« Le déclin de l'islamisme | Accueil | Une parenthèse au soleil »

16 juillet 2005

L'anatomie de l'attentat-suicide

Le Times de Londres a publié avant-hier un article exceptionnel de Nasra Hassan, une journaliste pakistanaise, que j'ai attendu ce matin pour lire. Il s'agit d'une description approfondie des mécanismes mis en oeuvre pour produire, préparer et encadrer des candidats à l'attentat-suicide dans les territoires palestiniens. Quelques extraits suffisent pour montrer à quel point ce texte mérite d'être lu - notamment à la lumière des attentats commis la semaine dernière à Londres :

From 1996 to 1999, I interviewed nearly 250 people involved in the most militant camps of the Palestinian cause: volunteers who, like S, had been unable to complete their suicide missions, the families of dead bombers, and the men who trained them.
None of the suicide bombers - they ranged in age from 18 to 38 - conformed to the typical profile of the suicidal personality. None of them was uneducated, desperately poor, simple-minded, or depressed. Many were middle-class and held paying jobs. Two were the sons of millionaires. They all seemed entirely normal members of their families. They were polite and serious, and in their communities were considered to be model youths. Most were bearded. All were deeply religious.
[...]
My contacts told me that, as a military objective, spreading fear among the Israelis was as important as killing them. Anwar Aziz, an Islamic Jihad member who blew himself up in an ambulance in Gaza, in December 1993, had often told friends: "Battles for Islam are won not through the gun but by striking fear into the enemy's heart."
[...]
As today's weapons of mass destruction go, the human bomb is cheap. A Palestinian security official pointed out that, apart from a willing young man, all that is needed are such items as nails, gunpowder, a battery, a light switch and a short cable, mercury (readily obtainable from thermometers), acetone, and the cost of tailoring a belt wide enough to hold six or eight pockets of explosives. The most expensive item is transportation to a distant Israeli town. The total cost of a typical operation is about US $150 (£85). The sponsoring organisation usually gives between $3,000-$5,000 (£1,700- £2,830) to the bomber's family.

Des faits à prendre en considération si l'on cherche à appréhender les futures attaques islamistes en Europe, et leur possible transformation en insurrection armée.

Publié par Ludovic Monnerat le 16 juillet 2005 à 8:50

Commentaires

La question qui me semble la plus intéressante ici est l'utilisation de l'esprit de sacrifice qui se révèle à travers les actes de terrorisme islamique.

Les kamikazes islamistes se basent bien sûr beaucoup sur les chimères coraniques et les mensonges politiques de l'Islam actuel. Mais le fait que tant de gens en apparence équilibrés, bien portants, sans cause de désarroi évident, souhaitent donner leur vie pour une cause devrait nous inciter à réfléchir plus avant.

Des gens, beaucoup de gens, sont prêts à mourir pour ce qu'ils estiment être juste. La société qui sortira son épingle de ce jeu mortel est celle qui saura définir des valeurs attrayantes pour ces gens-là . Soit qu'elle saura leur offrir des idéaux positifs qui les distrairont efficacement de ce genre de sacrifice, soit qu'elle saura leur proposer des sacrifices réellement profitables à la communauté globale (mondiale). Soit les deux.

Publié par ajm le 16 juillet 2005 à 9:50

Ce qui frappe particulièrement c'est l'organisation soujacente au suicide jihadiste.
On peut facilement imaginer comment aussi pour la cellule de Leeds qui a commis le dernier carnage de Londre, il y ait eu une telle organisation, un chef de cellule et des opératifs qui observaient à une certaine distance.


On voit de façon particulière quelle est l'effort post opérationnel, la propagation des vidéos, des dernières invitations des jihadistes suicides, on se demande comment et combien de fois pour combien de temps les "suicide bombers" de Londre ont été exposés à cette propagande jihadiste. Et combien de fois à travers les chaînes par sattelite, l'internet et la télé UK teintée de la collaboration eurabienne.

Il s'agit de ces "forces" dont parlait la famille d'un des terrroristes islamistes. La famille sait exactement à quoi s'en tenir mais il font semblant de rien car ils savent que c'est des "bons musulmans" (dans le sens de musulmans orthodoxes) qui ont poussé leurs enfants à massacrer des civils.

L'effort le plus important est d'exposer à l'opinion publique les vraies origines du jihad et interrompre le flux de la propagande encore plus que d'interrompre le ravitaillement d'explosifs (qui sont aussi fabricables à la maison).


Publié par Mikhaël le 16 juillet 2005 à 13:02

Il faut exposer, révéler, désacraliser, critiquer, stigmatiser, interdire! l'Islam.

Publié par ajm le 16 juillet 2005 à 13:13

"!Il faut exposer, révéler, désacraliser, critiquer, stigmatiser, interdire! l'Islam!"

Interdire est possible en démocratie quand il y a un large consensus ( le révisionnisme, le tabac, les drogues etc. ). Pour l'Islam, une interdiction le temps d'une réforme du Coran et de son apprentissage ( les école coraniques ) serait à mon sens acceptable dans la mesure ou dans le même temps la démocratisation des pays arabo musulman et autres deviendrait un objectif incontournable pour tous les Occidentaux. en rejetant immédiatement tous les pays ne répondant pas aux valeurs universelles reconnues de l'O.N.U. et entamer ce grand Divan pour mettre les pendules à l'heure une bonne fois pour toutes.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 16 juillet 2005 à 15:37

Monsieur AJM,

je vous invite à modérer vos propos... Ce blog est très intéressant à lire mais vos commentaires deviennent vraiment très pénible.

Je peux comprendre que le webmaster souhaite privilégier la liberté d'expression mais je suis sûr ne pas être le seul à en avoir vraiment marre de vos commentaires qui vont toujours dans le même sens... merci de les garder pour d'autres lieux...

Publié par X. le 16 juillet 2005 à 15:39

"!je vous invite à modérer vos propos..."
Êtes-vous le nouveau modérateur ou êtes-vous frustré d'entendre des vérités ?
"!Ce blog est très intéressant à lire mais vos commentaires deviennent vraiment très pénible..."
Des commentaires relatant la dérive islamique ne peuvent être que pénibles à entendre par des sourds mais suscite la réflexion de ceux qui veulent entendre !
"!Je peux comprendre que le webmaster souhaite privilégier la liberté d'expression ..."
Parlez pour vous !
"!mais je suis sûr ne pas être le seul à en avoir vraiment marre de vos commentaires qui vont toujours dans le même sens..."
En démocratie, le droit de parole est sans compromis et dans ce Blog on ne donne d'importance qu'aux faits et non pas aux croyances! la répétitions d'attentas ne fait que confirmer ce " sens " que vous avez du mal à saisir peut-être !
"!merci de les garder pour d'autres lieux..."
Êtes-vous Dieu " x ", ne vous méprenez pas c'est une question d'actualité ?

