des tunnels découverts par l'AIEA, mais non déclarés par l'Iran, et l'étape suivante, celle de l'enrichissement, est beaucoup plus difficile à contrôler, car l'existence de centrifugeuses assemblées de façon clandestine sur un site non identifié est l'hypothèse de travail de tous ceux qui suivent le dossier iranien."

"de combien de temps l'Iran a-t-il besoin pour sa campagne de conversion ? L'estimation est d'un mois et demi environ. Au terme de cette période, l'Iran disposera de plus de soixante tonnes d'hexafluorure d'uranium, qui pourront être enrichies par Téhéran au nom de son prétendu «droit» à l'enrichissement, «droit» qui n'est nullement garanti par le TNP, surtout pour un pays qui viole ses engagements et le tour sera joué. L'Iran aura suffisamment d'uranium 235 pour plusieurs têtes nucléaires, qui ont déjà leurs vecteurs d'armes. Certes, ceci suppose que des progrès importants ont été faits en matière de vectorisation. Mais il semble justement que tel soit bien le cas : d'après un article récent du Wall Street Journal, les services occidentaux seraient en possession d'informations détaillées sur ce sujet, dont ils ont même fait part à l'AIEA en juillet."

"La saisine éventuelle du Conseil de sécurité! pose surtout celle de la date de la saisine. Le transfert à New York ne peut intervenir avant le début du mois de septembre. Le sommet de l'ONU consacré à la réforme de l'institution doit se tenir peu après. Un sujet aussi important ne doit pas être «pollué» par l'affaire iranienne. Rien ne sera donc fait avant la fin septembre. Il sera alors trop tard pour brandir des menaces qui aient un sens pour Téhéran" !


Nucléaire Après la reprise d'activité de l'usine d'Ispahan
Iran : août, le mois crucial

PAR THÉRÈSE DELPECH
[le Figaro, 19 août 2005]

http://www.lefigaro.fr/cgi/edition/genimprime?cle=20050819.FIG0059

Publié par jc durbant le 19 août 2005 à 22:21


Le grand basculement du monde oriental
par Alexandre Adler

http://www.col.fr/arche/article.php3?id_article=80

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 19 août 2005 à 22:32

" Ares " Excusez moi, quand je parle de sanction, je parle aussi d'action. Il n'y a pas qu'une option militaire mais une pléthore d'options à moins que l'on veuille vitrifier l'Iran... Lisez " Le grand basculement du monde oriental par Alexandre Adler " je viens de tomber dessus et j'ai été surpris que mon post s'en rapproche bien humblement. Je ne crois pas que les Américains interviennent tout seul mais je peux me tromper. La géostratégie de ce coin est très chaude et je pense que les Russes et les Israéliens se parlent. Si les Israéliens ont une solution, les Américains seront heureux comme des rois car la menace s'il y a, est régionale.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 19 août 2005 à 23:41

Un "vieil" article intéressant d'Adler qui, comme le suggérait YMS, élargit effectivement le champ des options au-delà du militaire (même si on sait par ailleurs qu'Adler n'est plus à un plantage près - il avait entre autres "voté" Kerry ! - ni d'ailleurs à un retournement de veste près - ancien membre du PCF devenu fervent soutien de ... Chirak, que sa femme Blandine Kriegel déormais conseille !), sauf qu'il semble quand même passablement contredit par les infos de Delpech (surtout il n'explique pas l'assez incroyable PRÉCIPITATION des mollahs !), mais l'équation (les faits sur le terrain) ont peut-être aussi pas mal changé depuis février ... ?

Mais il y aurait peut-être aussi une autre possibilité: et si brusquement (dans l'euphorie entre autres des dernières élections ?), les mollahs avaient décidé de forcer leur destin et... tenter le diable ? Il ne resterait alors effectivement sur leur route... qu'Israël !

