« La lutte des symboles | Accueil | A l'assaut de la colline »

9 juillet 2005

Alerte à la folie furieuse (6)

Au lendemain des attentats de Londres, je me demandais quel éditorialiste allait remporter la palme de l'apaisement dégoulinant, en rendant Bush et Blair responsables des attaques au lieu des terroristes, et en soulignant notre inévitable culpabilité. Sans grande surprise, la palme revient au quotidien vaudois 24 Heures et à son rédacteur en chef Jacques Poget, dont l'éditorial intitulé « Attentats de Londres: briser l'engrenage » a parfaitement résumé la vision stupéfiante (le lien n'est plus disponible).

D'emblée, Poget nous rappelle que le ciel nous tombe sur la tête, que rien ne va sur cette terre et nous sommes voués à une issue funeste :

Après l'indignation et la condamnation, totale et solennelle, des attentats de Londres, et l'admiration pour la force d'âme des Britanniques, comment penser l'avenir? Déclenché contre le Sommet au cours duquel la fraction la plus riche de l'humanité cherche un début de solution à la tragédie africaine et à la catastrophe climatique, ce nouvel épisode de violence aveugle démontre l'absurdité de la guerre civile qui déchire l'espèce humaine.

Tragédie, catastrophe, absurdité : la fin du monde n'est pas loin. L'Apocalypse selon Saint Jacques ? Plutôt une nouvelle bouffée d'indignation consensuelle, bien moins complexe et risquée que l'action. On notera l'interprétation des attentats, « déclenchés contre le sommet » du G8, sans que rien ne permette d'affirmer cela (et certainement pas les revendications rendues publiques). Un altermondialiste sommeillerait-il au fond de chaque terroriste islamiste ? Notre fieffé militant ne dissimule pas son credo :

Que ces peuples aient bâti leur prospérité sur l'exploitation des autres, que leur croisade mondialisante transforme la planète en un simple marché à exploiter, qu'en riposte au 11 septembre 2001 leur «coalition» ait semé chaos et dévastation en Afghanistan et en Irak pour leur apporter la démocratie, cela explique peut-être, mais n'excuse nullement, la poursuite de la terreur.

L'idéologie gauchiste la plus brute et la plus vile : si nous sommes riches, c'est parce que nous avons volé les autres (notre travail, notre éducation et notre productivité n'ont strictement rien à voir, bien entendu), et les islamistes ne font finalement que militer un peu trop durement contre la « dictature des marchés » (une expression à laquelle 24 Heures est attaché, raison pour laquelle je la cite ici). Quant au chaos et à la dévastation de l'Afghanistan et de l'Irak, on se demande comment Poget fait pour ne pas voir les gigantesques efforts de construction et de modernisation entrepris par la communauté internationale dans ces contrées. Mais les croyants recherchent la Vérité suprême, pas la réalité :

Or cette logique de l'affrontement ne conduit qu'à l'autodestruction par une spirale de violence - sous toutes ses formes: brute comme à Londres, comme en Irak; rampante comme la famine et la paupérisation; sournoise comme la destruction des cultures contaminées par la civilisation Coca/jeux vidéo.

Louange au Grand Simplificateur : tout fait partie de la même spirale autodestructrice, de la même fin de monde inévitable ! Boire du Coca et jouer à Halo 2 - mon Dieu, quelle horreur ! - revient somme toute à poser des bombes à Londres ou à envahir l'Irak. Repentez-vous, mes frères et sÅ“urs, repentez-vous : tous les maux de la planète sont de notre faute. Cessons de contaminer les autres cultures avec nos penchants coupables. Et cessons surtout de vouloir nous défendre contre ceux qui nous punissent justement :

Aujourd'hui, le réflexe des nations riches est forcément sécuritaire: mobiliser toutes les énergies pour éviter le prochain attentat, démanteler les réseaux menaçants. Engrenage de la terreur et de la répression évidemment sans issue. Qui peut le briser, sinon le plus fort? Soudés par la solidarité des victimes, les membres du G8 sauront-ils donner pourtant le seul signal salvateur, celui qui consiste, sans se laisser intimider, à intensifier malgré tout leurs efforts pour l'Afrique et pour l'environnement?

Toujours le même refrain : la violence ne fait que susciter la violence, et combattre le terrorisme ne mène qu'à davantage de terrorisme. Que le monde et l'histoire montrent l'inverse importe peu : il faut refuser de se battre, et donner toujours plus d'argent pour soulager notre conscience du crime inexpiable d'être civilisé, instruit et opulent. Nous sommes tous des salauds, et nous devons le payer. Repentez-vous, flagellez-vous, écoutez l'appel de Saint Jacques du Léman !

Il y faut beaucoup de force morale et de courage politique - ces valeurs qui devraient par définition être l'apanage non des terroristes mais des démocraties.

La boucle est bouclée, le sermon parachevé : les terroristes sont moins pires que nous. Il faut briser l'engrenage en baissant la garde, en renonçant aux mesures de sécurité, en tendant l'autre joue lorsque nous sommes frappés. Nous méritons d'être attaqués. Subissons donc la violence à notre endroit comme l'unique voie vers la rédemption, vers le pardon de nos péchés. Amen.


***


Blague à part, un discours comme celui de Jacques Poget - dont les accents peuvent être retrouvés aujourd'hui dans un autre éditorial tout droit issu de la rédaction de 24 Heures, sous la plume de Philippe Dumartheray - est représentatif de toute une frange des élites occidentales, qui nie totalement l'existence d'une guerre entre les démocraties libérales et le fascisme islamiste, tout comme son caractère irrémédiable. Ces tenants de l'apaisement sont toujours un effet secondaire de la stabilité, de la prospérité et de l'inertie que procure une société fonctionnelle et satisfaite. Comme l'a remarquablement montré Jean-Jacques Langendorf au début de son livre La Suisse dans les tempêtes du XXe siècle, les intellectuels frustrés de la révolution qu'ils espéraient ont toujours tendance à développer une haine farouche pour eux-mêmes, pour leur société, pour leur pays. Projeter cette pathologie par la plume est inévitable.

Mais je ne suis pas historien, et les conflits armés font partie de mes préoccupations - étant entendu qu'à mon sens ils éclatent lorsque des enjeux contraires ou contradictoires amènent des collectivités données à employer la force pour résoudre leur différend. La mission des armées consiste à protéger des gens comme Poget contre ceux qui pourraient attenter à leur vie en raison de leur nationalité, au pays mais aussi - dans certaines circonstances - à l'étranger. Les militaires sont donc des chiens de berger condamnés à protéger un véritable troupeau de pacifistes bêlants qui broutent sans vergogne l'herbe locale, et qui affirment que les loups ou les renards attaquent uniquement en raison de nos actions excessives - et non parce qu'ils ont faim et doivent manger pour survivre. Evidemment, lorsque les loups se mettent à égorger l'un des leurs, tous hurlent à l'insécurité et exigent instantanément ce qu'ils ont blamé des années durant. Bis repetita.

En définitive, le mélange d'angélisme, d'ethnomasochisme et de fanatisme que propagent Poget et ses acolytes est un danger pour la préservation de notre société démocratique et libre. Leurs envolées moralisatrices et irrationnelles rappellent les prédicateurs du temps passé : alors que les anciens interprétaient le passage d'une comète ou une pluie de météorites comme un châtiment divin, au lieu de connaître les principes de la physique, ces belles consciences interprètent aujourd'hui un attentat terroriste comme un châtiment céleste, au lieu de connaître les principes de la stratégie. Nous en sommes donc revenus à une forme de superstition, comme toujours fondée sur l'ignorance, les préjugés et les inclinations, qui se distingue de l'analyse raisonnée par l'absence de faits, de nuance et d'incertitude. Je me demande si la multiplication des informations disponibles et l'accélération des cycles de décision n'est pas une cause majeure de ce processus. Un monde trop complexe et trop dense pour être compris au jour le jour peut-il mener à l'obscurantisme ?

Ce mot n'est pas trop fort, car il est impossible de discuter l'opinion de Jacques Poget telle qu'il l'a exprimée hier : on y croit ou on n'y croit pas. Son journal tend de ce fait à s'adresser à des disciples, alors que toute information doit systématiquement être reçue avec l'incrédulité d'un Saint Thomas. La folie furieuse n'est pas très loin.