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 16 juillet 2005 à 16:32

Xpoint

Je propose d'interdire l'Islam ici et de le réformer depuis la Mecque. Il n'y a pas plus modéré.

Je quitterai volontiers ce blog, sans le moindre regard en arrière, si LM m'en prie. D'ici là , veuillez simplement éviter de lire mes messages. Quant à moi, j'éviterai de lire les vôtres.

Publié par ajm le 16 juillet 2005 à 17:02

Monsieur "X",

D'une part, je pense que le lieutenant colonel Monnerat est assez grand pour définir lui-même ce qui est acceptable ou non, et d'autre part ajm n'a jamais incité à la violence de quelque manière que ce soit. Ses commentaires participent pour une bonne part à la richesse de ce blog.
Votre remarque me semble symptomatique d'une certaine censure malsaine qui, loin d'apporter une solution, bride l'imagination et empêche la réflexion.

Cela dit, vous avez raison sur un point : ce blog est excellent!

Publié par Ruben le 16 juillet 2005 à 17:03

Personnellement je rejoins X. La répétition d'un même argument ad nauseam n'a jamais fait avancé aucune cause et je remarque que le débat à sérieusement tendance à se simplifier.

La problématique du terrorisme islamique et des shahids et plus complexe que simplement dire que le Coran est la cause de tout et les Musulmans tous coupables.

Je rejoins donc X et souhaite que la somme des intelligences rencontrées sur ce site produise un débat plus serein et plus "universitaire" que des appels à la haine successifs.

Appels à la haine, simplismes....cela ne vous rappelle rien,.....réfléchissez bien...si, si, cela doit vous dire quelque chose: ISLAMISME!!!

B.

Publié par B. le 16 juillet 2005 à 17:08

B,

Vous vous trompez. Ajm critique le coran et son idéologie; je n'ai compris à aucun moment un quelconque "appel à la haine".
Il critique l'islam comme d'autre critiquent le communisme; plutôt que de vouloir le censurer (est-ce cela, un débat "univeritaire" à votre sens?), je vous plutôt à essayer de lui opposer des arguments.

Publié par Ruben le 16 juillet 2005 à 17:17

Il fallait comprendre : "je vous encourage à lui opposer des arguments".

Publié par Ruben le 16 juillet 2005 à 17:20

Non, vous m'avez mal compris Cher Ruben. Je ne demande la censure de personne. Certainement pas. Sauf si les propos contreviennent à la loi sur le racisme.

Ce que je souhaite, c'est observer un débat, je me répète, plus serein. S'il suffisait aux responsables de la sécurité de nos pays de simplement stigmatiser le Coran et ses adeptes pour voir la fin du terrorisme, nous l'aurions déjà fait depuis longtemps.

Le travail mené sur le terrain demande une analyse plus fine de la problématique de l'Islam radical que de vieilles antiennes aussi simplistes.

Mais non, pas de censure!

B.

Publié par B. le 16 juillet 2005 à 17:29

Pour Ruben:

Bien sûr que non qu'ajm ne lance jamais d'appels clairs à la haine, il est beaucoup trop subtil pour cela. Mais relisez ses posts et vous verrez combien il se situe à la ligne de fracture. Personnellement, je ne suis pas pour la censure. Simplement je constate que les proppos d'ajm n'amènent rien au débat, sinon à le pervertir en le « manichéisant ». Quant à lui opposer des arguments, c'est d'une inutilité consommée. On ne discute pas avec un fondamentaliste. Le radicalisme ne connaît ni dialogue ni débat. Il n'entend que sa propre vérité.

Salutations.

Publié par Myriam le 16 juillet 2005 à 17:38

Pour en revenir à ce qui est important, la compréhension psychologique du Shahid est fondamental pour la suite du travail anti-terroriste.

Ce qui est frappant dans le cas de Londres est de voir avec quelle rapidité ces jeunes ont été convaincus par le projet suicidaire.

Cela pose une question: quelles techniques de manipulation mentale utilisent-ils. Une fois encore, le Coran n'explique pas tout. Nombres de sectes utilisent des techniques de brainwashing qui amènent leurs adeptes au suicide.

Le phénomène étudié ici, rejoint la problématique sectaire avant même d'être une problématique terroriste.

Nous avons là un nouvel angle d'attaque dans notre lutte anti terroriste. Mais avant, il nous faudra comprendre. Le travail est déjà commencé.

B.

Publié par B. le 16 juillet 2005 à 17:50

La répétition d'un même argument ad nauseam n'a jamais fait avancé aucune cause et je remarque que le débat à sérieusement tendance à se simplifier. -- B.

C'est qu'il l'est, au fond, très simple, ce débat. Voulons-nous de l'Islam pour cadre de vie de nos enfants? Je pense que non. Dans l'ensemble.

Que faire, alors, pour empêcher cette issue? S'illusionner sur le «déclin de l'islamisme» qu'on nous promet chaque année depuis plus d'une décennie? Faire nous-mêmes un tri entre islamistes et modérés? Mais en nous basant sur quels experts?

B se pose en expert, par exemple, mais on ne sait pas très bien ce qu'il propose, ni de quel terrain il parle? Tout ça est un peu vague. Enfin à mon avis.

Je prétends moi aussi avoir quelque connaissance du problème et quelques idées de solutions. Elles sont très nettes, très bien découpées, peut-être trop, comme peuvent l'être des idées qu'on a peaufinées des années durant, avant de les proposer.

Je propose de légiférer, en Occident, de manière à interdire l'Islam. La seule expérience de ce type jamais menée à terme est celle de la Turquie: le pays résolument islamique le plus civilisé (au sens où nous l'entendons) du XXe siècle.

Toutes les autres tentatives ont mené à la domination de l'Islam, à un régime despotique ou à des situations inextricables (les 600 sites de non-droit français, les 16000 terroristes en puissance de la Grande-Bretagne, la bombe à retardement des Pays-Bas [http://www.nytimes.com/2005/07/16/opinion/16winter.html?pagewanted=all] pour rester près de chez nous).

Si nous interdisons l'Islam avec l'accord du peuple, nous savons où nous allons. Nous pouvons déclarer que toutes les manifestations de l'Islam sont potentiellement dangereuses et les considérer comme telles. Nous pouvons ainsi efficacement lutter contre le terrorisme, qui se sert, je pense que c'est indéniable, des structures sociales de cette religion. C'est notre droit. Nous restons dans notre bon droit.

