« Sur la montagne | Accueil | Un drapeau en gros plan »

31 juillet 2005

La fabrique à monstres (2)

Saisissant reportage que celui publié aujourd'hui par le San Francisco Chronicle sur les camps d'été du Hamas dans la bande de Gaza. On saisit mieux à sa lecture tout le processus de conditionnement et d'endoctrinement qui aboutit à transformer la jeunesse palestinienne en force combattante fanatisée - ce que j'ai nommé ailleurs la fabrique à monstres. Quelques aperçus sont plutôt révélateurs :

"In this camp we learn the important things of life -- good behavior, respect," said Osama, who was spending the summer at a Hamas-run camp on the beach outside Gaza City.
They also learn how to sing "intifada songs," including one urging them to "kill Zionists wherever they are, in the name of God."
[...]
"If Hamas won't watch them, who would keep them busy during the summer break?" asked Ibrahim Salah, an accountant who is also head of Hamas' education department. "When they're in the hands of Hamas, they're in good hands."
At Hamas camp, every camper gets a crisp green baseball cap. Camp officials said they have already given out 12,000 caps this year in 60 Gaza summer camps, out of 100,000 caps they ordered from a Chinese company.
[...]
At one beach camp, attended by approximately 100 kids, an instructor wore a heavy flannel shirt under which a webbed belt could be seen strapped to his stomach. Asked by a reporter what it was, he answered, with a broad smile, "Boom!"
The instructor led a group of young teenagers through marching drills on the sand -- facing movements, close quarter drill. With a smile at the reporter, he put a megaphone to his lips.
[...]
As the instructor, Sa'eb Dormush, stepped aside for an interview, a youth in the group shouted out "moqawama!" -- resistance.
"That is the first word they learn when they are born," Dormush said with a laugh. "This is the next generation."

Les fabriques du Hamas tournent donc à plein régime, et leurs responsables ne dissimulent même pas leurs intentions. Combien de ces jeunes gens finiront en charpie après avoir fait exploser leur ceinture, ou seront transpercés de balles par les soldats israéliens qui auront identifié la menace? Est-il possible de ramener à la raison des individus qui subissent un lavage de cerveau permanent depuis leur plus jeune âge? En même temps, comment ne pas voir que la dégradation économique des territoires palestiniens favorise puissamment les programmes "sociaux" du Hamas, dont les attaques terroristes aboutissent précisément à cette dégradation. Le conflit israélo-palestinien n'est pas près de s'achever...

Publié par Ludovic Monnerat le 31 juillet 2005 à 21:51

Commentaires

Attention à citer "la dégradation économique" ... aussi Blair et le maire de Londre en ont parlé à tort et à travers, surtout ce dernier.

"la dégradation économique" n'est pas la cause du terrorisme sinon l'Inde, l'Afrique noire, l'Amérique du sud, le tiers monde en général auraient déjà tout fait sauter, même le bistrot du coin.

NON! le terrorisme est le résultat des madrassas, des prêches d'"amour et de tolérance", de certaines trasmissions, des "camp de vacances" de la nouvelle jeunesse hitlerienne du Hamas, Hezballah, Ansar al Sounnah, Jihad Islamique etc.


"la dégradation économique" à Gaza ou en Judée-Samarie par contre est le résultat du pillage arafatien avec bénédiction de l'UE.

Les deux sont en partie le résultat de l'angélisme de nos "élites".


Publié par Mikhaël le 31 juillet 2005 à 22:54

Tout-à -fait d'accord. Pour sortir de l'enlisement, quelle réponse peut-on donner?
Après un séjour dans ces camps, ce ne sont plus de jeunes victimes, mais des auteurs d'attentats potentiels (je me demande si potentiel est bien le mot... futurs serait plus proche de la réalité).
Tant que le Hamas disposera de la bénédiction du gouvernement palestinien, et que des mesures drastiques (dont la destruction de ces camps) ne seront pas prises, la menace existera toujours. Les Talibans avaient mis sur pied des dizaines de camps semblables en Afghanistan, où les moudjahidins étaient "formés" et recevaient en tout cas un entraînement militaire. Ce qu'il en reste et l'anéantissement du pouvoir Taliban prouve que c'est dans cette direction qu'il faut ragarder...