"Ni la Russie cliente, ni la Chine qui cherche à sécuriser son approvisionnement en hydrocarbures iraniens n'hésiteront à faire usage de leur veto au Conseil de sécurité afin de protéger les arrières de Téhéran. L'Amérique, malgré le bluff de ses rodomontades, n'a ni les moyens militaires, ni les moyens politiques (la stabilité de l'Irak serait en jeu), ni même les moyens financiers de la riposte : un simple blocage ponctuel du Golfe persique entraînerait un doublement du prix du brut et une chute en vrille du dollar."

"Il ne reste donc plus qu'une menace sérieuse sur le passage de l'Iran au statut de puissance nucléaire : c'est Israël. Certes, la dispersion des centres atomiques rend la riposte israélienne hasardeuse. Mais la désorganisation qui résulterait d'une campagne de bombardement et l'humiliation de voir les défenses aériennes du pays percées précipiteraient sans doute une crise majeure au sein de l'équipe dirigeante des mollahs."

"le sous-marin de Tsahal en immersion permanente en mer d'Oman et équipé de missiles de croisière à têtes multiples pourrait sans coup férir vitrifier Téhéran, la zone pétrolière, la capitale religieuse de Qom et encore trois centres nucléaires dispersés, avec une précision de 15 mètres environ." ...

Publié par jc durbant le 20 août 2005 à 9:19

Je suis sur un site de fanatique de guerre ou quoi?
Faudrait faire la guerre juste pour entrainer les armées?
Ou on s'excite de stratégie, de scénario de guerre qui n'auront lieu que dans nos tetes?
"Ca serait plus simple dans une dictature" dixit G.W.BUSH

Publié par Fred le 21 août 2005 à 18:17

" Fred " je trouve cela amusant, vos affirmations se terminent en question ;-)

Avez-vous un problème à vous affirmer ou un problème de compréhension ?

Ici c'est assez simple : stratégie, Prospective et infosphère

Avez-vous quelque chose d'intéressant à nous dire sur ces sujets ?

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 22 août 2005 à 2:26

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad vilipende l'Occident et essuie ses premières critiques.

http://www.oscoop.com/?s=Mahmoud%20Ahmadinejad::critere&rub=

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 22 août 2005 à 3:27

Article intéressant (de... - derrière l'intrigante source Oscoop - notre bon vieux quotidien "de référence" !), qui laisse effectivement espérer que, nonobstant la poigne tout aussi ferme de l'ayatollah Ali Khamenei, la rhétorique dure du nouveau régime n'est peut-être en effet pour une bonne part que! de la rhétorique à usage interne ?

Le président iranien vilipende l'Occident et essuie ses premières critiques
LEMONDE.FR | 21.08.05 |

"Le vote de confiance au nouveau gouvernement iranien ne sera peut-être pas la simple formalité annoncée. Le président ultra-conservateur Mahmoud Ahmadinejad a en effet essuyé, dimanche 21 août, les critiques ouvertes du Parlement à l'occasion de sa première épreuve intérieure."

"Cette diatribe n'a pas dissipé les réserves d'une partie du Majlis (Parlement), pourtant largement dominé par les conservateurs. Certains ont ainsi exprimé leur circonspection, voire leur désapprobation, concernant certains ministrables et même la ligne politique annoncée."

"Les 290 députés, soucieux de ne pas paraître aux ordres, voteront sur chacun des ministres proposés. Les débats pourraient se prolonger jusqu'à mardi. Mais leur issue ne fait guère de doute, puisque M. Ahmadinejad peut se prévaloir du soutien du tout-puissant numéro un iranien, l'ayatollah Ali Khamenei."

http://www.lemonde.fr/web/article/0,[email protected],36-681672,0.html

Publié par jc durbant le 22 août 2005 à 9:28

Mais pourquoi le dernier roi Sassanide s'est-il fait ainsi fait avoir à la bataille de Nehavend, on aurait pas ces mollah aujourd'hui et un grand peuple aliéné depuis quatorze siècles.
Après la gloire des Achéménides, les intermèdes Alexandrin et Parthes et le règne des Sassanides , tant d'années de ténèbres:Zarathoustra revient, refaît la lumière sur la nuit dans laquelle l'islam à fait tomber la Perse!

Publié par yazgard le 11 février 2006 à 23:24