SI nous expliquons les choses posément, en allant chaque fois au fond des choses, c'est-à -dire au Coran, à son immuabilité, et que nous évitons les débordements islamistes pendant la campagne, ou les maintenons dans un cadre raisonnable - c'est-à -dire visiblement préférable aux situations qui règnent chez nos voisins, ce qui n'est pas vraiment un exploit hors de portée -, nous encourageons un tel mouvement en Occident et émettons ainsi un puissant signal au monde musulman: soit vous réformez, soit vous vivez sur vous, sans nous.

À mon avis, ils choisiront de réformer. Très vite. Surtout les Saoudiens, qui ne peuvent pas faire trois pas sans utiliser une douzaine de technologies occidentales. Et qui le savent.

Alors, j'ai aussi un projet pour eux, une structure qui permettrait de réformer efficacement les textes fondateurs de l'Islam en maintenant les affrontements au niveau des idées.

Je peux me tromper. Mais je pense que cela se verrait assez rapidement à l'examen. En attendant, je continuerai d'examiner les propositions des autres.

Publié par ajm le 16 juillet 2005 à 17:57

Permettez-moi d'intervenir pour tenter de dépasser les différentes oppositions exprimées sur la manière de mener un débat.

En premier lieu, il me paraît important d'éviter les questions personnelles. Un désaccord de fond avec un intervenant n'est pas un motif suffisant pour le vouer aux gémonies, ou pour le pousser à se retirer du débat. Les idées qui semblent au premier abord radicales peuvent receler une vérité qui n'apparaît qu'avec le temps. Un site qui se soucie de prospective doit donc privilégier l'ouverture d'esprit. Les arguments appellent d'abord d'autres arguments.

En second lieu, il me paraît tout aussi important d'éviter les généralisations et de manipuler des concepts biaisés pour mieux les intégrer à des raisonnements simplifiés. La question de l'islam ne saurait être traitée à la légère, alors que chaque religion fait l'objet d'interprétations et d'applications très différenciées. Plus de nuance est parfois souhaitable.

En troisième lieu, il me paraît nécessaire de maintenir le débat grosso modo dans la ligne du billet initial, afin de simplifier les choses pour les nouveaux internautes et d'éviter que chaque billet se transforme en espace où quelques habitués - sans aucune connotation péjorative - réchauffent perpétuellement le même débat. J'essaie de faire en sorte que ce site serve aux développements des idées, pas à leur calcification.

Merci pour votre coopération et votre intérêt! :)

Publié par Ludovic Monnerat le 16 juillet 2005 à 18:11

Oui, mais pour revenir à l'anatomie du terroriste suicidaire, et, notamment, à la rapidité avec laquelle il a été possible de convaincre les candidats britanniques, il faut, hélas, à mon humble avis, revenir aux textes de base de la religion islamique.

Bien sûr, les attentats-suicide ne sont pas une spécialité de l'Islam, mais ils sont extrêmement faciles à organiser parmi les Musulmans car toute l'idéologie mise en place par Mahomet à Médine y concourt. Le prophète de l'Islam vendait le paradis à ses guerriers, au nom de Dieu. Qui dit mieux?

Chercher à expliquer cela sans passer par le Coran, c'est s'aveugler. Chercher des solutions ailleurs qu'à cette racine, c'est travailler dans le vide.

Mais bon, je m'arrêterai là pour ce sujet. Promis. Et si d'autres intervenants m'interpellent «personnellement», je leur répondrai par courriel (s'ils mentionnent une adresse).

Publié par ajm le 16 juillet 2005 à 18:21

Dans l'ensemble la lutte contre le terrorisme fonctionne assez bien. L'Occident a toujours réussi à éradiquer ce fléau et à maintenir les statistiques " acceptables ", on est très loin de l'hécatombe hérité de l'automobile. Notre préoccupations, en ce qui concerne l'Islam, est ce lien que nous avons avec des personnes que nous apprécions et que nous voudrions plus proactive dans cette réforme entamé par les Turcs et jamais commencé dans le monde arabo-musulman. Quand la secte englobe plusieurs millions de personnes, on ne parle plus de la même chose. Deux outils sont à réformer impérativement : le Coran et l'école coranique pour le plus grand bien des musulmans et de nous tous dans ce monde qui apprécions ce monde de civilisation prisonnier d'une écriture malsaine.

http://www.el-mouradia.dz/francais/discours/2003/12/D1071203.htm

http://www.el-mouradia.dz/francais/discours/2003/12/D2071203.htm

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 16 juillet 2005 à 18:57

"...réchauffent perpétuellement le même débat..."

C'est un peu un défaut inhérent aux Blogs. Peut être qu'une question clôturant le billet permettrait d'éviter cela en ordonnant le débat. On reste libre de ses pensées quand on marche au pas ;-) et vous pourrez toujours nous inciter à rompre les rangs à l'occasion.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 16 juillet 2005 à 19:27

Je n'entends faire marcher personne au pas, ni rompre les rangs! :) Je ne pense pas non plus qu'une question dirigeant le débat soit une bonne idée : ce sont justement les commentaires qui font l'essentiel de la richesse des blogs. De ce fait, je considère que les différents participants sont en mesure de trouver le bon équilibre, mon rôle consistant ponctuellement à rappeler certains principes ou à effacer quelques scories...

Publié par Ludovic Monnerat le 16 juillet 2005 à 20:47

Pour montrer que j'aime (aussi) l'équilibre, voici un peu d'eau au moulin de l'optimisme arc-en-ciel: deux articles préparant l'opinion internationale à la légitimation politique du Hamas - l'un des meilleurs spécialistes de l'industrie de l'attentat-suicide. C'est ça, la finesse. C'est ça, la subtilité. À savourer:

http://www.guardian.co.uk/print/0,3858,5239694-103677,00.html

http://www.iht.com/bin/print_ipub.php?file=/articles/2005/07/13/opinion/edbenami.php

Publié par ajm le 16 juillet 2005 à 21:07

B. pose la question suivante:
"Cela pose une question: quelles techniques de manipulation mentale utilisent-ils. Une fois encore, le Coran n'explique pas tout. Nombres de sectes utilisent des techniques de brainwashing qui amènent leurs adeptes au suicide.

Le phénomène étudié ici, rejoint la problématique sectaire avant même d'être une problématique terroriste."

L'article objet du lien est assez explicite.

Pour être plus clair il suffit penser aux techniques de vente. Eh oui, la vente qui n'est autre que l'art de convaincre son prochain, ou lointain, à faire quelque chose, dans ce cas acheter.

