« Alerte média : RSR (2) | Accueil | Le déclin de l'islamisme »

14 juillet 2005

L'engrenage de la scission

En poursuivant les réflexions faites hier sous le titre de l'intifada européenne, il paraît important de se demander comment un tel scénario pourrait se dérouler. Le mécanisme recherché par l'acte terroriste le plus horrible consiste entre autres à scandaliser la société touchée et à provoquer - par des mesures sécuritaires excessives et/ou par des représailles incontrôlées - un sentiment de marginalisation au sein de la population musulmane, avec de ce fait une radicalisation pour une partie de ses membres. Le meurtre de Theo Van Gogh l'an dernier aux Pays-Bas a par exemple engendré une prise de conscience au niveau de la société hollandaise, mais aussi de nombreux actes de violence anti-islamique visant avant tout des édifices. Les déclarations faites cette semaine par son assassin, qui ne ressent aucun remords et promet de récidiver dès sa sortie de prison, rappellent également qu'un petit nombre de tueurs fanatiques suffit pour déclencher un processus de déstabilisation, voire de scission.

Le problème, c'est que ces nombres ne sont pas si petits que cela. En Allemagne, les services de renseignement estiment que 1% des quelque 3 millions de musulmans sont prêts à soutenir des actes terroristes inspirés par l'idéologie islamiste ; si l'on imagine que 1% de ce pourcent est apte et disposé à commettre ces actes, cela fait 300 assassins potentiellement suicidaires sur sol allemand. En France, les renseignements généraux estiment à 5000 le nombre de membres et de sympathisants salafistes, dont 500 radicaux, et à 40 le nombre de mosquées qu'ils contrôlent ; ce qui ne constitue qu'une partie des islamistes présents sur sol français. En Hollande, les services de sécurité gardaient constamment l'Å“il sur les 150 islamistes les plus dangereux avant l'assassinat de Van Gogh, mais le meurtrier de celui-ci n'en faisait pas partie. Et en Suisse ? Une estimation prudente m'amènerait à dire que quelques dizaines de personnes tout au plus sont prêtes à combattre la société helvétique, ses lois, ses valeurs et ses habitants. Du moins par les armes.

Les tueurs ne sont en effet que la partie émergée de cellules et de réseaux qui assurent toutes les fonctions nécessaires à leur recrutement, à leur endoctrinement, à leur soutien et à leur emploi. Les jeunes citoyens britanniques d'origine pakistanaise qui se sont faits exploser voici une semaine à Londres ont été assez rapidement identifiés, mais d'autres responsables de l'attentat - notamment le planificateur - courent toujours. Les infrastructures nécessaires au développement de la mouvance islamiste sont en place, même si les services de sécurité s'emploient à les détecter, et à les démanteler lorsque le pouvoir politique leur en laisse la possibilité. Est-ce qu'un soulèvement armé est à la portée de cette mouvance ? Plusieurs quartiers et banlieues des grandes villes européennes s'y prêtent certainement, puisque les forces de l'ordre n'y maintiennent plus qu'une présence intermittente. Et ce passage spectaculaire à l'action ouverte ferait office de catalyseur pour nombre d'indécis, obligés de prendre position et amenés à le faire dans le sens de ceux qui apparaissent le plus décidés.

De telles réflexions restent heureusement hypothétiques. Si un jour les forces de sécurité occidentales traitent chaque citoyen ou émigré musulman comme un terroriste en puissance, alors les islamistes auront probablement atteint l'objectif consistant à séparer les communautés musulmanes des sociétés occidentales et à les radicaliser. Mais il faudrait pour cela un abandon de nos valeurs, un renoncement aux libertés individuelles et une communautarisation de nos vies qui me semblent improbables. Quelles que soient les attaques que nous subirons, il faut garder à l'esprit que nous devons combattre des idées et non des hommes, des valeurs et non des communautés, des concepts et non des relations. Et on ne peut combattre efficacement une idée avec des contrôles aux frontières ou des bombes intelligentes : il faut lui opposer une autre idée.

COMPLEMENT I (17.7 0605) : Le combat des idées est exactement ce que préconise Tony Blair. Comment se fait-il qu'aussi peu de dirigeants politiques européens ne comprennent cela?

Publié par Ludovic Monnerat le 14 juillet 2005 à 11:53

Commentaires

Pour souligner la présence de radicaux potentiels sur le territoire européen je citerai de plus un exemple, celui de l'agression l'année passée de Claude Moniquet, à l'issue d'une émission télévisée dans laquelle il a osé critiquer l'attitude des associations musulmanes européennes et de l'Islam.
Il a été agressé par un joueur d'une équipe de football renommée en Belgique, joueur bien intégré, salarié, sans problème d'identité culturelle, pas issu d'un milieu défavorisé...
Cela donne à rafléchir, à partir du moment où des pions se dégagent spontanément du jeu...