Publié par Ares le 31 juillet 2005 à 23:00

Je n'ai pas écrit que la dégradation économique était une cause du terrorisme, alors que ce dernier est effectivement une méthode de guerre qui s'implante dans les esprits par des justifications idéologiques. En revanche, il faut reconnaître que la politique de l'escalade pratiquée par les groupes terroristes aboutit fréquemment à jeter les populations dans leurs bras, que ce soit par rejet des méthodes répressives adoptées par les forces de l'ordre, ou alors par nécessité économique. Le Hamas ou le Hezbollah, en élargissant leurs activités à des dimensions sociales et éducatives, sont des organisations capables de percevoir les fruits de leurs actions terroristes. Leur stratégie sociétale en fait des adversaires particulièrement dangereux, au présent et plus encore à l'avenir.

Publié par Ludovic Monnerat le 31 juillet 2005 à 23:11

L'origine du terrorisme, c'est bien Arafat et le Fatah.
Ah! si seulement l'occident n'avait pas cru que c'était juste un "problème juif", et avait répliqué militairement après Munich 1972... la face de l'histoire serait changée.
Remarquez, on peut continuer ces rêves rétrospectifs: ah, si seulement Carter n'avait pas installé Khomeiny et laisser tomber le Shah, allié de toujours, comme une vieille chaussette, ah si seulement Cliton avait pris Ben Laden que lui offrait le Soudan, et avait répliqué militairment à la première attaque du WTC en 93, etc. etc.
Tout cela pour dire que, dès que l'Occident considère que le sort d'Israel, ça n'est pas ses affaires, le découplage chamberlinesque produit des monstres.
Isreal et nous partageons le même ennemi. À l'occident d'en tirer les conséquences tactiques et stratégiques (seuls les USA l'ont fait, en partie).

Publié par al le 31 juillet 2005 à 23:40

On ne peut en effet refaire l'histoire, et qui c'est, cela aurait put étre encore pire, tel un soutien accrue de l'URSS à un ennemi de l'Ouest.

La Bande a Bader, Cellules Communistes Combattantes, Brigades Rouges, Action Directe aurait put faire encore plus de dégats.

Publié par Frédéric le 1 août 2005 à 0:22

"! La fabrique à monstres! "
J'ai un peu de misère avec cette affirmation qui ne reflète pas la réalité mais qui peut frapper l'esprit d'un Occidentale.
Prenons le cas d'un Français ( un Italien, Portugais ou Espagnole serait tout aussi approprié ), qu'il soit buveur ou non il naît dans le vin. Le " monstre " qu'il pourrait devenir ( l'alcoolisme étant la cause de beaucoup de crimes ) n'est pas le fait d'une fabrication mais plutôt d'une " longue éducation " à consommer des produits alcooliques. Les traditions millénaires sont le meilleur terreau pour assoire à un certain age le besoin de s'affirmer comme un Homme et un homme ça boit du vin dans ces pays et pour certain ce sera une descente aux enfers. Autres lieux, autres mÅ“urs, point n'est besoin d'endoctriner, il suffit d'intensifier habillement l'héritage culturel de chacun.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 1 août 2005 à 0:24

Où sont les alcooliques qui se font exploser en tuant des civils parce qu'ils rendent culte au dieu Bacchus ?

Publié par al le 1 août 2005 à 1:37

" al " Pour se faire exploser, ça prend une autre référence : autres lieux, autres mÅ“urs...

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 1 août 2005 à 2:42

"If Hamas won't watch them, who would keep them busy during the summer break?"

Question hallucinante aux yeux de l'occidental moyen que je suis. Le hamas ou le scoutisme de l'extrême...
C'est dire à quel point les discours radicaux et le recours à la violence ( comme moyen d'expression légitime face à la frustration, voire, et c'est encore plus délirant, à l'ennui ) sont intégrés dans la vie quotidienne jusqu'à devenir un trait culturel parmis d'autres.

Publié par fingers le 1 août 2005 à 10:24

Pour YMS, je ne pense pas que l'alcoolisme soit comparable à l'idéologie suicidaire prônée par le Hamas. Vous essayez de trouver une explication à ce phénomène en prenant un exemple dans notre mode de vie, or rien n'a jamais atteint ce genre d'extrémisme.
L'alcoolisme est une maladie, le terrorisme pas. L'alcoolisme se soigne, le lavage de cerveau du hamas, ne se soigne pas si ce n'est pasr la mort et le sang.