Une des techniques consite à établir dès le début un point central d'accord commun.
Ce point ne devra jamais plus être mis en cause car il constitue le point d'appui du levier. C'est l'opération la plus délicate. Il s'agira de la sacralité d'une idéologie, du Coran, de la "cause proléraire internationale", de la superiorité de la race, etc.
Plus ce point central est déjà présent positivement dans l'univers de référence (tradition, expérience) du "client" plus ce sera facile. On n'aura pas à lui vendre les pouvoirs d'un nouveau gourou ou les bénéfices d'un nouveau produit. A sa frustration civilisationnelle à laquelle s'ajoute celle personnelle ou son insatisfaction si connue de l'homme moderne on répond avec des éléments issus de sa propre culture, ce qui rend la "solution" encore plus agréable, car c'est "sa" réponse aux maux créés par l'"étranger".

Une fois crée une identification et soumission totale avec la source idéologique, c'est fait! On pousse le "client" là où l'on veut au gré des versets, au gré des prédicateurs, des chefs de cellules.
A ne pas oublier, comme on l'a vu dans l'article, l'effet de groupe, où les zombies (pardon les candidats au suicide bombiste, morts vivants) renforcent réciproquement leur volonté de mort, ils sont aussi progressivement isolés du reste du monde (autre technique des sectes, et de certains vendeurs).


D'autre côté un bombardement médiatique sera une excellente préparation: "souffrances" auxquelles le "client" s'identifiera en y transposant les siennes, encore "souffrances" et enfin "libération-vengeance-rétablissement de l'ordre/justice (1)".
La répétition à outrance de ce cycle (2) crée un réflex pavlovien, l'enclenchement d'une "logique", l'identification de la "solution" (finale?).

Il n'y a rien de sorcier dans tout ça, on vend des biscuit ou des abonnements au stade de cette façon.

On pourrait en rajouter, mais je pense que ça devrait déjà donner un début de réponse à B. qui pense toujours 2 ou 3 mouvements en avant, et donc j'évite qu'il nous racconte ainsi la fin du film.

(1) supériorité de la "communauteé" rétablie, conformément aux précepts
(2)voir 1984, Orwell, les "minutes de la haïne"

Publié par Mikhaël le 16 juillet 2005 à 21:42

Merci mon Colonel et je rappelle que le chant de la " Fatiha " a résonné pour nous et dans nos cÅ“urs quand ces valeureux guerriers ( arabo Berbère ) se sont battus plus que tout autre régiment pour nos idées, nos valeurs et notre vision. Comme quoi il y a toujours possibilité d'aménager un espace de compréhension entre les Hommes de bonne volonté.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 16 juillet 2005 à 21:46

Les deux articles sur le Hamas sont dans le meilleur esprit munichois.
Sans perdre plus de temps je vous renvoie à la constitution de ce groupe terroriste, branche des "frères musulmans", créés par al Banna, grand père de Tareq Ramadan.

http://www.objectif-info.com/Antisem-islam/charte_hamas.htm

Suffit de dire que d'un point de vue doctrinaire ils sont l'équivalent des Talebans.

Pourquoi ne légitimisent-ils pas al qaida? Parce que al qaida tue des Anglais et le Hamas des Juifs? Munich quand tu nous tient.

Comment faut-il lire ces articles en pensnat 2 ou 3 mouvements en avance?

Quand à Belami il confond ses désires avec la réalité.

Publié par Mikhaël le 16 juillet 2005 à 21:53

erratum: Benami non pas Belami (lapsus?)

On peut faire la paix avec Dahlan (un mafieu comme tous les hommes au pouvoir dans la région) car il est réaliste, pas avec une mouvance qui ne reconnait pas, pour des motifs religieux, l'existence d'Israël fesant référence à un monde de l'audelà .

Publié par Mikhaël le 16 juillet 2005 à 21:57

Pour Mikhaël:

Je n'ai pas la fin du film, malheureusement ! Merci pour la contribution et pour l'humour ;-))
Ceci étant dit, le problème de la manipulation mentale est un phénomène complexe car, il ne s'agit pas ici de vente mais de suicide.

La mise en oeuvre des leviers est autre, la finalité aussi. Comprendre ce mécanisme que l'on retrouve déjà dans différentes sectes (OTS, par exemple)permettra d'avancer dans le travail anti-terroriste (identifier par exemple les manipulateurs, comment ils travaillent, dans quels lieux...). Mais je suis d'accord avec vous pour dire que l'identification du levier est fondamental (en l'occurence une vision pervertie du Coran)

B.

Publié par B. le 16 juillet 2005 à 22:06

Une manipulation reste une manipulation indépendemment de l'objectif, achat ou autre, le mécanisme général est le même. Il y a des textes qui seront de loin bien meilleur que ma brève présentation.

Je ne suis pas un expert en rein mais pour arrêter le terrorisme islamique il faut, de mon point de vue, arrêter le flux de conditionnement. Commencer par les médias serait déjà un facteur de risque en moins. C'est l'équivalent à la préparation d'artillerie, il faudra prendre la colline à la baïonette, mais une bonne préparation fait toujour son effect. Les derniers articles sur le Hamas ne vont sûrement pas dans le bon sens.

Que la vision soit tellement pervertie, au vu de la doctrine de l'abrogation (An-Naskh), je n'en serait pas trop certain non plus, amis ça serait faire facher M. x. que de rentrer dans ce verger qu'il garde une épée de flammes en main.


Publié par Mikhaël le 16 juillet 2005 à 22:16

"One condition of the interviews was that, in our discussions, I not refer to their deeds as "suicide", which is forbidden in Islam. Their preferred term is "sacred explosions".

"Al-khaliyya al-istishhadiyya, which is often mistranslated as "suicide cell" - its proper translation is "martyrdom cell" - is the basic building block of operations."

"When a candidate is placed in a cell, usually after months, if not years, of religious studies, he is assigned the lofty title of al-shaheed al -hayy, "the living martyr". He is also referred to as "he who is waiting for martyrdom"."

"Preferred term", "sacred explosions" (cf. 'kamikaze" qui ne voulait pas dire quelque chose comme "vent sacre" en japonais ?), "often mistranslated", "proper translation", "lofty title", tout ce travail et cette insistence sur le vocabulaire approprie ne marquent-ils pas justement que les maitres-manipulateurs ont un probleme fondamental avec l'islam et son interdiction (d'ailleurs explicitement reconnue par eux) du suicide ?

AJM a donc raison : le probleme est bien le Coran ("it's the Koran, stupid !")et il s'agit bien d'un probleme d'interdiction.