Publié par Ares le 14 juillet 2005 à 13:00

Allez, je mets le lien relatant les faits ;)

http://www.atlantis.org/publications_ai011.html

Publié par Ares le 14 juillet 2005 à 13:01

Je ne connaisais pas ce fait divers. Il suffit de pas grand chose pour se mettre à dos ce qui était auparavant considéré comme "d'honnétes citoyens".

Publié par Frédéric le 14 juillet 2005 à 14:22

Les objectifs des islamistes s'inscrivent dans la droite ligne de la subversion traditionnelle, telle que pratiquée par l'extrême-gauche lors de la guerre froide: séparation et radicalisation, par réaction et contre réaction.

C'est la subversion, comme décrite par Roger Muchielli il y a trente ans.

Pour s'y opposer, il faut arriver à dissocier les islamistes du groupe dans lequel ils s'abritent (les communautés musulmanes). Il faut donc sans cesse séparer le bon grain de l'ivraie au sein de ces enclaves, appeler les autorités communautaires à condamner vertement les poseurs de bombes, mettre au point une police intérieure *issue des rangs de ces communautés* et qui pourront agir en toute légitimité culturelle dans leurs rangs.

Et démonter les mécanismes de la subversion, en parler au plus grand nombre, expliquer ouvertement quels sont les objectifs poursuivis par les groupes extrémistes, oser condamner les politiciens, les gouvernements complices.

Arrêter l'angélisme...

Publié par Stephane le 14 juillet 2005 à 14:52

Arrêter l'angélisme...ou l'évangélisme selon St Euro...

De la subversion.

Pour s'y opposer, il faut arriver à dissocier les Racistes du groupe dans lequel ils s'abritent (les communautés Xénophobes). Il faut donc sans cesse séparer le bon grain de l'ivraie au sein de ces enclaves, appeler les autorités communautaires à condamner vertement les poseurs de bombes, mettre au point une police intérieure " issue des rangs de ces communautés " et qui pourront agir en toute légitimité culturelle dans leurs rangs.

Et démonter les mécanismes de la subversion, en parler au plus grand nombre, expliquer ouvertement quels sont les objectifs poursuivis par les groupes Racistes, oser condamner les politiciens, les gouvernements complices.

Et évidemment respecter le Credo Évangélique des Xénophobes disant éliminer tous ceux qui ne sont pas Xénophobes ( 11ème commandement ).

Pensez-vous que ce serait acceptable ?

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 14 juillet 2005 à 15:40

La parodie tombe un peu à plat: il n'y a pas de communauté xénophone séparée du reste de la population, avec une culture et des objectifs propres. Et que je sache, les poseurs de bombes sont plutôt islamistes cette saison.

La police intérieure (instaurée dans les banlieues françaises avec les "grands frères", je le rappelle au passage) est une tactique éprouvée qui permet de couper court à l'argument habituel des extrémistes pour clamer "qu'Ils en veulent à nous tous" et souder leur communauté autour d'eux.

Quant à vos deux dernières phrases, je n'y comprends absolument rien.

Publié par Stephane le 14 juillet 2005 à 15:59

Loin de moi l'idée de vous contredire ou de polémiquer je voulais simplement rappeler que sans une réforme du Coran tout n'est qu'illusion, compromission et dhimitude. Ma parodie se voulait de dire les choses autrement pour éviter de paraître harcelant. La clef était de remplacer Islamiste par Raciste, Musulman par Xénophobe et Coran par Credo Évangélique, le 11ème commandement étant la Sourate incriminé. Pardonnez-moi je n'ai pu résister car il ne faut pas trop se prendre au sérieux au risque de ressembler à nos chers barbus. Salutation ;-)

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 14 juillet 2005 à 16:21

M. Monnerat, connaissez-vous l'European Strategic Intelligence & Security Center (ESISC), un centre de recherche basé à Bruxelles (dirigé par Claude Moniquet) ?

Leur site http://www.esisc.org/ fourmille d'infos intéressantes, et d'analyses sur les attentats (mais il n'est pas très pratique : les notes n'ont pas de lien permanent, le contenu disparaissant au fur et mesure des mises à jour)

Publié par Alex Keaton le 14 juillet 2005 à 16:33

Il n'y a pas de problème, mais si vous espérez que la solution viendra d'une réforme du Coran, vous vous attaquez à la plus impossible de toutes les approches!