Publié par Ludovic Monnerat le 9 juillet 2005 à 9:52

Commentaires

q.e.d. ...

merci pour ce message excellent combinant l'humour intelligent et l'analyse hautement pertinente!

Publié par Robert Desax le 9 juillet 2005 à 11:45

Je me demande si un edito reflète réellement l'opinion du journaliste ou s'il ne fait que refléter ce qui est tacitement entendu dans la profession. Emmettre ouvertement une opinion trop divergente de l'étroit consensus corporatif ne pourrait-il pas faire vaciller la carrière d'un journaliste?
Je n'en serais pas étonné. J'ai découvert avec l'expérience ( et avec consternation ) que la plupart des milieux de gauche sont dramatiquement normatifs: ils rejettent tout ce qui n'entre pas dans le cadre préalablement défini. C'est un monde où les Principes ont la vie dure.

Ceci dit, on sent poindre une légère irritation chez L. Monnerat :)

Publié par fingers le 9 juillet 2005 à 11:46

Publié par X. le 9 juillet 2005 à 12:03

Encore une preuve que la presse européenne est en majorité gauchiste. Influence politique ou réelle conviction? Des gens convaincus se tournent-ils vers cette profession ou sont-ils mis en place?

Cet édito ne peut que susciter de l'indignation. Outre le discours relaticement anarchiste avec des explications surréalistes et simplistes, il faut noter que ce monsieur attribue aux terroriste "beaucoup de force morale et de courage politique". C'est presque de l'admiration, c'est presque de la propagande subversive. A lalimite on pourrait se dire que si le nombre de victimes avait été moindre, cela aurait pu passer pour un appel au secours de la part des poseurs de bombes.
Personnellement je pense qu'il faut fermer le clapet à ce genre d'individu antisocial.

Publié par Ares le 9 juillet 2005 à 12:09

Oui, une légère irritation m'a animé hier en lisant cet éditorial :), mais aussi une véritable consternation. Je ne crois pas en revanche que "fermer le clapet" soit une solution, parce que même un Poget peut avoir raison de temps en temps, et qu'écouter uniquement ceux dont on partage l'avis est très rapidement contre-productif.

Publié par Ludovic Monnerat le 9 juillet 2005 à 12:19

Pour Ares:

Si on devait "fermer le clapet" de tous les gens dont les idées, propos, idéologies, comportements, religions......nous dérangent, il ne resterait plus grand monde autour de nous. La société deviendrait fasciste mais surtout ennuyeuse.

Vouloir faire taire ceux qui nous dérangent est d'ailleurs une preuve de faiblesse, de peur de l'autre. Lorsque l'on se sent fort, que l'on est fort, on n'a pas peur des idées différentes, ni de « l'étranger ».

Lorsque je lis que tous les hommes de gauche sont néfastes ou que tous les Musulmans (mêmes modérés) sont dangereux, je me dis qu'il faut vraiment être paniqué pour tenir de tels propos. Relire les posts de Ludovic sur le combat des idées. Mon meilleur professeur en Sciences Po, il y a bien longtemps déjà , était un marxiste convaincu et militant, Juif mais très proche de l'OLP!en totale contradiction avec mes idées. Mais il m'a appris la chose la plus importante pour l'universitaire et, plus tard, pour l'homme de terrain que je suis : on ne vainc pas l'ennemi uniquement en le combattant par les armes mais en imposant ses idées par le dialogue, la conviction, l'argumentation. La victoire vient toujours, au-delà de l'usage des armes, par la propagation des idées (Relire LM).

L'ostracisme, le racisme, le refus de dialogue n'expriment qu'une grande peur de l'autre, un repli sur soi, un manque flagrant de confiance en soi et en ses idées.

Ceci me rappelle un texte à méditer qui tente à démontrer que contre toutes les formes de fascismes nous devons être solidaires :

Quand ils sont venus chercher..., je n'ai rien dit !
Martin Niemöller (1892-1984) à Dachau

Quand ils sont venus
chercher les communistes,
je n'ai rien dit :
je n'étais pas communiste.

Quand ils sont venus
chercher les syndicalistes,
je n'ai rien dit :
je n'étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus
chercher les juifs,
je n'ai rien dit :
je n'étais pas juif.

Quand ils sont venus
chercher les catholiques,
je n'ai rien dit :
je n'étais pas catholique.

Puis ils sont venus me chercher
et il ne restait plus personne
pour protester.

Il ne sert à rien d'écarter de votre chemin ceux qui ne pensent pas comme vous : à terme vous serez tout seul !

B.

Publié par B. le 9 juillet 2005 à 14:08

Pour Ludovic:

Premier constat après le blast de Londres:

Comme après Madrid, beaucoup d'émotionnel, beaucoup de politique, beaucoup de mots, de promesses, de grandes déclarations....

Les déclarations gouvernementales se sont succédées, l'OTAN a pris position, alors on se dit : bien, ils ont compris, les choses vont bouger. Et quelques heures passent, on fait le point, on réunit les responsables des services policiers, des services de renseignement, les responsables ministériels en charge de la sécurité. Et on se rend vite compte que, non, ils n'ont rien compris. Que non les budgets ne seront pas augmentés. Que oui les hommes et femmes de terrain sont responsables de n'avoir rien vu. Que d'ailleurs ils devraient apprendre à travailler encore plus avec toujours moins d'hommes, moins de matériel et des lois de plus en plus contraignantes!

Et au bout du compte : combien de morts!..combien de morts vais-je encore devoir compter. Combien de fois encore vais-je devoir avertir des risques et menaces sans être entendu ?

Amertume est le mot !

Désespoir en est un autre !

Responsabilité !

Responsabilité, car indépendamment de l'impéritie de nos politiques, les hommes et femmes de terrain se sentent responsables de ces échecs successifs même si les moyens et l'écoute ne nous sont pas donnés.

Ce combat est difficile, il sera encore très long et il faut absolument soutenir les hommes et femmes qui participent à la sécurité de nos pays au lieu de les utiliser comme fusibles quand les choses vont mal.

B.

Publié par B. le 9 juillet 2005 à 14:32

Faites circuler une pétition avec le texte de Ludovic (avec l'internet c'est facile) à envoyer au journal. Je signerai des deux mains

Publié par al le 9 juillet 2005 à 14:54

Il n'existe plus, à mon avis, de véritable clivage entre la droite et la gauche sur les questions essentielles. La grille politique droite-gauche est désormais insuffisante pour appréhender les défis qui nous attendent.

Ce clivage fonctionne encore certainement à l'échelle locale, mais n'a plus de sens à l'échelle globale. Néanmoins, certains réflêxes perdurent: à gauche, une sorte de délire militantiste tous azimuths, qui d'ailleurs se suffit souvent à lui-même ( il suffit de proférer quelques propos "militants" en public pour enterrer de n'importe quel doute; les "médiatiques" pratiquent cette technique au-delà de toute raison ), à droite, une éspèce de névrose passéiste, archaïsme fantasmatique hors réalité.

L'édito de M. Poget entre dans le cas du militantisme obligatoire ( dès que les questions deviennent trop complexes et demandent d'aller jeter un oeil sur des sentiers non-balisés ): il se contente de répéter ce qu'affirment d'autres, proches de sa sensibilité... même si lui n'en pense pas moins (supposition).
En gros, il noirçit du papier sans trop se prendre la tête dans le but de toucher son salaire.