Et donc pourquoi ne pas COMMENCER justement par la et imposer a tous les religieux exercant ou souhaitant exercer sur nos territoires ce test fondamental de leur acceptation explicite et sans condition de cet article de foi issu du Coran, a savoir l'interdiction absolue du suicide, glorifie ou non, mais aussi aux autorites religieuses du monde musulman et tout particulierement aux industriels de la fatwa qui regulierement pourvoient lesdits manipulateurs en exemptions bien pratiques et qui se verraient declares persona non grata sur nos territoires, eux et leurs proches et leurs parrains-financiers (plus de tours du monde de conferences tous frais payes pour precher la bonne parole de haine pour les uns, mais aussi pour les autres, plus de weekends torrides dans les palaces de Londres, Paris, Marbella ou Nice et surtout d'etudes prestigieuses a Oxbridge ou dans l'Ivy League pour leurs chers enfants !) ... ?

Mais aussi, YSM (je crois) a aussi raison, il faudrait aussi imposer a nos propres journalistes ou pretendus tels (y compris par souci d'impartialite) l'interdiction absolue de toute glorification de ces attaques-suicide et donc l'obligation de les reconnaitre comme telles a chaque fois en refusant les euphemisations et les glorifications du type "martyr" ou "shahid" (que l'on ferait bien peut-etre aussi de bannir de nos propres discussions pour eviter de donner l'impression d'entrer dans le jeu des manipulateurs en question ?)...

Interdiction qui vaudrait bien sur aussi pour les procedes d'euphemisation, evitement ou glorification des termes du type terroriste et terrorisme (cf. leur refus ou prude mise entre guillemets par certaines agences de presse comme Reuters ou des institutions comme la BBC, sans parler de l'ONU qui arrive meme pas a se mettre d'accord sur le terme !)...

Publié par jc durbant le 17 juillet 2005 à 1:23

Precisions: il est evident que ce travail sur le vocabulaire va bien plus loin que ces quelques mots (suicide, terrorisme), puisque si l'on en croit certains religieux musulmans, la juridiction islamique ne disposeraient meme pas de termes (devenus) aussi fondamentaux pour nous occidentaux que... "civils" !

Voir les longues (desole pour ceux qui lisent pas facilement l'anglais !) transcriptions d'interviews ci-dessous que je resumerais ainsi:

"The term 'civilians' does not exist in Islamic
religious law. There is no such term as 'civilians' in the modern Western sense. People are either of Dar Al-Harb or not."

"Le terme "civils" n'existe pas dans la loi religieuse islamique, dans son sens occidental moderne. Les gens ne peuvent etre que dans ou hors du "Lieu de la Guerre".


The following are excerpts from interviews with the Director of London's Al-Maqreze Centre for Historical Studies, Dr.Hani Al-Siba'i. The first aired on Al-Jazeera TV on July 8,2005; in it, Al-Siba'i discussed the London bombings. (To view this clip, visit http://www.memritv.org/search.asp?ACT=S9&P1=748 )

It is followed by an interview he gave on AMB TV which aired on February 22, 2005. (To view this clip, visit
http://www.memritv.org/search.asp?ACT=S9&P1=576 )

(Editor's note: Ellipses in text represent a pause in speech.)


The London Bombings

Al-Siba'i: "I think that British Prime Minister Tony Blair made a grave error when he spoke before the investigation and claimed that the perpetrators of these acts were acting in the name of Islam. I think that he will pay the price for this grave error in the future. No possibility should be ruled out. We do not rule out the possibility that it was done by the intelligence agency of another Western country
hostile to Britain. We do not rule out countries ... or some Zionist Americans who wanted to overshadow the G-8 summit.But at the same time, we do not rule out the Al-Qa'ida
organization. It's been claimed that Al-Qa'ida died in Afghanistan, and was buried in the caves there. And behold: it was resurrected after the American occupation of Iraq. Moreover, Al-Qa'ida controls the war agenda in Iraq. It is the Al-Qa'ida organization in the Land of the Two Rivers
[Iraq], headed by Abu Mus'ab Al-Zarqawi, that imposes its policies, to the extent that the Egyptian government was forced to... It was forced to recall [its ambassador], and other
countries are afraid to send ambassadors there."

Host: "He was not an ambassador, but rather a representative that was murdered, and then Egypt lowered its level of representation."

Al-Siba'i: "He previously worked in the so-called 'Israel.' What I want to ask is: Can this organization do this? Is it conceivable that it did it? Yes, it is. Why? In the year... We must not forget that on April 15, 2004, Sheik Osama bin Laden released a taped message, in which he said... He gave... He reached out for reconciliation..."

Host: "Just to recall, you are referring to the Madrid incidents, in which some 190 people were killed."

Al-Siba'i: "After the Madrid incidents, he addressed the Western and European nations. Obviously, he didn't address the leaders whom he does not recognize. He talked to the Western nations about reconciliation..."

Host: "Excuse me. He gave them three or four months. But, forgive me, targeting civilians... You, as a Muslim and as the director of a center for Islamic history... Is targeting wretched civilians considered brave or manly?"

Al-Siba'i: "I think... The man [bin Laden] addressed these peoples so that they would pressure their governments. He told them: We did not attack you. You have been attacking us
for more than two centuries, and your campaign continues. He said to them simply: Withdraw your soldiers from the Arabian Peninsula, withdraw from Afghanistan and Palestine..."

Host: "Excuse me, Is Sheik Osama bin Laden a religious scholar, who issues fatwas, or is he the head of Al-Qa'ida?"

Al-Siba'i: "First of all, he is one of this [Islamic]nation. Allah... We have no clergy, or a pope, or anything like this. Anyone can carry out his religious duty, even if he is by himself."

Host: "Mr. Hani, issuing fatwas is done by religious scholars."

Al-Siba'i: "He has a Shura council, he has religious scholars... He wanted to debate with other scholars, but they refused. He asked to discuss matters with them, but they refused."

Host: "The question, in short, is whether the religious scholars... Sir, the religious law assembly in Mecca at the end of last month issued a fatwa forbidding the killing of civilians. Should we follow it or Osama bin Laden?"

Al-Siba'i: "These assemblies resemble the assemblies of the Church. These assemblies forbid young people from going to Iraq to fight the Jihad. These assemblies... The Higher Religious Authority [in Saudi Arabia] are the ones who
allowed the presence of Crusader forces in the Land of the Two Holy Places (Saudi Arabia). These assemblies..."

Host: "Mr. Hani, make no mistake. The same assembly ruled that Jihad in Iraq is allowed against soldiers. Even Sheik Osama [sic.] Al-Makdisi, Abu Mus'ab Al-Zarqawi's mentor...
Okay. Abu Hani, okay... He asked Al-Zarqawi not to kill civilians and to attack only the Americans... I mean, only soldiers..."