Pour les musulmans, le Coran est la parole de Dieu, aussi sacrée qu'immuable, et même son interprétation est interdite.

Publié par Stephane le 14 juillet 2005 à 16:56

" ...vous vous attaquez à la plus impossible de toutes les approches!..."

Ne vous méprenez-pas je ne m'attaque pas à cette tache qui revient de droit aux musulmans que je respecte. mais le fait est là , il y a des écrits qui demandent réflexion. Je connais le monde arabo musulman pour y avoir vécu, ni plus ni moins. L'assassina est une partie importante de la politique arabo musulmane et ce n'est pas une exception comme dans le monde occidentale. Je revendique même l'état de Mozarabe ( on ne vit pas 20 ans au contacte de l'Islam en spectateur, ) mais pas la dhimitude et je pense que ça va de soi... Enfin je ne suis pas du genre à rester passif quand je suis attaqué et encore moins à trouver de bonnes raisons à ceux qui m'attaquent. On ne discute pas le couteau sous la gorge mais on peut s'entendre le couteau à la main et je n'oublis jamais qu'obliger se dit en Arabe " besif ".

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 14 juillet 2005 à 17:40

"alors les islamistes auront probablement atteint l'objectif consistant à séparer les communautés musulmanes des sociétés occidentales"

Ca vous gêne à ce point ?
Moi pas !

Publié par Lou le 14 juillet 2005 à 20:11

Moi si, car "séparation" des communautées vivant sur le méme territoire, cela ne rappelle rien ?

Et les gens issue de la communautée musulmance et que veulent vivre tranquillement, ce qui represente toute l'immense majorité de la population, on les laisse sous la coupe d'une poignée d'excitées parce ce que ils parlent fort et roulent des mécaniques ?

Publié par Frédéric le 14 juillet 2005 à 20:31

Pour les musulmans, le Coran est la parole de Dieu, aussi sacrée qu'immuable, et même son interprétation est interdite. -- Stephane

Il y a des solutions à tout.

Le Musulman pieux ne remet pas en question le Coran, certes mais pour lui, le Coran n'est pas un livre, ou une loi, c'est une récitation. Une parole magique et immuable, celle même de Dieu. Réciter, c'est s'approcher de Dieu, c'est entendre sa voix, sa parole. Réciter, c'est l'état dans lequel l'homme comprend la voie de Dieu. Et cela suffit. Car il n'est donné qu'à un esprit parfaitement silencieux d'entendre la voix.

Et tant qu'on en reste très exactement là , qu'on ne fait pas un pas de plus, pas un geste de plus, qu'on ne développe pas la moindre pensée consécutive, on est un juste, quelqu'un en qui résonne la parole de Dieu. Car c'est cela aussi, la foi.

Et si l'on demande à un juste de dire, par exemple, si la femme est inférieure à l'homme, il pensera «non». S'il est musulman dans un monde de Musulmans pas vraiment justes, il dira «oui», cependant, en pensant dans un recoin douillet de son esprit que sa femme est plus petite que lui, ou qu'elle a de plus petits pieds. Et il s'inclinera en récitant un verset ou l'autre, dans sa tête, pour exorciser cette ruse un peu lâche.

Mais donnez aux justes une interface qui protège leur intimité et ils voteront «non».

Publié par ajm le 14 juillet 2005 à 20:37

Pour répondre à Alex Keaton, oui, je connais l'ESISC et Claude Moniquet, je suis en contact avec ce dernier, et j'ai déjà repris plusieurs de ses analyses remarquables sur CheckPoint.

Publié par Ludovic Monnerat le 14 juillet 2005 à 22:04

Je signale juste ce post d'un militaire français musulman qui en gros dit qu'il y a beaucoup plus de non-pratiquant que de fanatiques dans cette religion (et méme dans toutes les autres ;) :

http://www.armees.org/index.php?s=f950039111bd424959c1a30f959507fd&showtopic=13781&pid=190293&st=15&#entry190293entry190293

Publié par Frédéric le 14 juillet 2005 à 23:06

Le danger n'est pas le terrorisme...

http://www.danielpipes.org/blog/478

The War Goal? Saving Western Civilization

In a cutting-edge editorial (or, as the British say, leader), the Daily Telegraph defines in "The fundamentals of law in this country..." what the stakes are of the war with radical Islam. The editorial defines five "values which are immanent in our culture, and which every citizen should be expected to agree with." (The wording is clumsy, so I have done some rephrasing.)

The rule of law as defined by common law and Parliament (and not the Shari'a) prevails.