Publié par Ares le 1 août 2005 à 10:46

@ fingers

"hamas ou le scoutisme de l'extrême" plutôt "hamas ou la hitler jugend"


@ Ludovic Monnerat

Je sais que vous ne faite pas l'équation "misère produit terrorisme" mais à force d'employer les deux mots dans la même phrase il y a un effect de d'association/amalgame qui s'installe due à la répétition, ainsi que "surarmé" est devenu l'adjectif qualificatif qui s'accompagne (hélas) dans la tête du public avec Israël ou USA et "militant" ou "activiste" avec Hamas et encore "résistance" avec islamique (1)

(1) "militant" et "résistance" sont des noms mais il permettent de qualifier ce dont on parle.

Publié par Mikhaël le 1 août 2005 à 13:05

" Ares " relisez mon Post lentement, je ne compare pas, je dis simplement que ce n'est pas une " fabrication " qui sous entend un endoctrinement mais le fruit d'un héritage culturel " comme de boire pour être un Homme " et qu'il suffit d'intensifier habillement ces héritages culturels : autres lieux, autres mÅ“urs...Justement le mouvement Scout l'illustre bien et je l'ai bien connu au Maroc après l'indépendance, ce n'est pas une nouveauté. L'utilisation de ce mouvement était bien loin des idées de Baden Powell. Encore là : autres lieux, autres mÅ“urs... Se faire exploser n'est pas plus difficile que de prendre une bonne cuite chez certains et la quête de " l'adrénaline " chez les jeunes est une réalité. Nous avons un problème suicidaire au Canada ( pays relativement tranquille ) de course improvisée à tombeaux ouverts en pleine ville et qui tue des innocents. Encore là : autres lieux, autres mÅ“urs... En conclusion l'héritage culturel me semble largement suffisant pour " expliquer " ce genre de faits et leur pérennité. Le reste n'est que circonstanciel.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 1 août 2005 à 14:03

"la dégradation économique des territoires palestiniens favorise puissamment les programmes "sociaux" du Hamas, dont les attaques terroristes aboutissent précisément à cette dégradation."

Effectivement, la phrase aurait peut-être pu être tournee autrement mais elle dit clairement que c'est bien le Hamas qui (par ses attaques terroristes) provoque la degradation economique qu'il propose ensuite de pallier (avec ses programmes sociaux) dans une mecanique diabolique de destruction-reconstruction dans le seul but de favoriser son recrutement pour plus de... destruction !

Bonne fete nationale a nos chers amis helvetes !

Publié par jc durbant le 1 août 2005 à 14:21

Même si c'est inutile, je voudrais préciser que "culturel" n'est pas un synonyme de "par nature" ou "par essence". C'est un équivalence que beaucoup voudraient faire passer pour réelle afin de justifier des concepts pervers voire carrément dangereux.

Publié par fingers le 1 août 2005 à 15:33

Vous avez raison " fingers " c'est pourquoi il ne faut pas l'ignorer et être convaincu que l'on peut réformer certain travers de la Culture.

Bonne fete nationale a nos chers amis helvetes qui je l'espère sauront défendre et passer leurs valeurs dans ce monde instable !

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 1 août 2005 à 16:42

Ne pourrait-on mettre fin à ces massacres en remettant la terre des Palestiniens aux Palestiniens?

Publié par Sbai le 15 octobre 2006 à 3:23

Quand les terroristes Francais faisaient exploser les ponts sous l'envahisseur en 1941,42,43,44,45, beaucoup collaboraient, mais d'autres non, ils ont été acceuillis en héros par la suite, et les collabos ont été punis, tondus, executés...
Je me demande ou sont vraiment les monstres finalement.
L'envahisseur ne peut pas attendre de la collaboration de la part des envahis, on a largement connu pire que le Hamas...
En Europe on achéte tout, même les hommes, aux états unis idem, mais tout le monde ne se laisse pas acheter..

Publié par Quanta le 19 juillet 2007 à 18:51