Al-Siba'i: "The term 'civilians' does not exist in Islamic religious law. Dr. Karmi is sitting here, and I am sitting here, and I'm familiar with religious law. There is no such term as 'civilians' in the modern Western sense. People are either of Dar Al-Harb or not.

"These institutes, like the Islamic Association [of Britain], represent white-collar people, the effendis, people with 'prestige.' They only represent their own interests and do not mix in society. They don't know... Ask other Muslims... People see them only on their TV screens.
They don't participate in the demonstrations for the poor. They are not interested in people's problems. We invite them, and they don't show up."

Host: "The Muslim Association of Britain represents 400 Islamic organizations..."

Al-Siba'i: "These are all interest groups. With all due respect, the Muslim Brotherhood and the Sheik Moududi group do business with one another."

Host: "Are you claiming they are not Muslims?"

Al-Siba'i: "They are behind all these movements. They promote some people nobody has heard of. Then they promote some journalists."

Host: "Excuse me, who do you want to promote? Those who want the banner of 'There is no god but Allah' over the Queen of England and Buckingham Palace? Those who want to establish a caliphate and turn the Queen of England into a captive?
Those who say [England] is Dar Al-Harb and property there can be plundered? Are those the kind of people you want?"

Al-Siba'i: "These associations do not represent the Muslim public. They collaborate with the British police for certain interests. They want an 'English Islam,' and not the Islam that was sent to the Prophet Muhammad. If Al-Qa'ida indeed
carried out this act, it is a great victory for it. It rubbed the noses of the world's eight most powerful countries in the mud. This victory is a blow to the economy..."


Interview on ANB TV

Al-Siba'i: "As for the slaughtering and the recordings used [by Al-Zarqawi] - we must consider these people's mentality. What is their source of authority? The problem is that our sheiks, our clerics, and the religious institutions - especially official ones - are constantly running away from the truth."

Host: "The truth? What is the truth?"

Al-Siba'i: "That is the question I'd like to answer. Do these people base themselves on Islamic law or not? They claim that they do, and to support it, they say that slaughtering appeared in a hadith by the Prophet, which was
pronounced authentic by Sheik Ahmad Shaker. The Prophet told the Quraysh tribe: 'I have brought slaughter upon you,'making this gesture. But these are religious issues that may be disputed."

Al-Siba'i: "The Mujahideen say: 'This is the time for Jihad jurisprudence. Iraq is an occupied country, so we must study Jihad jurisprudence, which is exceptional law. In this case, there is no need to ask permission ? a wife does not need to ask for her husband's permission to fight.'"

Host: "There is no consensus here... This is just one opinion."

Al-Siba'i: "This is the opinion of the greatest clerics."

Host: "But there are other clerics who criticize and condemn what is happening..."

Al-Siba'i: "The problem, Dr. Muhammad..."

Host: "Does the problem lie with Al-Zarqawi or with the religious scholars?"

Al-Siba'i: "The problem lies with the religious scholars. When they are asked to confront these [Mujahideen], to talk with them and respond to the evidence they present. [The Mujahideen] tell the Prophet drove nails into and gouged out
the eyes of people from the 'Urayna Tribe. They were merely a group of thieves who stole from sheep herders, and the Prophet drove nails into them and threw them into the Al-Hrara area, and left them there to die. He blinded them and cut off their opposite legs and arms. This is what the
Prophet did on a trifling matter ? let alone in war. What else could they do when a 1000 lb. bomb lands on a house or a shack belonging to poor people, and the world doesn't shed a tear, but cries only about the slaughtering? All they have
is a knife..."

Host: "Dr. Al-Siba'i, do you personally condemn anything they do? Can you say that even though you support these groups' case, they use such means? Is there a single method you are willing to condemn?"

Al-Siba'i: "I, myself... I condemn the occupation, which is the cause of all these tragedies. The occupation caused all these disasters. The country was safe and peaceful, until the Americans came, and we are expected to blame those who fight in defense of their honor?! When people hear me say... I received a picture over the internet, and when I opened it I saw a woman being raped by seven men. An Iraqi woman in prison ? this is on American websites now ? and when I saw her, I couldn't sleep a wink. A woman being raped, completely naked, in prison."

Host: "This is a despicable picture, worthy of condemnation."

Al-Siba'i: "You expect me to criticize them for using a knife to slaughter some American?!"

Ali Al-Saraf, Iraqi Journalist: "Dr. Hani said the Prophet gouged out a man's eye, killed another, and threw..."

Al-Siba'i: "This is a true tradition in the collection of Al-Bukhari."

Al-Saraf: "Excuse me, the Prophet did not do this to innocent people, like this riffraff in Iraq. They kill people who have nothing to do with..."

Al-Siba'i: "Do you mean the Americans?"

Al-Saraf: "I mean the riffraff ? American or not ? who kill innocent people."

Al-Siba'i: "The only riffraff I know are the Americans."

Al-Saraf: "If the Americans kill innocent people, they are riffraff, and if your guys, the Islamists, kill innocent people they are riffraff too."

Al-Siba'i: "Excuse me, don't say 'your guys.'"

Al-Saraf: "There are innocent people who are being murdered for no reason. Margaret Hassan shouldn't have been slaughtered, nor Kenneth Bigley, who was about to retire. He was put in a cage smaller then a chicken coop. I don't know
what human sentiment has the audacity to call despicable actions 'resistance.'"

Al-Siba'i: "People believe lies and falsehoods. Allow me to disagree with Mr. Ali. Abu Mus'ab Al-Zarqawi himself issued a communique? ? and I believe Mr. Kamil and people who follow the press know this ? he issued a communiqu? that appeared
on all TV channels, in which he called upon the group that kidnapped Margaret Hassan to release her, and said she was
innocent. She was slaughtered by [Iyad] Allawi's gang... They don't even acknowledge the term 'civilians.'"

Host: "Who decides what the term means?"

Al-Siba'i: "The religious legal authority. One reads in history... I have an historical religious source of authority. Islamic history has no term for 'civilian' in the Western sense. This is a Western term. In our Islamic rules of war, one can be a 'combatant', a 'non-combatant', or'protected by an agreement.' A person can be a combatant even if he does not carry a weapon. In other words, a person who came to wash and cook for the American soldiers in order to free them to fight ? like the Nepalese ? such a person is considered a combatant."

Publié par jc durbant le 17 juillet 2005 à 2:10

Mais, comme le demontre le petit article ci-dessous, c'est sur qu'il faut pas non plus negliger le travail de police et de surveillance et que la Grande-Bretagne (et les EU un jour ?) ne couperont pas a... l'imposition de papiers d'identite nationaux !

"ONE of the London suicide bombers was allowed to tour the Houses of Parliament as the guest of an MP months after police and intelligence services became aware of his links to another alleged bomb plot, it emerged last night.