Political legitimacy flows upwards, from the will of the people and the traditions of the constitution (not downwards, from the interpretation of the will of God).

The state has a monopoly of coercion (jihad is unacceptable).

The nation is the ultimate object of political loyalty (not Islam).

A secular state, in which the free expression of religious beliefs is allowed (and not the special priviledging of Islam).

Comment: While on one level banal - this editorial restates some obvious features of British life - its implications are profound indeed. The publication of this affirmation of legal fundamentals a week after the London terror wave implies that the Telegraph editors understand the ultimate issue is not defeating terror but saving Western civilization, starting with its British variant. (July 14, 2005)

Publié par ajm le 15 juillet 2005 à 8:17

'"alors les islamistes auront probablement atteint l'objectif consistant à séparer les communautés musulmanes des sociétés occidentales"

Ca vous gêne à ce point ?
Moi pas !'

Théoriquement, ça ne pose pas de problème. En pratique, je crois que la plupart des états européens ne sont pas (encore?) aptes à gérer des sociétés complètement communautarisée. Pour des raisons historiques et culturelles, le communautarisme abouti leur fait risquer l'implosion ( les exemples de scissions potentielles ne manquent pas ).

L'exemple des USA, société communautarisée à l'extrême, garde son homogénéité grâce à sa puissance et une forme de patriotisme viscéral (même à gauche!) inconnu en europe, et peut-être aussi du mythe qu'elle incarne. De ce point vue, les USA sont, pour conserver leur stabilité intérieure, "condamnés" à la Puissance: en cas de faiblesse, ils deviendraient immédiatement la proie de toutes les fractures internes ( qui potentiellement ne manquent pas ) et de tous les prédateurs externes.

Evidemment, c'est une interprétaion personnelle.

Publié par fingers le 15 juillet 2005 à 11:07

Interprétation très juste " fingers ". aux États Unis les communautés défilent avec le drapeau américain et se définissent comme américains. Au Canada pour donner un exemple, tous les drapeaux de la planète défilent en oubliant souvent celui du Canada dont le jour ferrié de la fête nationale peut être déplacé sans problème... Il est rare d'entendre un Canadien dire qu'il est Canadien sauf à l'étranger. C'est la Province qui remporte, on est Ontarien, Québécois etc. C'est pour cela que le multiculturalisme canadien est une bombe à retardement.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 15 juillet 2005 à 14:39

Excusez-moi on s'est mal compris.
Je pensais à une séparation géographique stricte. Une chose est d'abriter sur son sol des foules largement inactives, illétrées, à charge de la communauté, qui peuvent castagner à l'occasion, violer, voler, trucider, une autre est de se laisser exterminer sans moufter.
Ai-je été clair ?

Publié par Lou le 15 juillet 2005 à 19:08

"Ai-je été clair ?"

Non, pas vraiment...

Publié par fingers le 16 juillet 2005 à 12:26

Je crains ne rien pouvoir faire pour toi Fingers.

Publié par Lou le 16 juillet 2005 à 18:16

Effectivement Lou, il semble que l'on manque de réactivité en Europe.... Je le déplore aussi mais il faut bien se dire que le fondement de l'Europe (et c'est confirmé par la future Constitution Européenne), est le commerce. Or, qu'est-ce qui motive un commerçant? Le profit. D'où vient le profit? Des clients. Et je pense que le moyen-orient est considéré comme un client fortuné par nos chers dirigeants...
Donc, à moins de s'engager dans les marines, on ne risque pas de combattre l'axe du mal de si tôt ;)

Publié par Ares le 18 juillet 2005 à 21:49

Lou, je crains que l'Europe ne bouge pas et reste inerte face aux agressions commises contre elle pour une seule et bonne raison. L'Europe telle que nous la connaissons est fondée sur le commerce (confirmé par la future constitution européenne). Un commerçant vit pour faire du profit. Le profit provient des clients. Le moyen-orient est un client fortuné aux yeux de l'Union européenne. Voilà pourquoi elle n'entreprendra aucune action militaire de représailles là -bas...

Publié par Ares le 18 juillet 2005 à 23:47

oups un doublon ;)

Publié par Ares le 19 juillet 2005 à 9:54

Publié par Lou le 19 juillet 2005 à 19:32

Merci. Je connais et apprecie les travaux de Bat Y'eor ...

Mais pour la Fallaci, l'article de Liberation (qui se contente apparemment d'un "thèses saluées par la Ligue du Nord, le parti populiste et xénophobe", probablement pour eviter d'en discuter veritablement la teneur ?) a malheureusement l'air coupe ... ?

Publié par jc durbant le 20 juillet 2005 à 1:58