Publié par fingers le 9 juillet 2005 à 15:06

" Il n'existe plus, à mon avis, de véritable clivage entre la droite et la gauche sur les questions essentielles... fingers "

Merci, enfin on y arrive, on est tous rendus au centre mais en Europe cela semble gênant de l'admettre Au Centre de rien et de tout là est la question, rien quand on compose, tout quand on agit. nous devons être dans le mouvement car on ne parlera plus de retard mais de distance que le temps qui s'accélère ne permettra plus de rattraper.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 9 juillet 2005 à 15:39

Avant, on ne trouvait ce genre d'article que dans la presse gauchiste française, jamais dans la presse suisse !
triste
Schumpeter a dit dans les années 40 que le capitalisme libéral sombrerait un jour surtout à la suite de son autodestruction : les idées antilibérales gagneront le coeur même de nos démocraties, cf la politique menée par Chirak, et la position des affaires étrangères de Suisse

Publié par JPC le 9 juillet 2005 à 15:54

Il n'est certes pas urgent d'empêcher nos Poget de se rendre ridicules, mais il l'est de fermer certains clapets, à Londres comme ici:
www.ajm.ch/#londonistan

Publié par ajm le 9 juillet 2005 à 16:16

"! Un monde trop complexe et trop dense pour être compris au jour le jour peut-il mener à l'obscurantisme ?... "

Définitivement oui, l'histoire ancienne nous le démontre...exemple : l'inquisition. De tout les domaines de nos sociétés c'est l'enseignement qui est le plus archaïque. Je ne renie pas mes professeurs qui étaient remarquables mais l'enveloppe datait de Charlemagne... Nos jeunes pour les plus chanceux utilisent l'ordi. mais de la façon qu'il est utilisé, une bonne dactylo ferait parfaitement l'affaire. Nous cultivons la superficialité alors quand cela devient complexe on se rabat sur le mare de café. Cet exercice que vous nous permettez de faire depuis plusieurs mois nous oblige bien malgré nous à réaliser l'ampleur de la tache. On a envi de crier mais ce serait peine perdu dans ce vide cosmique... il n'y a pas d'échos.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 9 juillet 2005 à 16:16

Je suis toujours surpris de voir ce fantasme (les pauvres qui se rebellent contre nous autres, les riches) revenir dans ce contexte car il ne tient pas plus de dix secondes: les plus acharnés des membres de la nébulleuse qui assassine au nom de l'islam viennent tous de pays riches (Arabie saoudite, Koweit, etc) et ont de très grandes fortunes personnelles et familliales.

Publié par LolZ le 9 juillet 2005 à 16:22

"!Personnellement je pense qu'il faut fermer le clapet à ce genre d'individu antisocial!Ares "

Je pense que personne ici n'a l'idée d'ouvrir un camp et je ne comprend pas que l'on puisse interdire le droit de parole a des révisionnistes et ne pas pouvoir le faire à ce genre d'individu antisocial... Nous devons être tenu responsable de nos écrits et de nos paroles comme de nos gestes. Qu'ils démontrent qu'ils ont raison ( les avocats vont m'aimer ) et le tribunal moderne est une bonne tribune pour faire valoir ses idées. Si je dis à quelqu'un ou même à une Cie qu'ils sont des voleurs, je risque de me retrouver devant le tribunal qui est justement le garant du droit de parole mais pas de ragots infâmes ou de désinformation.

Publié par Yves-Marie SENAMAUD le 9 juillet 2005 à 16:41

"alors que les anciens interprétaient le passage d'une comète ou une pluie de météorites comme un châtiment divin, au lieu de connaître les principes de la physique, ces belles consciences interprètent aujourd'hui un attentat terroriste comme un châtiment céleste, au lieu de connaître les principes de la stratégie."

"même un Poget peut avoir raison de temps en temps, et qu'écouter uniquement ceux dont on partage l'avis est très rapidement contre-productif."

"La grille politique droite-gauche est désormais insuffisante pour appréhender les défis qui nous attendent."

Ludovic a raison : il faut pas négliger l'intérêt paléontologique de ces fossiles vivants, ne serait-ce que pour... montrer le chemin parcouru !

Comme le dit bien l'expression consacrée: même une pendule arrêtée donne l'heure juste deux fois par jour !

Même s'il faut aussi reconnaître avec Fingers la complexité des questions désormais à traiter et partant la totale inadéquation des grilles d'analyse dont sont équipés la plupart de nos journalistes.

Mais, pour reprendre ce que disaient Ares et YMS, il faut pas non plus s'illusionner sur le mal que ces pendules arrêtées peuvent causer (le 20e terroriste présumé du 11/9, on le sait, était dûment abonné au! Monde diplodocus !), d'où l'importance de leur apporter la contradiction et de ne pas leur laisser le monopole de la parole légitime !

Publié par jc durbant le 9 juillet 2005 à 23:05

PS: Peut-être, comme le notait très justement Bruckner ce matin dans un entretien au Figaro, faut-il aussi s'inquiéter quand les réflexes expiatoires de la vulgate gauchiste contaminent des journaux populaires comme le ! Parisien !

"Pas forcément tributaire de clichés gauchistes, Le Parisien titrait significativement, dans son édition d'hier : «Al-Qaida punit Londres» ! Comme si l'Internationale de l'épouvante dirigée par Ben Laden pouvait être comparée à un maître d'école qui taperait sur les doigts des mauvais élèves, qui ont la mauvaise idée de s'engager aux côtés des Américains."

Sans parler, au niveau des autorités, cette!

"Etrange schizophrénie française : d'un côté, les services secrets français coopèrent à un très haut degré d'efficacité avec le FBI ou la CIA, et la France se distingue pour la grande qualité de son renseignement ; de l'autre, nous avons tendance à faire entendre un discours officiel dont les maîtres mots sont «tolérance» et «dialogue», une sorte de vaste rhétorique de l' «apaisement» qui, pour un peu, finirait par nous persuader nous-mêmes que nous n'avons aucun ennemi - seulement des «défis» - et que, contrairement aux Américains, nous n'avons aucune raison de voir dans le terrorisme une adversité radicale et inquiétante."

Pascal Bruckner : «Gare à la rhétorique de l'«apaisement !»
Le Figaro, 09 juillet 2005
http://www.lefigaro.fr/cgi/edition/genimprime?cle=20050709.FIG0150

Publié par jc durbant le 10 juillet 2005 à 0:15

Apaisement dégoulinant vous dites?

Que dire de la déclaration de Blair (ipse) qui crée un lien entre la "situation du proche orient" (Israël?) et la barbarie qui s'est déchainée à Londre?

Il ne pense pas que les attentats soient le résultat de l'engagement Britanique en Irak (moi non plus d'ailleurs), mais il voit un rapport avec une "pauvreté extrème et écoeurante" (mise sur le même plan dans la même phrase que "l'extrémisme ou le fanatisme" qui sembleraient naitre de cette pauvreté), refrain d'Indimedia!

samedi 9 juillet 2005, 14h41
Blair: "il faut s'attaquer aux questions profondes du terrorisme"
http://fr.news.yahoo.com/050709/202/4huyr.html


et encore

LONDRES (AP) - Deux jours après les attentats de Londres, le Premier ministre britannique Tony Blair a estimé samedi qu'il était crucial de s'attaquer aux "racines profondes" du terrorisme, notamment l'absence de démocratie et le conflit au Proche-Orient.

http://fr.news.yahoo.com/050709/5/4huz5.html

Deux non sens complets, car ces terroristes ne veulent ni la démocratie ni une solution du "conflit du moyen orient" (façon pudique pour indiquer l'existence d'Israël), ces terroristes veulent la charia et anéantissement d'Israël, comme le Hamas ou le Hezballah.

Israël serait aussi pour M. Blair la cause du terrorisme comme veulent le faire croire les islamistes pour cacher leur jihad contre "Croisés et Juifs"?

Israël comme la Tchécoslovaquie, Blair comme Chamberlain?

Hélas ce genre de déclaration cautionne et légitimise le terrorisme, Blair altermondiste?

Churchill doit être en train de vomir ("we shall never surrender") en voyant Blair expliquer le nazisme par la défaite de 1918, et Al Qaida par la défaite du projet de nettoyage éthnique du Mufti Housseini.

Blair ministre de l'Islamistan Britanique?

Publié par Mikhaël le 10 juillet 2005 à 9:01

Analyse de Blair qui ressemble à celle de Ben Laden:

"Dans une vidéo diffusée en octobre 2001 par la chaîne de télévision Al-Jazira du Qatar, le chef d'Al-Qaïda avait déclaré: «Je jure par Dieu que l'Amérique ne connaîtra plus jamais la sécurité avant que la Palestine ne la connaisse et avant que toutes les armées occidentales athées ne quittent la terre des lieux saints»."

et ses complices en rajoutent:
" Pour leur part, les «Brigades Abou Hafs al-Masri», qui se félicitent de la «louable conquête» de Londres, promettent de nouvelles attaques «dans les prochains jours», dans leur communiqué.

«Nous annonçons que les prochains jours seront marqués par les plus grandes manifestations du jihad (la guerre sainte) contre ceux qui ont déclaré la guerre à l'islam et aux musulmans», lit-on dans le texte, intitulé «Conquête de Londres - Processus de la guerre sanglante contre les Croisés».