Mohammad Sidique Khan, 30, was a guest of the Labour MP Jon Trickett in July 2004, four months after he had been identified by intelligence
officials as a "criminal associate" of one of the subjects of a major counter-terrorism operation that had resulted in several arrests."

http://news.scotsman.com/index.cfm?id=1637032005

Publié par jc durbant le 17 juillet 2005 à 2:28

Elements pour une definition simple du terme "terroriste":

Comparer la politique editoriale d'agences de presse comme Reuters (qui rappelle beaucoup celle de la BBC), a savoir le refus de termes "subjectifs", notamment pour proteger leurs journalistes sur le terrain:

"Our editorial policy is that we don't use emotive words when labeling someone," said David A. Schlesinger, Reuters' global managing editor.

"changes like those made at CanWest could lead to "confusion" about what Reuters is reporting and possibly endanger its reporters in volatile areas or situations.

"My goal is to protect our reporters and protect our editorial integrity."

Et la position d'un redacteur en chef canadien qui pose la question de la credibilite d'une telle pratique et propose une definition du terme "terroriste" qui a le merite d'etre simple:

"If you're couching language to protect people, are you telling the truth?" asked Scott Anderson, editor in chief of CanWest publications who is also editor in chief of The Ottawa Citizen."

"terrorism is the deliberate targeting of civilians in pursuit of a political goal."


Reuters Asks a Chain to Remove Its Bylines
IAN AUSTEN
NY Times
September 20, 2004
http://www.nytimes.com/2004/09/20/business/media/20reuters.html?

Publié par jc durbant le 17 juillet 2005 à 22:39

C'est quand même curieux, cette épithète d'haineux appliquée automatiquement dès que quelqu'un n'est plus dans le consensus mou du multiculturel et de la fausse tolérance des belles âmes. Comme un réflexe moteur...

Publié par al le 18 juillet 2005 à 1:41

"Des faits à prendre en considération si l'on cherche à appréhender les futures attaques islamistes en Europe, et leur possible transformation en insurrection armée."

Comme aussi la (remarquable) these de Buruma et Margalit (Occidentalism - A Short History of Anti-Westernism, Buruma, Ian & Avishai Margalit, 2004) qui montre la continuite entre le radicalisme islamiste actuel et... le totalitarisme occidental et europeen:

"We generally understand "radical Islam" as a purely Islamic phenomenon, but Buruma and Margalit show that while the Islamic part of radical Islam certainly is, the radical part owes a primary debt of inheritance to the West. Whatever else they are, al Qaeda and its ilk are revolutionary anti-Western political movements, and Buruma and Margalit show us that the bogeyman of the West who stalks their thinking is the same one who has haunted the thoughts of many other revolutionary groups, going back to the early nineteenth century. In this genealogy of the components of the anti-Western worldview, the same oppositions appear again and again: the heroic revolutionary versus the timid, soft bourgeois; the rootless, deracinated cosmopolitan living in the Western city, cut off from the roots of a spiritually healthy society; the sterile Western mind, all reason and no soul; the machine society, controlled from the center by a cabal of insiders, often jews, pulling the hidden levers of power versus an organically knit-together one, a society of "blood and soil." The anti-Western virus has found a ready host in the Islamic world for a number of legitimate reasons, they argue, but in no way does that make it an exclusively Islamic matter."

(from the Economist)

Et son apparente reprise par le chercheur allemand (ou journaliste du Spiegel en annee sabbatique?) de l'American Enterprise Institute, Reuel Marc Gerecht:

"Moderates surely represent the overwhelming majority of Muslims in Europe, but like their post-Christian European counterparts, they usually express their moderation in detachment from religious affairs."

"Though Europeans often fail to see it, the secularization of the Muslims living in their midst has been, by and large, such a great success that the moderates have abandoned the field ... to the militants !"

"they are not expressions of an outburst in the West of the [Israeli-Palestinian] conflict in the Middle East. It is truly modern, aimed against American imperialism, capitalism, etc. In other words, they occupy the same space that the proletarian left had thirty years ago, that Action Directe had twenty years ago. . . . It partakes henceforth of the internal history of the West."

"it can feel like a time-warp, a return to the European left of the 1970s and early 1980s. Europe's radical-mosque practitioners can appear, mutatis mutandis, like a Muslim version of the hard-core intellectuals and laborers behind the aggrieved but proud Scottish National party in its salad days."

"In the last three centuries, Europe has given birth and nourishment to most of mankind's most radical causes. It shouldn't be that surprising to imagine that Europe could nurture Islamic militancy on its own soil.

"In Europe as elsewhere, Westernization is the key to the growth and virulence of hard-core Islamic radicalism. The most frightening, certainly the most effective, adherents of bin Ladenism are those who are culturally and intellectually most like us. The process of Westernization liberates a Muslim from the customary sanctions and loyalties that normally corralled the dark side of the human soul."

"It would be a delightful irony if the more progressive political and religious debates among the Middle East's Muslims saved their brethren in the intellectually backward lands of the European Union."


Jihad Made In Europe
There may be more to fear from a mosque in Leeds than a madrassa in the Middle East
Reuel Marc Gerecht
07/25/2005
http://www.weeklystandard.com/Content/Public/Articles/000/000/005/836esgwz.asp?pg=1

Note:

Occidentalism - A Short History of Anti-Westernism

By: Buruma, Ian & Avishai Margalit

Twenty-five years ago, Edward Said's Orientalism spawned a generation of scholarship on the denigrating and dangerous mirage of "the East" in the Western colonial mind. But "the West" is the more dangerous mirage of our own time, Ian Buruma and Avishai Margalit argue, and the idea of "the West" in the minds of its self-proclaimed enemies remains largely unexamined and woefully misunderstood. Occidentalism is their groundbreaking investigation of the demonising fantasies and stereotypes about the Western world that fuel such hatred in the hearts of others.

We generally understand "radical Islam" as a purely Islamic phenomenon, but Buruma and Margalit show that while the Islamic part of radical Islam certainly is, the radical part owes a primary debt of inheritance to the West. Whatever else they are, al Qaeda and its ilk are revolutionary anti-Western political movements, and Buruma and Margalit show us that the bogeyman of the West who stalks their thinking is the same one who has haunted the thoughts of many other revolutionary groups, going back to the early nineteenth century. In this genealogy of the components of the anti-Western worldview, the same oppositions appear again and again: the heroic revolutionary versus the timid, soft bourgeois; the rootless, deracinated cosmopolitan living in the Western city, cut off from the roots of a spiritually healthy society; the sterile Western mind, all reason and no soul; the machine society, controlled from the center by a cabal of insiders, often jews, pulling the hidden levers of power versus an organically knit-together one, a society of "blood and soil." The anti-Western virus has found a ready host in the Islamic world for a number of legitimate reasons, they argue, but in no way does that make it an exclusively Islamic matter.