«Nous ne nous calmerons que lorsque la sécurité sera une réalité en terre d'islam et pour les musulmans en Irak, en Afghanistan et en Palestine», avertit le groupe, reprenant des propos tenus par Oussama ben Laden."


http://www.lefigaro.fr/europe/20050709.FIG0195.html?125805


M. Blair comme M. Chirac?

Publié par Mikhaël le 10 juillet 2005 à 9:30

Pour Mikhaël

Ne pas se tromper de cible. Blair, son pays et ses services sont parmi ceux qui travaillent le plus pour tenter de contrer le terrorisme. Le Londonistan a été créé bien avant Blair.

Quant à travailler sur la démocratie au Machrek et au Maghreb, c'est exactement ce qu'il faut faire et c'est ce que les neo-conservateur US tentent de faire.

Cela ne veut pas dire que c'est la solution à l'ensemble des problèmes, mais c'est une partie de la solution. Bien évidemment les salafistes et les wahhabistes ne recherchent ni la démocratie ni la pacification du conflit israélo-palestinien.

C'est bien pour cela que nous devons y oeuvrer, c'est bien pour cela que je regrette que l'Europe ne se soit pas associé au projet neo-conservateur américain. Eux ont encore des projets, une philosophie de l'action. L'europe, comme vous le dites si bien, est devenue l'Europe de Chamberlain.

Mais non, Blair n'est pas le nouveau Chamberlain. Blair est l'un des rares à encore essayer de bouger. Ne pas se tromper de cible, au risque de ne trouver plus aucun homme politique prêt à prendre des risques.

B.

Publié par B. le 10 juillet 2005 à 12:08

Pour B.


""Ce que nous savons maintenant et que nous ne savions pas auparavant, c'est que quand il y a de l'extrémisme, du fanatisme, ou une pauvreté écoeurante et extrême sur un continent, les conséquences ne restent pas confinées à ce continent", a expliqué M. Blair. "Elles se répandent à travers le monde"."

http://fr.news.yahoo.com/050709/202/4huyr.html

Cette pseudo-analyse justifie le terrorisme islamiste, cette déclaration effectue un amalgame digne des Tareq Ramadan et autres officines du genre.

Al Qaida, le Hamas, Ansar al-islam, FIS et GIA (tous plus ou moins fils spirituels de ibn Tamya via al-Bana et ses "frères musulmans), Hezballah et les autres islamistes portent le jihad dans le monde avec le seul but de le subjuguer, le conquérir et y établir l'"ordre islamique" (comme titraient les médias à propos de Falloujah). Voir entre autres la charte du Hamas.

Ces terroristes n'ont aucun égard ni pour la vie ni pour la pauvreté, la preuve en sont les régimes meurtriers qui s'installent dès leur accession au pouvoir (Afghanistan, Iran, Falloujah, Soudan etc), où une aristocratie religieuse aussi sanguinaire qu'avide et qu'incompétante s'installe et écrase toute légitime aspiration.

Leur but unique est la domination.

Le régime islamique soudanais en est un cas de figure: 200 000 tués au Darfour, 2 000 000 réfugiés, un nettoyage éthnique assorti de viols (tournantes?) collectifs a fin de "repeuplement", sans oublier la guerre de répression contre le sud "infidèle", guerre qui dura 20 ans avec là aussi des centaines de milliers de morts et en corollaire la TRAITE DES ESCALVES NOIRS au XX siècle.

Tout lien entre le terrorisme islamique et la pauvreté est résultat d'une opération de désinformation, une intox digne de la vieille ligne soviétique, reprise par les islamistes, retransmise par les médias inféodés à Eurabia (voir aussi Euromed) et avalée telle quelle par les alter-idiots orphelins des prêts à penser de la guerre froide.

Que des dirigeants européens reprennent ces tirades islamistes témoigne du niveau où ils sont tombés.
C'est à bien y penser le même groupe qui voulait nous faire signé le transfert définitif du pouvoir (Traité Constitutionnel) aux mains d'une commission européenne, ni voté ni controlable. La fin de la démocratie en faveur d'une aristocratie constitué par les "élites" cooptées.


Publié par Mikhaël le 10 juillet 2005 à 13:04

A l'édito de 24 Heures, j'ai préféré celui de Pierre Veya dans "Le Temps" du 8 juillet:

(...)
"En s'attaquant hier à Londres, au moment où les dirigeants du G8 sont réunis en Ecosse, en mettant à exécution une menace proférée au lendemain du 11 septembre 2001, ils cherchent à ébranler les démocraties par l'usage de la violence aveugle. Et sans doute espèrent-ils installer le doute parmi les nations qui refusent de plier devant la barbarie et intimider la communauté internationale. Ils invoquent l'Irak et l'Afghanistan mais ce ne sont que des prétextes commodes.

(...)
"Mais rien, vraiment rien, ne peut excuser, et encore moins justifier, de tels actes de barbarie qui défient les démocraties et menacent la liberté. Si elles sont fragiles et vulnérables, elles puisent leurs forces dans le refus de tout compromis face à la tyrannie des assassinats."

fin de citation.

J'avoue volontiers que cet édito m'a réconcilié (temporairement?) avec Le Temps. Bon, ca démontre au moins que le ton et le contenu ne sont pas toujours homogènes dans la presse romande et cela me réjouit.

Publié par Bernard le 10 juillet 2005 à 13:53


Justifying future attacks

European self-deception lays ground for future strikes


The Islamic and Arab nations are overjoyed because the time has come to exact revenge on the British "Jewish crusader" government - these are the words that open al-Qaeda's claim of responsibility for the July 7 attacks in London.


However, despite the terrorist organization's explicit announcement, and despite the slaughter caused by the bombs detonated by the group in the name of and for the sake of Islam, the so-called "progressive" public opinion in Britain has invested in the past 24 hours immense efforts in a bid to repress, blur, and cover up the connection between the terror attacks and radical Islam.


London Blasts
The writing on the wall / By Sever Plocker
Europe turns blind eye, deaf ear to terror threat, Sever Plocker writes
Full Story
A senior London police official has been quoted in length after baselessly claiming that the words "Islam" and "terrorism" do not go together.


The daily Guardian published an article by Muslim publicist Faisal Bodi, who charged that "the fury generated by Tony Blair's decision to coat-tail George Bush into what only the blind still call a justified war has put us all in the firing line."


Meanwhile, senior Labor party figure David Clark argued that "the political dimensions of this problem mean that there can be no hope of defeating terrorism until we are ready to take legitimate Arab grievances seriously! it is obvious that we care so little for Arabs living in Palestine."


Similarly spirited opinion pieces, analyses, and headlines are flooding the British media.


This bad wind has made its way to the office of British Prime Minister Tony Blair, the most serious statesman in the world today, who told BBC the underlying causes of terrorism must be "pulled up by the roots." The root causes, according to Blair, include poverty and the Middle-East conflict.


With all due respect, Britain's prime minister got it wrong, as did the analysts who are already pointing their finger not only at the terrorists, but also at President Bush, Israel, "the rich," and the West itself, thus absolving the terrorists of their crime.


Terror must be eliminated mercilessly


The attempt to bury reality as it is under heaps of empty words is futile. The following truths are obvious to any intelligent person examining the 21st century's terror waves:


Firstly, this is Muslim terrorism. Not anarchist, not Zionist, and not neoconservative. This terror comes from Islam's zealots, who believe in the need to initiate a global jihad at this time against the infidels, the Jews, the "Christian crusaders," and moderate Muslims.


Secondly, this terror comes from wealthy, educated Muslims, not poor, mindless ones.


Islamic countries are flooded with hundreds of billions of dollars they received from selling high-priced oil. The terrorists who planned and perpetrated the terror attacks in New York and Madrid were established individuals who spoke foreign languages and were familiar with technology.


This is also the socioeconomic profile of Hamas and Hizbullah leaders.


There is no connection, even not a slight one, between the war on poverty and the war on terror.


Thirdly, the jihadists initiated a terror war against the West because it is the West, and not in order to "advance" the Israeli-Palestinian conflict's resolution or push the United States to pull its forces out of Iraq.


Their one and only motive was, and still is, to undermine the basis of the despised Western culture and expose it as weak.


Sowing destruction for the purpose of sowing destruction.


Therefore, al-Qaeda's terror would not have ended - indeed, it would have only intensified - had the U.S. reacted to terror attacks by removing its forces from Iraq, while Israel withdrew to the Green Line.


The jihadists are aiming for something else, much larger: They wish to establish a new world order premised on radical Islamic doctrine.


Fourthly, there is only one way to fight terror: Fight it. Hit it. Eliminate it mercilessly.


The war on terrorism must be total, until victory is achieved and the enemy surrenders.


Any compromise with Islamic terrorism, any attempt to understand it - that is, to forgive it, at least partially, means continuing on the slippery slope Winston Churchill warned of in June of 1940 when he refused to open negotiations with Hitler.


Shortly after the mass terror acts, and even before all the victims have been identified, the self-deception machine sprung into action in Britain and across Europe.


The shifting of blame from the murderers to others has already begun. This is how the ground is laid for the next terror attacks

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3110491,00.html


M. Chamberlain I presume?

Publié par Mikhaël le 10 juillet 2005 à 13:53

D'accord avec Mickael que Blair et Bush tiennent parfois des discours-limite qui reprennent ou semblent reprendre la FAUSSE argumentation des terroristes (peut-être ne sont-ils pas bien clairs dans leurs têtes ou, après tous les coups qu'ils continuent à se prendre, de tels signes de faiblesse ne seraient-ils pas prévisibles et donc compréhensibles ?).

Comme le rappelle Bruckner, il y a (aussi), dans le terrorisme, une dimension de nihilisme pur et donc d'irrationalité (qui croit réellement à un califat mondial ou au retour de l'Andalousie dans le giron de l'islam ?), mais aussi une bonne connaissance des faiblesses de l'Occident qui leur permet d'utiliser tous les prétextes (la misère, Israël) pour se justifier.

Mais l'important n'est-il pas que, pour l'essentiel, Bush et Blair gardent les bons réflexes ? Et notamment dans leur conviction que, à côté de la lutte implacable contre les terroristes, c'est à travers l'imposition de la démocratie et du marché à ces foyers d'infection terroriste que sont pour la plupart les pays musulmans, qu'on pourra (commencer à ) priver les terroristes de leurs publics captifs d'illetrés et de sous-développés (et peut-être, avec un peu de chance, les sous-développés idéologiques du Monde diplodocus et autres feuilles paroissiales des orphelins du stalinisme et du tiers-mondisme ?) mais aussi de tous ces despotes corrompus qui bloquent toute issue vers le développement et hors de la pauvreté et, tout en finançant en sous-main le terrorisme, se servent, comme les terroristes, de cette misère (en en rejetant la responsabilité sur l'Occident et Israël) comme prétexte pour se maintenir au pouvoir ?

Tout en sachant que c'est justement cette démocratie et ce développement par le marché que les terroristes détestent et appréhendent le plus car ils savent qu'à terme, ils signifient leur élimination et donc que, loin de faire diminuer le terrorisme DANS UN PREMIER TEMPS, une telle approche devrait logiquement au contraire l'aggraver et l'intensifier du fait de cette course-vitesse dans laquelle sont engagés les deux camps, les terroristes sachant bien qu'ils leur reste (relativement) peu de temps pour enrayer cette issue qui devrait à terme leur être fatale.


Bruckner :

"Avons-nous tort de vouloir comprendre le terrorisme ?


Plus exactement : de vouloir le comprendre dans le seul cadre de notre rationalité, ce qui aboutit immanquablement à l'illusion qu'on pourra combattre le terrorisme avec la mise en place d'un «nouvel ordre international» multipolaire. Bien entendu, il importe, comme le G 8 en manifeste ces jours-ci, la détermination de combattre la malnutrition et la misère. Mais le terrorisme échappe à ces parades rationnelles. La violence pure est sa loi. Il est «sans pourquoi». Pour comprendre sans hémiplégie ce phénomène, il faut garder à l'esprit son caractère foncièrement nihiliste et destructif. En succombant à la tentation d' «accuser d'abord l'Amérique», selon la formule de Michaël Walzer, une partie de l'opinion ouest-européenne croit se défausser à peu de frais de ses crimes passés sur l'impérialisme yankee. Ce faisant, elle glisse vers des modes de raisonnement qui sont ceux d'un pays du tiers-monde. Comme si notre fameuse «politique arabe» nous protégeait de l'hostilité déchaînée que les djihadistes vouent à la démocratie en tant que telle !
Les derniers brandons du tiers-mondisme se consument dans l'islamo-progressisme, théorisé par un certain nombre de philosophes musulmans auteurs de synthèses entre le marxisme et un islam présenté comme la religion des déshérités et comme une «alternative» au libéralisme planétaire. On retrouve aujourd'hui ce type de synthèses dans le Monde diplomatique et, plus largement, chez tous ceux qui, en France, ont milité pour le croisement du Forum social européen avec des intellectuels prônant une conception rétrograde de l'islam. Bien sûr, ces personnes estiment que le terrorisme est condamnable, mais comme l' emballement ou l' excès ponctuel d'une cause par ailleurs immaculée. Face à ce type de régressions intellectuelles, je me demande parfois si une partie de la gauche n'a pas évacué la critique du totalitarisme. "

http://www.lefigaro.fr/cgi/edition/genimprime?cle=20050709.FIG0150

Publié par jc durbant le 10 juillet 2005 à 15:02

Pour Mikhaël:

"Tout lien entre le terrorisme islamique et la pauvreté est résultat d'une opération de désinformation, une intox digne de la vieille ligne soviétique, reprise par les islamistes, retransmise par les médias inféodés à Eurabia (voir aussi Euromed) et avalée telle quelle par les alter-idiots orphelins des prêts à penser de la guerre froide."

Bien entendu que la pauvreté n'est pas la base idéologique qui sous tend le salafisme. Mais les terroristes s'appuient sur la pauvreté pour justifier leurs actes. Améliorer le bien être et développer la démocratie est une manière de contrer le terrorisme; de le couper de ses arguments....c'est une partie de notre travail que l'on appelle le "contre-terrorisme".

Il faut arrêter de voir le monde en blanc ou noir...le monde est gris. Le monde n'est pas binaire, il est multiple. Quand Blair parle comme il le fait, c'est pour son opinion publique. Mais derrière, les ordres donnés sont clairs: la chasse au terrorisme.

Comme je dis toujours aux jeunes: apprenez à regarder derrière l'image. Ne réagissez pas au premier degré...ayez l'intelligence du joueur d'échec...

Savoir reconnaître ses alliés derrières les masques de la "Comedia del arte" c'est déjà comprendre le monde dans lequel vous vivez. Je vis dans les coulisses depuis près de vingt ans, je sais de quoi je parle ;-)))

Amicalement

B.

Publié par B. le 10 juillet 2005 à 15:20

Pour B.

Le fait même d'utiliser les même arguments que les terroristes les justifie aux yeux de l'opinion publique qui, tiens comme par azard, votera pour des politiciens (voir Espagne) qui iront dans le sens du poil (de la barbe?).

En approfondissant les justifications la "pauvreté" ne fait pas parti du vocabulaire islamiste, donc de la part de Blair l'introduire dans la même phrase que "fanatisme et fanatisme" me semble sinon imprudent (M. Blair sait ce qu'il dit) sûrement contreproductif sur le long terme, justifier le terrorisme et aller dans le sens du poil de la barbe du Londistan.

A vous de choisir si faire sauter le métro est noir ou blanc, sûrement y meler la pauvreté rend le tout encore moins compréhensible aux électeurs, déjà pas gâtés par ce qu'on leur propose comme interpretation du monde.

Est-ce que M. Blair craint une réaction populaire à l'encontre du Londistan qui constitue 1 sur 7 des habitants, et combien sont parmi ses électeurs? Des bas calculs politiciens ont déjà causé pas mal de contradictions dans l'interprétation des faits ces dernier temps. Je me souviens encore avec dégout le volte face de l'establishment français au surlendemain du 11-9. Le soir même une analyse réaliste des évènements, les filière, les antécédents, une série d'attentats qui commence avec le feu Arafat (face au cadavre duquel Chirac s'est incliné au nom de tout les Français) qui dértourne et fait exploser des avions, aux meurtres des jeux olympique de Munich ... la totale, pour en revenir comme Blair à de "subtiles analyses" craignant que disant la vérité les Français voteraient pour lepen.

Pour terminer, le "moyen orient" c'est à dire l'héritage ligué au monde par la lignée Mufti Housseini (l'ami d'hitler)-Arafat-Kominform.