A work of extraordinary range and erudition, Occidentalism will permanently enlarge our collective frame of vision.

The Economist

Publié par jc durbant le 18 juillet 2005 à 8:33

Quelques paroles fortes d'un chercheur qui lui ne s'est jamais paye de mots:

"Les conquérants, nous dit Clausewitz, sont pacifiques : du moment que leurs proies capitulent, ils ne font pas la guerre. Les lâches ont toujours d'excellentes raisons de capituler, et de blâmer qui résiste pour les brûlures de la bataille."

"Ceux qui brûlent des livres finissent tôt ou tard par brûler des hommes."

"Et de l'université d'al-Azhar pour les sunnites, de la ville de Qom pour les chiites, ne s'est élevée aucune condamnation, mais au contraire, l'éloge de la mort."

"Bien sûr, la gauche intellectuelle anglaise, la gauche travailliste islamophile seront disponibles pour trouver les justifications et les alibis, et tourneront leur prose négativiste contre les «vrais» coupables, Bush et Blair, comme chacun sait, et Sharon, ne l'oublions pas."

"Ceux qui croient s'être mis à l'abri grâce à leurs complaisances envers Arafat, le Hamas, le Hezbollah, le régime des ayatollahs et le reste des dictateurs et des despotes arabo-musulmans ne récoltent que le mépris, qui mène inévitablement au rudoiement. Qui se conduit comme un dhimmi sera condamné à la dhimmitude. Quand un quotidien parisien titre «Al-Qaida punit Londres», je flaire dans cet intitulé toute la puanteur de la soumission. Il faut beaucoup d'aveuglement à nos dames patronesses palestinophiles pour ne pas voir que le refus de la dhimmitude des Juifs d'Israël est précisément l'une des motivations fondamentales de ce que l'on appelle le «conflit israélo-palestinien». "

"C'est au nom des raisons irrationnelles de ces croyances, hier nazies et bolcheviques, aujourd'hui islamistes, que se déchaînent l'amour du carnage et la volonté de «purifier» l'univers entier du Mal, représenté par l'Autre, juif, koulak, infidèle."

"Nous pouvons coexister avec un monde de l'islam qui voudrait se moderniser, mais pas avec l'islamisme éradicateur. nous sommes en guerre. Il n'est aucune «concession», aucune conciliation, aucun dialogue qui se puissent avoir avec le djihad moderne. Contre ce djihad, il n'y a pas de guerre défensive, il n'y a pas de défense territoriale. Il faut y porter le fer. Il faut en même temps encourager et soutenir les aspirations à la modernité, à la liberté et à la démocratie dans le monde arabo-musulman, que les élections afghanes, irakiennes et libanaises viennent de concrétiser."

Biopsie des mécanismes de la terreur au coeur de l'islamisme exterminateur
Le djihad n'admet aucune troisième voie

Laurent Murawiec
[Le Figaro, 18 juillet 2005]

http://www.lefigaro.fr/cgi/edition/genimprime?cle=20050718.FIG0246

Publié par jc durbant le 18 juillet 2005 à 15:21

Quelques conseils d'un specialiste du Monde arabe:

"Nous faisons face a une nouvelle generation de terroristes anonymes qui ne laissent transparaitre aucun signe exterieur de leur engagement."

"Les pays democratiques doivent se preparer a une longue guerre d'usure, d'intensite variable, qui pourrait occuper toute une generation. Les terroristes tenteront de peser sur les echeances lelectorales, telle l'attaque du 11 mars 2004, aMadrid, qui a inverse le resultat previsible des urnes. La preparation des opinions publiques devra aussi tenir compte de l'usage possible d'armes non conventionnelles, fussent-elles primaires ou artisanales. Au cas ou les hommes de cette mouvance devaient reussir a se les procurer, ils en feraient usage."

"Pour gagner cette guerre, il faudrait surtout y associer les pays arabes et islamiques et les inciter a etre plus vertueux dans la gestion de la chose publique. Leurs graves defaillances, doublees d'une corruption legendaire, leur sont justement reproches par les islamistes qui promettent une gouvernance selon la charia, le jour ou ils accederaient au pouvoir. Assainir et reformer ces pays participent de l'interet de leurs peuples et de la paix internationale."

"Il est tres regrettable que les stars de l'islamisme londonien etaient devenues les interlocuteurs privilegies des medias. Ce qui en a fait des notables et parfois des modeles a imiter, au regard d'une partie de leur communaute"

"al-Qaida n'a aucun interet a restreindre le theatre de la guerre aux pays choisis par les Occidentaux, essentiellement l'Irak et l'Afghanistan. Bien au contraire, elle cherchera a frapper leurs arrieres, leurs civils, leur moral et leur economie."

ATTENTATS DE LONDRES Face a l'extension du theatre de la guerre terroriste
Les limites du cynisme britannique
Antoine Basbous
[Le Figaro, 18 juillet 2005]

http://www.lefigaro.fr/debats/20050718.FIG0246.html?070545

Publié par jc durbant le 18 juillet 2005 à 16:15

A part ce qui disent que tout est de notre faute (je conviens que les politiques des nations occidentales n'ont pas beaucoup arrangé les choses au proche orient depuis le XXeme s mais faudrait pas exagérer), on ressort la théorie du complot :

http://u-blog.net/neplusfairefausseroute/note/54

La CIA fait sauter des bombes à Londres pour envahir l'Iran et continuer le "grand jeu" en Asie Centrale...

Publié par Frédéric le 18 juillet 2005 à 21:25

"on ressort la théorie du complot" ...

Merci pour cet eclairant lien: j'avais bien sur comme tout le monde entendu parler de ces illumines du complot mais j'avais jamais imagine que ca atteignait ces niveaux-la !

Publié par jc durbant le 19 juillet 2005 à 10:04

Lien mit bien en évidence dans Wikipédia, l'encyclopédie en ligne ;) On trouve vraiment de tout, c'est cela la liberté d'expression.

Publié par Frédéric le 19 juillet 2005 à 14:11

salut je m'adresse a tout les criminelles soit en algerie ou ailleurs je vous declarent coupable de cette crise que le monde traverse ce finomene nome terorisme un nouveau venue dans notre vie comment esperez vous une vie normale dans un milieu ou vous avez assassinez des enfants des femmes des militaires des gendarmes des policiers dehors de notre vous n'avez aucun droits de vivrent ici que vous allez a l'enfer.

Publié par maazi le 17 août 2005 à 23:41