Ici Blair et les altermondistes font le jeux des terroristes et jette de l'essence sur le feux de la "sensibilité exacerbée" de certains milieux et justifient le meutre de citoyens, contribuables et électeurs.

Sans rien dire des attentats de marque al qaida contre les kurdes et les chiites, ni des massacres islamistes en afrique au Darfour ou contre les Chrétiens du sud du Soudan, survolant bien sûr sur les attentats de Bali (les discos).

Si demain le Royaume Uni se jettera dans les bras d'un politicien qui pronera l'apeasement envers le terrorisme comme le fit Chamberlain on le devra aussi en partie à des déclarations comme celle faite par M. Blair.


Publié par Mikhaël le 10 juillet 2005 à 15:57

Analyse intéressante de Roy qui confirme que, pour les terroristes, les conflits en Palestine ou en Irak ne sont guère plus que des prétextes.

Même si, comme d'habitude, il refuse la dimension militaire (l'Irak), comme si on pouvait tout réduire à de simples opérations de police !

"Il y a toutes les chances pour que les auteurs appartiennent à la même catégorie que les membres de tous les réseaux démantelés ces derniers temps en Europe : les "déterritorialisés". Ce sont des nomades, des produits de la globalisation, des individus qui se sont radicalisés politiquement et religieusement dans un autre pays que celui dont ils sont originaires, surtout en Europe. "

"Ils n'ont pas d'attrait pour les luttes de libération nationale et l'instauration d'un Etat islamique. Ce sont des internationalistes, à l'image de -Oussama- Ben Laden. Celui-ci n'a pas commencé sa carrière en tentant de renverser la monarchie saoudienne, mais en partant en Afghanistan, premier champ de bataille du djihad. L'illustration en est qu'Al-Qaida est très peu intervenue directement sur le terrain palestinien et qu'aucun Palestinien n'a jamais été actif au sein d'Al-Qaida."

"Avec le 11 septembre, les Britanniques se sont rendu compte que le phénomène de radicalisation n'était pas le fait d'une diaspora, d'exilés percevant la Grande-Bretagne comme une terre de repli, mais qu'il impliquait de jeunes musulmans britanniques. La conclusion s'impose : l'Europe est devenue un lieu de radicalisation islamique, qui n'est pas la simple conséquence de l'importation des conflits du Moyen-Orient. Le cas typique est celui du meurtrier de Théo Van Gogh aux Pays-Bas. Il n'avait aucune revendication sur la Palestine ou l'Irak. Il n'a parlé que de l'islam."

"Ceux qui partent en Irak ne suivent pas une stratégie politique et n'aspirent pas à défendre la cause du peuple irakien. Ils ne vont pas créer de mouvement de soutien politique au peuple irakien en Occident ni des ONG islamiques pour aider les civils "

Ils partent là -bas pour casser de l'Américain. Leurs frères ne sont pas les Irakiens, mais les autres volontaires internationalistes.

,
"L'Europe est devenue un lieu de radicalisation islamique"
Olivier Roy,
LE MONDE | 08.07.05 |

http://lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0@2-3214,50-670761,0.html

Publié par jc durbant le 10 juillet 2005 à 17:45

Morceaux choisis de la revue de presse du Couriier international

qui nous change un peu des... mièvreries tendencieuses du Monde diplodocus !

"L'Intifada a atteint l'Europe" ...

C'est exactement ce que j'ai pensé il y a quelques semaines en voyant l'explosion d'un bus new-yorkais dans le film de Pollack ("The Interpreter") : et si ce que
subissent les Israéliens depuis toutes ces années s'installait aussi! chez nous ?

"Bien sûr que les attaques de Londres sont 'barbares'. Mais que dire des civils morts lors de l'invasion anglo-américaine en Irak en 2003, les enfants déchiquetés par
des éclats de bombe, les innombrables Irakiens innocents tués à des check points de l'armée américaine ? Quand ils meurent, il s'agit de 'dégâts collatéraux', mais quand nous nous mourrons, il s'agit de 'terrorisme barbare'."

Et que dire des! 15 000 civils normands lâchement et sauvagement assassinés par les bombes anglo-américaines (déjà !) en! juin 44 ! (sans parler des... viols !)

jc


"Finalement, ils travaillent tous pour Blair. Après le CIO, qui a donné l'organisation des Jeux olympiques de 2012, voici Al-Qaida, qui lui permet de conquérir la sympathie et le soutien de la communauté internationale, ... qui "ne mérite pas autant de faveurs".

"Il faut arrêter le 'politiquement correct'. C'est bien une guerre des civilisations et cela a bien un rapport avec l'islam. On dira ce que l'on voudra mais eux, les
terroristes, sont clairement dans une logique de guerre contre notre civilisation, au nom d'une certaine lecture du Coran qui, ne nous voilons pas la face, est partagée
par une grande majorité des peuples musulmans et par plusieurs Etats reconnus. C'est par l'établissement de la démocratie dans ces pays et par l'éloignement du religieux des centres de pouvoir qu'on luttera contre ce nid du terrorisme, cette zone floue et équivoque où l'on fait une guerre au nom de Dieu."

"il ne faut pas se laisser impressionner par le verbiage des communiqués de revendication. Il ne s'agit pas de punir le gouvernement des `croisés' britanniques pour sa participation aux guerres en Irak et en Afghanistan. Les islamistes ne sont pas motivés par des objectifs séculiers et politiques, ils poursuivent une antique eschatologie de la destruction qui distingue les bons croyants des sous-hommes. Ceux qui nient la vérité d'Allah ne sont pas dignes de vivre : on les convertit, on les soumet ou on les tue. Aussi longtemps que les communautés musulmanes tolèrent l'expansion du terrorisme, le mal continuera."

"Le spectacle continuera tant que nous refuserons d'affronter l'ennemi tel qu'il doit être affronté : avec force. Cela veut dire adopter des mesures exceptionnelles et
reconnaître que nous sommes en état d'urgence ; mieux, en guerre. Le régime de la guerre demande des sacrifices spéciaux, y compris de renoncer à certaines libertés.
La sécurité a un prix. Plus de sécurité veut dire moins de liberté. Je sais qu'il est difficile de digérer certains concepts ; pourtant, il faut se résigner : on ne peut pas
tout avoir. On ne peut pas ouvrir les frontières à n'importe qui ; les immigrés doivent être sélectionnés avec rigueur ; les illégaux doivent être rapatriés. Le
terrorisme vient de l'extérieur. Il vient du Proche-Orient. Les assassins sont des islamistes. Voilà déjà une indication précieuse. Expulsons les plus actifs. Cessons
d'accueillir ceux qui planifient les massacres. A la guerre comme à la guerre. Il est idiot de financer la construction des mosquées ; il faut être bête pour être tolérant envers ceux qui ne le sont pas ; cela n'a pas de sens d'éliminer des lieux publics les symboles de notre civilisation pour ne pas vexer les sentiments de ceux qui appartiennent à une civilisation inférieure. Alors que la bataille fait rage, il faut abattre les ponts de l'amitié avec les peuples d'où proviennent les terroristes."

"en réalité aucun pays d'Europe ne doit se sentir tranquille. Et qu'alors que le projet de l'Union bat de l'aile, nous devons `retrouver l'Europe' autour d'un projet politique et militaire de lutte contre le terrorisme. La défaite de l'Europe n'a pas commencé avec l'échec de la Constitution européenne mais quand l'Union est devenue le talon d'Achille de la lutte contre le terrorisme. Il faut maintenant que l'Europe fasse quelque chose, s'il le faut quelque chose de différent de l'action des Etats-Unis.
Mais quelque chose."

Courrier international - 8 juil. 2005
Le démon de la "guerre des civilisations"

http://www.courrierinternational.com/imprimer.asp?obj_id=53350

Publié par jc durbant le 11 juillet 2005 à 9:56

Intéressante analyse de Géré, même si, en bon Français, il continue à refuser l'intervention irakienne et nous ressort les "atrocités" d'Abou Ghraib et de Guantanamo ("profanation" du Coran comprise !) et n'échappe pas à la
contradiction à quelques phrases de distance :

"une mouvance idéologique qui n'entend RIEN négocier ni RIEN obtenir, sauf une inflexion du cours de l'histoire et une utopique régression vers un idéal mythique
de l'islam."

"Pour tarir, à la source, le recrutement salafiste, on se doit de le priver de TOUT (???) argument."

"Sans doute le salafisme en tant que tel s'en soucie-t-il fort peu, mais il y trouve, là encore, des prétextes utiles pour son recrutement."

Autres morceaux choisis:

"On peut être amené à croire que, se jouant de services de sécurité impuissants, les terroristes sont capables de frapper à leur gré n'importe où et n'importe quand.
C'est bien évidemment le mythe qu'eux-mêmes cherchent à accréditer."

"Or, la réalité est tout autre. Le «succès» de Londres ne doit pas masquer les échecs de nombreuses tentatives déjouées, avec discrétion, par la police et la gendarmerie
à travers l'Europe, en France, en Italie, en Allemagne et déjà auparavant à Londres même."

"chose étonnante au pays de l' habeas corpus, les délais de garde à vue sont devenus illimités dans les affaires de terrorisme. Il n'y a plus de terres d'asile pour les terroristes, du moins en Europe. "

"Le nombre des victimes (très inférieur à celui de Madrid et de New York) n'est pas un coup de chance. C'est le résultat d'une stratégie systématique mise en place
depuis trois ans par le gouvernement britannique "

"une lutte de longue haleine, où la sécurité à 100% n'est pas possible face à un ennemi très dangereux, très déterminé qui, en dépit des coups sévères qu'il a reçus
depuis quatre ans, dispose durablement d'une forte capacité de reconstitution."

"La bannière d'al-Qaida permet aussi à des groupes oscillant entre grand banditisme et terrorisme de reconstituer une légitimité défaillante ou d'acquérir
une dimension qu'ils ne parvenaient pas à atteindre"

Premières leçons de Londres
François Géré
Le Figaro,
11 juillet 2005

http://www.lefigaro.fr/debats/20050711.FIG0356.html?073127

Publié par jc durbant le 11 juillet 2005 à 11:00

Our Arab friends on Jihad-TV

this phenomenon is not connected to a particular religion, country, or culture, but rather it is a phenomenon that is spreading everywhere. There are terrorists in every religion and nationality. Perhaps, by chance, there are Muslims who carry out some of the terrorist operations at this stage, but Jews carried out terrorist operations in the past, and Christians have carried out terrorist operations as well. No religion has a monopoly on terrorism

These groups are not just Muslim. There are many extremist groups. We've all heard of Bader-Meinhof. We've all heard of the Red Brigades, the Red Army, and many other groups. Even if we don't hear about these groups in the media, we can't exclude them. It's possible that these groups operate today under the guise of Al-Qaeda !

7/7/2005
Clip No. 742

Terror in London (1): London Researcher, Azzam Tamimi: There is a Political Context to the London Bombings

The following are excerpts from an interview with Azzam Al-Tamimi, head of the Institute of Islamic Political Thought in London. Al-Majd TV aired this interview on July 7, 2005

Tamimi: In the current circumstances, it's logical to say that the only ones to have an interest in doing something like this are those who are furious because of British policy. By the way, when all this just began, people talked about it as if there was no context to it. The political context is Britain's entanglement in an oppressive and unjust war against the Afghan and Iraqi peoples. The context is Britain's involvement, along with the U.S., in the arrest and persecution of a large group of Muslims. I believe that this context will be taken into consideration starting tomorrow, Allah willing.


7/7/2005
Clip No. 743

Terror in London (2): Editor-in-Chief of Al-Quds Al-Arabi, Abd Al-Bari Atwan: The Explosions a Good Slap for Tony Blair; More Bombings are Possible in Washington and New York

The following are excerpts from an interview with Abd Al-Bari Atwa, editor-in-chief of the London Arab daily Al-Quds Al-Arabi

Atwan: There is no doubt that Tony Blair, the prime minister of Britain, got a good slap from these explosions. Tony Blair was at the height of glory up to the last moments before these explosions. When I say the height of glory, I mean that he succeeded in ensuring that London, the capital of Britain, will host the Olympics, and likewise he was reclining in his seat as the head of the G8 summit. In addition, he began his term as leader of the European Union. Through these achievements, the man wanted to cover up the big failure incurred by the British and American policy in Iraq. These explosions came and blew up everything. They prove that the war Blair and Bush waged against terrorism, on which they have spent about 250 billion dollars, in addition to the killing of some 2000 British soldiers and 100,000 Iraqi citizens - this war up till now has not been successful. If the Al-Qaeda organization is really behind these explosions, this proves that it has reorganized its ranks, succeeded in recruiting new expertise, and reaching the heart of the European capitals - Britain following Madrid, and maybe in the future - (INCH ALLAH !) Washington or New York.

7/7/2005
Clip No. 744

Terror in London (3): Chairman of Egyptian Parliament Foreign Relations Committee, Mustafa Fiqi and Egyptian General Ahmad Abd Al-Halim on Jews, Christians and Other Groups that May Be Responsible

The following are excerpts from an interview with Mustafa Fiqi, chairman, of the Egyptian Parliament foreign affairs committee and with General Ahmad Abd Al-Halim of the Egyptian Council of Foreign Affairs . Channel 1 of the Egyptian TV aired this interview on July 7, 205

Fiqi: Egypt was one of the first countries to call attention to the phenomenon of terrorism in its international form. We said repeatedly, particularly to the British, who were burnt by its fire today - and we are saddened by these bloody events in London. They were always convinced that all those whom we call terrorists are political opposition groups that the Egyptian and other governments in the Middle East were monitoring, and that there is no reason whatsoever to restrict them and that they should be granted the freedom of speech and movement, and work permits. Until they were burnt by its fire, starting with 9/11 and up to now, and they have begun to understand the truth. Now some sense of awareness has begun to emerge in the entire world, that this phenomenon is not connected to a particular religion, country, or culture, but rather it is a phenomenon that is spreading everywhere. There are terrorists in every religion and nationality. Perhaps, by chance, there are Muslims who carry out some of the terrorist operations at this stage, but Jews carried out terrorist operations in the past, and Christians have carried out terrorist operations as well. No religion has a monopoly on terrorism. But we as Arabs and Muslims feel a deep concern about the linkage between terrorism as a phenomenon and Islam as a civilization, history, and culture.

General Abd Al-Halim: These groups, as we said and as was mentioned, are not just Muslim. There are many extremist groups. We've all heard of Bader-Meinhof. We've all heard of the Red Brigades, the Red Army, and many other groups. Even if we don't hear about these groups in the media, we can't exclude them. It's possible that these groups operate today under the guise of Al-Qaeda, and it's attributed to Al-Qaeda, and there is a communiqué saying that Al-Qaeda and so on. These organizations exist in many countries. As we said, we're talking about a decentralized organization and they are operating under the name of... and they publish a communiqué stating that it was Al-Qaeda that carried out this operation.

http://littlegreenfootballs.com/weblog/?entry=16597_Arab_Media_Covers_London_Bombings&only

Publié par jc durbant le 11 juillet 2005 à 15:48

Parfait exemple de complicité médiatique... Voilà un des clapets à fermer selon moi, depuis belle lurette...
Les USA n'ont plus de F117 ou quoi?? :D

Publié par Ares le 11 juillet 2005 à 15:51

"Bush lied, thousands died""

"There will be no effort to punish the states that subsidize al Qaeda. Critics will cling to the myth that the British got what they had coming. The primary obsession of many Westerners will be to extend sensitivity to Islam, not the victims of those who kill in its name."

"the eerie spectacle of imams assuring us that "Islam does not condone such things," even as bin Laden T-shirts and copies of Mein Kampf sell like hot-cakes on the Arab Street".

"theocratic regimes like the Taliban and the Iranian mullocracy blame the West for their own self-inflicted misery and inadequacies. But more often, clever dictators such as a Baathist Saddam, the Saudi Royal family, an Egyptian kleptocracy, or the Pakistani military regime allow Islamicists some rein, if not covert support, to deflect blame from their own failures onto the United States and the "Jews."

"the terrorists and their supporters understand that in a strange way the West is not only split, but also increasingly illiberal as well. It has lost confidence in its old commitment to rationalism, free speech and empiricism, and now embraces the deductive near-religious doctrines of moral equivalence and utopian pacifism."

July 11, 2005
How to Lose a War
by Victor Davis Hanson
National Post

http://victorhanson.com/articles/hanson071105.html

Publié par jc durbant le 11 juillet 2005 à 16:02

On devrait peut étre rappeller qu'il y a vraiment un pays en Europe qui vraiment maltraité ces musulmans et que celui n'a pas subit de "represailles" de ce type dans sa capitale, je veus parlet bien entendu de la Serbie. Les guerres en Ex Yougoslavie ont rivalisé en horreur avec les massacres d'Afrique.

Publié par Frédéric le 11 juillet 2005 à 21:00

Peut-être que les poseurs de bombes ont eu peur des conséquences sur leurs familles et autres fidèles... Comme quoi la terreur fonctionne dans les deux sens...

Publié par Ares le 11 juillet 2005 à 22:43

Au tour de Chabout de... "blâmer la victime" ! (tout en feignant de s'apitoyer sur elle ? - cf. le couplet bien-pensant à la fin sur la "solidarité" et la référence à la phrase de Donne)

"La guerre en Irak a relancé la logique du combat total contre l'Occident. Zarkaoui a décidé de montrer un visage autre que celui de guerrier sanglant en donnant une dimension religieuse à son discours. Du coup, il devient un modèle pour des djihadistes qui rêvent de faire en faire en Europe ce que lui accomplit en Irak."

Comme Zarkaoui profite de faire en Irak ce qu'il sait qu'il ne peut pas faire en Occident !

L'Irak permettant ainsi, selon la théorie du papier attrape-mouche, de "fixer" les terroristes qui seraient autrement tentés de continuer leur 11/9 et 11/3 en Occident !

Mais là ,c'est la faute à l'intervention en Irak ou à ... l'aide française à l'Algérie ... ?

"Le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) a demandé l'aide de Zarkaoui. Ils lui ont suggéré d'enlever des Français afin d'obtenir la libération d'un de leurs émirs, "Abderrezak le para".

"pour financer leur cause et lui donner une dimension internationale ils s'en sont pris à des touristes européens, ...ils s'inscrivent dans le djihad mondial.

"Mais il faut bien comprendre que ce qui concerne les Anglais nous concerne aussi directement. On est dans une logique de solidarité totale. Le poète anglais John Donne a écrit : "La mort de tout homme me diminue parce que je suis solidaire du genre humain."

Entretien avec Christophe Chaboud, chef de l'Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat)."

"L'Irak a relancé la logique du combat total contre l'Occident"
LE MONDE | 11.07.05 |

http://lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0@2-669420,50-671463,0.html

Publié par jc durbant le 11 juillet 2005 à 23:09

"Les USA n'ont plus de F117 ou quoi ??"

Yes, as Taheri says, ... just bomb the manufacturers !

"The only reasonable way to treat such individuals is as a new form of weaponry. Just like all other weapons that impress when first introduced, these suicide-killers will
continue to terrorize and fascinate until we find an antidote."

"like all other arms, this new weapon is designed by some people, financed by investors, manufactured somewhere, and deployed by leaders who can be identified and destroyed."

"If the suicide-terrorists were weapons made of metals the victims would certainly react by trying to bomb places where they were manufactured, but because these
weapons are made of human flesh, the assumption is that they cannot be traced back to any specific locality."

"These human weapons are designed and shaped by a constant flow of anti-Western propaganda from Arab satellite television, the so-called Islamic associations, and
countless madrassas (Islamic schools) and mosques throughout the world, including London itself. The root cause of the tragedy is a discourse that divided mankind into the believers and "the infidels", inciting hatred among followers of different faiths. This discourse is based upon a litany of woes about the "Cross-worshippers" and the
"plotting Jews" who supposedly want to destroy Islam."

"Last year a petition signed by some 4000 Muslim intellectuals called on the international community to take action against the self-styled "sheikhs" who incite
Muslims to murder and terror. The petition was addressed to Kofi Annan, the United Nations'' Secretary General, in the hope that it would be placed on the agenda of the
General Assembly for a proper debate. It took Mr. Annan seven months to acknowledge the receipt of the petition, and even then only through a spokesman."

"The attacks on the United States, Spain and now London, over the past three years have claimed almost 4000 lives. However, the suicide-killers and their allies are responsible for the death of almost half a million Muslims in Algeria, Egypt, Turkey, Iraq, Saudi Arabia, Pakistan and Afghanistan, among others, during the past two decades. As the principal victims of this ideology of murder and death, Muslims have
a moral, indeed a religious duty, to isolate, expose and oppose the ideologues who propagate terrorism in the name of faith."

"The London attack, or "ghazva" (raid), was not only the work of the few individuals who carried it out. It was the bitter fruit of a faith that has been hijacked by a minority
of extremists while the majority of its adepts watch with a mixture of awe and unease. Unless we hear Muslim voices condemning such attacks without any "ifs" or "buts", the would-be suicide-killer would have every reason to assume that he enjoys at least the tacit support of all Muslims. The real fight against this enemy of humanity would start only when the so-called "silent majority" in Islam speaks out against these murderers and those who brainwash, train, finance, and deploy them."


The Hijacking of Islam...Who can save it now?
Saturday 09 July 2005
http://www.asharqalawsat.com/english/news.asp?section=2&id=747

Publié par jc durbant le 11 juillet 2005 à 23:30

Cherchez l'erreur !

"The whole 'mission' is starting to feel like Peace Corps work, albeit you still have to be well armed. I am a political left-winger on most things, but on the Middle East business I think we are doing the right thing, mainly because that's what all these Iraqi civilians kept telling me. Not sure why you don't hear that kind of stuff on the media, except that most civilians there would consider it suicide to say good things about Americans on-camera."

Psychiatrist Graham W. Hoffman '78 (left, serving as medic on a civil-affairs patrol to renovate six schools near Samarra) joined the Army Reserve after September 11 and has completed his second tour in Iraq

Foreign Service,
Harvard Magazine
Jul-Aug. 2005

http://www.harvardmagazine.com/on-line/070529.html

Publié par jc durbant le 12 juillet 2005 à 6:44

Turn against Bush & Blair, and the pain will stop

"Bin Laden's whole game plan is to turn the people of the democratic world against their governments. He thinks democracies are weak because their people, who are more easily frightened than their governments, can bring those governments down. He doesn't understand that this flexibility-and this trust-are why democracies will live, while he will die. Many of us didn't vote for Bush's government or Blair's. But we're loyal to them, in part because we were given a voice in choosing them. And if we don't like our governments, we can vote them out. We can't vote out terrorists. We can only kill them."

"Bin Laden even cited "opinion polls, which indicate that most European peoples want peace."

People Power
The terrorist plot to destroy democracy from within.
William Saletan
Slate
Friday, July 8, 2005

http://slate.msn.com/id/2122246/

Publié par jc durbant le 12 juillet 2005 à 7:21

Par pitié, pour les non anglophones, mettez un petit résumé ;)

Publié par Frédéric le 12 juillet 2005 à 13:04

Mais d'où proviennent tous ces intéressants articles???

Au fait, l'idée du code à ajouter est excellente !!

Publié par Ares le 12 juillet 2005 à 14:02

Désolé:je pensais qu'à peu près tout le monde ici lisait l'anglais ...

Publié par jc durbant le 12 juillet 2005 à 18:01

Je n'ai qu'un BEP ;) Et mon anglais est vraiment plus que basique.

Publié par Frédéric le 15 juillet 2005 à 15:10

Bonjour,

Ne croyez pas tout ce qu'on dit à la TV. N'attendez pas qu'on vous donne les informations.

Allez les cherchez, on vous montre que ce qu'on veut vous montrer!

Regardez cette vidéo:

http://video.google.com/videoplay?docid=-6407220553110796712&q=loose+change

Et jegez en par vous même!

Publié par oum Ibrahim le 24 novembre 2006 à 13:17

@oum Ibrahim

Cette vidéo reprend les theses conspirationnistes. En fait des officines "bien pensantes" retournent des faits avérés (une attaque contre l 'Occident par l islam) pour achever une opération à fins miltaires et politques. Or cela ne marche pas, car en Occident, les gens sont éduqués à l Histoire, à la géopolitique et à la stratégie, et se souviennent par exemple des méthodes de la "Propaganda Staffel", ou de celles du département "Propagande Désinformation" de l ex-KGB. Les plus anciens d entre nous se souviendront surement des méthode de Viktor Louis! Ce genre de méthode peut marcher pour agiter des foules incultes et fanatisées par l islam!!!!

Publié par Cincinnatus le 24 novembre 2006 à 13:29